Dialogue de sourds ?

jeudi 2 février 2006 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > Dialogue de sourds ?

Dialogue de sourds ?

Dialogue de sourds ?

jeudi 2 février 2006

Quel décalage important entre ce que les patients attendent de nous et ce qui nous paraît essentiel !!

Dialogue entendu dans de multiples cabinets : « Docteur, je viens vous voir car j’ai des plaques rouges qui grattent affreusement !  », dit le patient.

« Bien, avez-vous d’autres problèmes de santé ? » dit le professionnel.

« Baaahhh, j’ai le nez qui coule toute l’année et un peu d’asthme. Mais au printemps, mon médecin me fait une piqure de cortisone dans la fesse et avec deux à trois bouffées par jour de mon pschittt toute l’année, j’ai plus d’asthme. Donc rien de grave… Mais pour les plaques, Docteur, vous allez pouvoir me désensibiliser ? »

Allergologues, lisez notre forum, vous y verrez que les interrogations des allergiques portent sur toute autre chose que la rhinite, l’asthme, la désensibilisation et tout ce que nous traitons avec aisance.

Malheureusement pour nous, au vu des questions posées sur Internet par les allergiques, les maladies allergiques respiratoires n’intéressent que très peu les malades. L’urticaire, les allergies médicamenteuses et alimentaires, par contre, font recette.

Alors que nous dépensons une énergie considérable en campagnes d’information sur les dangers de la rhinite et de l’asthme mal traités (avec un succès très relatif), nous sommes démunis et négligeons ceux qui souffrent de symptômes que nous ne savons pas guérir.

Ceci est confirmé par les recommandations des instances médicales. Quand on relit le consensus sur la prise en charge de l’urticaire réalisé en 2003 sous la direction de l’ANAES, on comprend que les allergologues ne s’investissent pas dans la recherche étiologique de cette maladie qui pourtant est très invalidante au quotidien pour les patients.

Faisons un pas les uns vers les autres.

À nous médecins de prendre le temps d’expliquer que, dans certains cas, à défaut de guérir on peut toujours soigner, que bien des domaines restent à découvrir et que nous continuons à chercher.

À vous malades d’accepter que la médecine est une science humaine et que nous ne savons pas tout guérir mais que, par contre, il existe des domaines où les données de la science acquises permettent à votre médecin d’être catégorique. Si nous nous battons pour une meilleure prise en charge des allergies respiratoires, c’est qu’il existe un réel risque pour votre santé.

Si nous nous écoutons, nous nous entendrons.


Voir en ligne : Dr Hervé Masson

Portfolio