Modification de la nomenclature sur la biologie de l’allergie : retour aux sources.

samedi 29 novembre 2003 par Dr Hervé Masson3419 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Modification de la nomenclature sur la biologie de l’allergie : retour aux (...)

Modification de la nomenclature sur la biologie de l’allergie : retour aux sources.

Modification de la nomenclature sur la biologie de l’allergie : retour aux sources.

samedi 29 novembre 2003, par Dr Hervé Masson

Le 28 novembre est parue au journal officiel une modification de la nomenclature des actes biologiques qui rappellera furieusement quelque chose aux allergologues installés depuis quelques temps. En effet, voici revenir les limitations de prescription des IgE spécifiques que nous avions connues et qui avaient disparu. Le détail ici.

Lire dans le Journal officiel de la république française une introduction de la rubrique "Allergie" comme celle qui suit est un grand bonheur pour un allergologue :

La révélation d’un terrain atopique relevant d’une hypersensibilité de type immédiat peut être d’origine alimentaire ou respiratoire. Elle requiert deux étapes lors du diagnostic :
- l’une, clinique : interrogatoire minutieux et recherche des IgE cellulaires par les tests cutanés et
- l’autre, biologique, qui permet une identification des IgE spécifiques au niveau sérique.

On peut alors avoir recours à deux types de tests :
- les tests sériques de dépistage vis-à-vis d’allergènes mélangés dans le même réactif ou le même support sans identification de l’allergène.
- les tests unitaires vis-à-vis d’allergènes séparés dans un même réactif ou sur un même support, permettant d’identifier les IgE spécifiques et qui ne peuvent en aucun cas être utilisés comme tests de dépistage.

[....]

Le compte-rendu devra mentionner la technique ou les techniques utilisées, la marque des réactifs, les valeurs limites des techniques et proposer une interprétation des résultats.


Voila donc le diagnostic allergologique de bonne facture remis à sa juste place.

  • Il est donc nécessaire, avant de réaliser des IgE spécifiques isolées, de faire un diagnostic clinique et par tests cutanés, voire un multi-test biologique.
  • Il est indispensable d’indiquer la méthode utilisée par le biologiste sur le compte-rendu.

C’est la loi - parue au Journal Officiel - qu’il faudra respecter désormais.