N’oubliez pas le magnésium dans l’asthme aigu.

mardi 31 janvier 2006 par Dr Clément FOURNIER9288 visites

Accueil du site > Maladies > Urgences > N’oubliez pas le magnésium dans l’asthme aigu.

N’oubliez pas le magnésium dans l’asthme aigu.

N’oubliez pas le magnésium dans l’asthme aigu.

mardi 31 janvier 2006, par Dr Clément FOURNIER

L’utilisation du Sulfate de Magnésium dans le traitement des patients avec asthme aigu sévère est bien validée par de nombreuses études bien qu’il persiste des incertitudes sur les modalités d’utilisation. Cette étude a analysé les pratiques actuelles de prescription de cette thérapeutique dans des services d’urgence aux États-Unis.

L’utilisation de sulfate de magnésium dans l’asthme aigu : un intérêt rapidement croissant dans les services d’urgences Nord Américain. : Brian H. Rowe, MD, MSca, Carlos A. Camargo Jr., MD, DrPHb

a From the Department of Emergency Medicine, University of Alberta, and Capital Health, Edmonton
b Department of Emergency Medicine, Massachusetts General Hospital, and the Channing Laboratory, Department of Medicine, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School, Boston

dans JACI Volume 117, Issue 1, Pages 53-58 (January 2006)

- Contexte :

  • Une revue systématique d’approximativement 13 essais randomisés est en faveur de l’utilisation du Sulfate de Magnésium (MgSO4) intra-veineux dans le traitement des patients avec asthme aigu sévère.
  • Cependant, peu de données sont disponibles concernant son utilisation clinique actuelle.

- Objectifs :

  • Nous avons cherché à évaluer l’utilisation du MgSO4 intra-veineux dans les services d’urgence (SU) et l’attitude des médecins vis-à-vis de son utilisation.

- Méthodes :

  • Les données concernant l’utilisation du MgSO4 étaient obtenues à partir d’études observationnelles de cohorte de patients admis en SU pour asthme aigu.
  • Les investigateurs étaient interrogés sur le MgSO4 par un bref questionnaire via internet.
  • Le résultat principal était le pourcentage de sites rapportant l’utilisation de MgSO4 et les facteurs liés au patient qui modifiaient potentiellement son utilisation.

- Résultats :

  • Parmi 9745 patients admis en SU pour asthme aigu, 240 (2,5%) ont reçu du MgSO4.
  • Etaient associés significativement à l’utilisation de MgSO4 (p<0,01) :
    • l’âge croissant
    • un antécédent d’intubation
    • une fréquence respiratoire initiale plus élevée
    • un DEP initial plus bas (Débit Expiratoire de Pointe)
    • une utilisation de β-agonistes plus grande en SU
    • l’utilisation d’une corticothérapie systémique
  • Globalement, 103/119 sites potentiels (87%) complétaient les questionnaires.
  • La plupart (92%) estimait que leur SU avait du MgSO4 disponible, et 64% en avait récemment utilisé.
  • La sévérité (96%) et l’absence de réponse aux β-agonistes initialement prescrit (87%) étaient les facteurs le plus souvent listés incitant à l’utilisation de MgSO4.
  • D’autres facteurs comme l’âge, le sexe, et la durée de l’exacerbation influençaient moins généralement l’utilisation de MgSO4.

- Conclusion :

  • La majeure partie des médecins des SU accepte de reconnaître l’efficacité du MgSO4 dans l’asthme aigu.
  • Malgré cette acceptation et la disponibilité du MgSO4, son utilisation en SU reste rare (2,5% des cas).
  • A la fois en pratique et en théorie, les médecins des SU semblent restreindre convenablement son utilisation aux patients avec asthme aigu sévère.

Cette étude analyse les pratiques de prescription du MgSO4 dans les services d’urgences aux Etats-Unis.

Il s’agit d’une démarche originale car il est vrai que malgré de nombreuses études validant son utilisation en intra-veineux mais également en aérosols (en entrant « Asthma » et « Magnesium Sulfate » sur pubmed, on trouve 103 références), il existe peu de données sur son utilisation en pratique clinique.

In vitro, le magnésium a une action relaxante sur le muscle lisse bronchique, in vivo, il induit une bronchodilatation. Le MgSO4 inhibe les canaux calciques au niveau des fibres musculaires des voies aériennes. L’excitation de la contraction des muscles lisses bronchiques est donc contrariée par le magnésium.
La plupart des études validant son utilisation ont montré, (en particulier 2 méta analyses : Rowe et col. Intravenous magnesium sulfate treatment for acute asthma in the emergency department : a systematic review of the litterature. Ann. Emerg Med. 2000 ;36:181-190 ; et Rodrigo et col. Efficacity of Magnesium Sulfate in acute adult asthma : A Meta-analysis of randomized trials. Am J Emerg Med 2000 ;18:216-221) un effet bénéfique à la fois sur la fonction pulmonaire et sur la réduction du taux d’hospitalisation lorsqu’il est ajouté au traitement conventionnel par &#946 ;²- mimétiques. Ces effets bénéfiques sont particulièrement nets chez les patients les plus graves, amenant à réserver l’utilisation du MgSO4 à ces seuls patients.
Dans cette étude on voit que :

  • Les médecins des SU sont informés de la disponibilité du MgSO4, convaincus de son intérêt, et connaissent ses indications
  • Les facteurs influençant la prescription de MgSO4 sont essentiellement des facteurs de gravité
  • La prescription globale reste faible (2,5% des patients seulement)
    On peut en déduire que malgré son acceptation par la communauté médicale, le MgSO4 n’est pas rentré dans les « mœurs » des prescriptions médicales d’urgence de l’asthme. Sans doute les pratiques changeront-elles progressivement avec une augmentation de son utilisation en ajout du traitement conventionnel.