L’allergologue doit avoir le globe oculaire à l’oeil !!

samedi 28 juin 2003 par Dr Stéphane Guez6954 visites

Accueil du site > Maladies > Conjonctivites > L’allergologue doit avoir le globe oculaire à l’oeil !!

L’allergologue doit avoir le globe oculaire à l’oeil !!

L’allergologue doit avoir le globe oculaire à l’oeil !!

samedi 28 juin 2003, par Dr Stéphane Guez

L’allergie oculaire reste encore un domaine mal connu. Cependant ces dernières années, des recherches importantes ont bouleversé nos connaissances sur des cellules considérées jusqu’alors comme mineures comme les cellules épithéliales. Quelles sont les fonctions de ces cellules dans la conjonctivite allergique ?

Les cellules épithéliales dans la conjonctivite allergique. : Irkec M, Bozkurt B. Department of Ophthalmology, Hacettepe University Faculty of Medicine, Sihhiye 06100, Ankara, Turkey. mirkec@isnet.net.tr dans Curr Allergy Asthma Rep. 2003 Jul ;3(4):352-7.

Les cellules épithéliales conjonctivales n’assurent pas seulement une fonction de barrière mécanique, en empêchant l’entrée des particules, bactéries, virus et substances nocives dans l’œil, mais ces cellules participent également activement à la régulation de la réaction allergique inflammatoire par l’intermédiaire de l’expression à leurs surfaces de molécules d’adhésion effectrices (ICAM-1, VCAM-1, HLA-DR, CD40/CD40L, Fas/Fas ligand) avec libération de nombreuses cytokines inflammatoires comme l’éotaxine, le RANTES, le MIP-1, l’IL6 et l’IL8, le TNF alpha qui sont nécessaires à la prolifération, la différenciation l’activation et le chimiotactisme de nombreuses cellules inflammatoires au niveau de la conjonctive.

L’histamine qui est libérée par les cellules mastocytaires conjonctivales, peut stimuler la synthèse de molécules pro inflammatoires comme l’IL6 et L’IL8 par les cellules épithéliales par le biais de récepteurs couplés au système inositol/phosphate, avec alors une amplification de la réponse allergique.

Les relations entre épithélium et allergie doivent être prises en compte dans les recherches, avec comme objectif un meilleur contrôle et une meilleure prise en charge thérapeutique de la conjonctivite allergique.


Dans cet article les auteurs font le point sur les nouvelles connaissances concernant les cellules épithéliales de la conjonctive.

En plus d’une fonction de barrière, ces cellules interviennent activement dans le développement de la réaction inflammatoire allergique et de son contrôle essentiellement par le biais de molécules d’adhésion.

Il est près important de considérer que la conjonctive à un rôle crucial dans le développement de la réaction inflammatoire d’origine allergique.

Ces connaissances permettent d’espérer de nouvelles molécules thérapeutiques qui pourraient inhiber certaines molécules d’adhésion, ou en moduler l’expression par exemple par des interleukines.

D’autre part on peut espérer mieux comprendre le système allergique oculaire par rapport au reste du système immunologique, et mieux percevoir les interrelations entre les différents organes qui réagissent à une agression allergénique.