La charrue avant les bœufs.

jeudi 21 octobre 2010 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > La charrue avant les bœufs.

La charrue avant les bœufs.

La charrue avant les bœufs.

jeudi 21 octobre 2010

Le vieil allergologue que je suis, voit revenir avec intérêt mais aussi avec méfiance les multitests biologiques. Pour avoir connu l’engouement chez certains praticiens des premiers outils de recherche multiple d’IgE spécifiques et les résultats folkloriques qui en découlaient, j’ai appris à m’en méfier.

Ainsi, vous lirez sur www.allergique.org , deux publications intéressantes sur deux techniques biologiques permettant de rechercher une IgE réactivité à plusieurs dizaines d’allergènes en une seule prise de sang.

La première a utilisé la puce ISAC du laboratoire PHADIA que nous connaissons bien en France. La seconde émane d’une équipe qui a utilisé un autre système de micropuces dont j’ignorais personnellement l’existence jusqu’ici.

Ces technologies sont actuellement en phase de validation d’un point de vue technologique et clinique.

Technologique, car il faut démontrer que les résultats obtenus sont totalement reproductibles et comparables à ceux obtenus lors des tests unitaires d’IgE.

Clinique, car il faut trouver une utilité à ces systèmes et montrer qu’ils apportent un mieux par rapport aux moyens existants déjà.

L’objectif recherché par ces techniques est d’améliorer le diagnostic et de permettre, grâce à la biologie, de mieux comprendre l’allergie du malade assis en face de nous et de lui donner des réponses plus adaptées.

Si l’on découvre un « profil allergique type » correspondant à un « profil clinique type », le diagnostic allergologique aura franchi un bond gigantesque.

Pour l’instant il n’en est rien et il faudra encore sûrement de nombreuses années de recherches pour en arriver à ce stade.

Nous avons donc une charrue qui semble magnifique et qui promet de beaux labours. Il ne reste plus qu’à trouver où mettre les bœufs.


Voir en ligne : Dr Hervé Masson

Portfolio