L’hélico peut faire vomir mais peut aussi donner de l’urticaire !!

mercredi 9 juillet 2003 par Dr Stéphane Guez4155 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > L’hélico peut faire vomir mais peut aussi donner de l’urticaire (...)

L’hélico peut faire vomir mais peut aussi donner de l’urticaire !!

L’hélico peut faire vomir mais peut aussi donner de l’urticaire !!

mercredi 9 juillet 2003, par Dr Stéphane Guez

L’urticaire chronique idiopathique est une affection très commune et très invalidante pour les patients qui en souffrent parfois pendant plusieurs années. Plusieurs équipes ont évoqué le rôle d’une infection à Helicobacter Pylori (HP). Qu’en est-il vraiment du lien entre ces 2 affections ?

Prévalence élevée des anticorps IgA et IgG à la lipoprotéine associée de 19 kDa de l’Helicobacter Pylori (HP) dans l’urticaire chronique. : N. Bakos1, B. Fekete2, Z. Prohászka2, G. Füst2, L. Kalabay2 1Department of Dermatology, Hetényi Géza Hospital, Szolnok, Hungary ; 23rd Department of Internal Medicine, Faculty of Medicine, Semmelweis University, Budapest, Hungary dans Allergy 58 (7), 663-667.

L’urticaire chronique a été décrite chez des patients ayant une infection à HP.

Les auteurs ont étudié les taux des IgG et IgA dirigés contre l’HP chez des patients avec ou sans urticaire chronique et dont l’étiologie est inconnue.

Les auteurs ont également étudié la prévalence des anticorps (Ac) contre la lipoprotéine associée de 20 kDa (lpp-20) de l’HP chez des patients avec et sans urticaire chronique.

- Méthode  :
* Les concentrations en Ac anti-HP (IgG et IgA) ont été déterminées par test RIDA.
* Les taux d’Ac anti-lpp2O ont été déterminés par western blot en utilisant divers antigènes de HP (de 19 à 120kDa).

- Résultats :
* Les patients ayant une urticaire chronique et une infection à HP (sous groupe1, n=33) ont des taux élevés en IgG et IgA, alors que tous les patients avec une urticaire chronique et sans infection HP (sous groupe 2, n=23) sont séronégatifs (p=0.0128 pour les IgG et p=0.003 pour les IgA).
* Les titres dans le sous groupe 1 ne sont pas statistiquement différents de ceux du groupe contrôle (n=33) ayant une infection sévère à HP sans avoir d’urticaire chronique.
* La prévalence des anti-lpp20 est significativement plus élevée dans le sous groupe 1 par rapport au groupe contrôle (93.9 versus 21.2%, p<0.0001 pour les IgG, et 46.1% versus 6.3%, p<0.0029 pour les IgA).

- Conclusions : Les auteurs suggèrent que les anticorps anti-IgG et anti-IgA vis-à-vis de la lpp-20 de l’HP pourraient intervenir dans la pathogénie de l’urticaire chronique.


Dans ce travail, les auteurs démontrent que les IgG et les IgA contre l’HP ne sont pas spécifiques de l’urticaire chronique mais de l’infection gastrique à Helicobacter.

Par contre les Ac dirigés contre la lpp-20 de l’HP sont spécifiques de l’urticaire chronique et pourraient intervenir dans la physiopathologie de cette maladie.

Il faut rester très prudent vis-à-vis de ces résultats.

En effet il y a quelques années, tout le monde a pensé que les problèmes de l’urticaire chronique étaient réglés après la mise en évidence d’anticorps dirigés contre les récepteurs epsilon de classe 1 des mastocytes. Mais les études suivantes ont montré l’absence de spécificité de ces Ac, et cela n’a pas entraîné de révolution thérapeutique ni la mise au point de nouveaux tests diagnostics.

Ce travail est du même type. Il existe une classe d’Ac qui semble spécifique de l’urticaire chronique mais chez peu de patients. Il faut que ces résultats soient validés et que l’on s’assure qu’il n’y a pas également ce type d’Ac dans d’autres maladies en particulier cutanées.

Le problème étant de savoir si le traitement de l’infection à H Pylori pourra permettre de guérir l’urticaire chronique.

Les études déjà publiées ne sont pas très encourageantes avec des résultats très différents selon les équipes.

Bref, il faut attendre avant de crier victoire.