Sortir de la Préhistoire

mercredi 24 janvier 2007 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > Sortir de la Préhistoire

Sortir de la Préhistoire

Sortir de la Préhistoire

mercredi 24 janvier 2007

L’allergologie est une spécialité médicale déjà ancienne et pourtant non reconnue en tant que telle par nos universités. Certains spécialistes d’autres domaines ne cachent d’ailleurs par leur mépris pour cette science qu’il ne connaissent pas et qui bouleverse un certain nombre d’idées reçues trop bien ancrées dans leurs esprits.

Nous autres allergologues avons notre part de responsabilité dans ce mépris : nous ne disposons pas encore d’outils incontournables pour certifier la reproductibilité d’une allergie ni déterminer avec précision pour chaque individu l’allergène en cause. Bien souvent, nous ne devons nous contenter que de la source allergénique : le chat, la pénicilline alors que le responsable n’en est qu’une molécule de l’un (Feld1) ou des métabolites de l’autre (MMD ou autre). Nos extraits pour tests ne sont pas reproductibles d’un lot à l’autre sur plus d’un allergène majeur et il en est de même de nos traitements. Nous avons de bons résultats mais ils pourraient devenir excellents et seule l’excellence est un objectif raisonnable.

Dans un cas comme dans l’autre, l’allergologie ne peut progresser que par une rationalisation des explorations, comme tente de le faire par exemple l’équipe du Pr Demoly à Montpellier pour les médicaments et une meilleure connaissance moléculaire de la composition des organismes qui nous entourent comme l’équipe d’Adriano Mari nous y invite à Rome dans quelques mois pour le 2e congrès d’allergologie moléculaire en avril prochain. Un seul service universitaire Français y sera représenté : le CHU de Strasbourg au travers du Pr Pauli. Le Dr Moingeon du laboratoire Stallergènes interviendra lui-aussi. Toutefois, ces deux présences, dont nous nous félicitons, dissimulent mal notre indigence nationale en la matière à comparer aux cinq Allemands, aux cinq Autrichiens, aux huit Italiens et même aux trois Suédois qui nous montrent le chemin de l’avenir de l’allergologie en y investissant leur passion.

Sortir de la Préhistoire en médecine et en allergologie en particulier ce n’est pas qu’une question de moyen : c’est surtout une question d’ouverture d’esprit.


Voir en ligne : Dr Philippe Auriol

Portfolio