Immunothérapie au latex : danger ?

vendredi 17 février 2006 par Dr Christian Debavelaere2768 visites

Accueil du site > Allergènes > Toxiques > Immunothérapie au latex : danger ?

Immunothérapie au latex : danger ?

Immunothérapie au latex : danger ?

vendredi 17 février 2006, par Dr Christian Debavelaere

Un produit allergisant naturel comme le latex, détecté par nos tests cutanés et sanguins traditionnels, peut être détaillé grâce aux allergènes recombinants. Cette analyse peut révéler la présence d’allergènes favorisant le diagnostic d’allergie croisée (chitinases) et même indiquer la probabilité d’une sensibilisation professionnelle. Dans cet article, l’analyse du profil de réactivité avant et après immunothérapie au latex fait apparaître de nouveaux allergènes ou un renforcement de la quantité d’allergènes présents initialement avant désensibilisation ...

Réactivité IgE dépendante au latex chez les professionnels de santé avant et après immunothérapie au latex. : J. Sastre1, M. Raulf-Heimsoth2, H.-P. Rihs2, M. Fernández-Nieto1, D. Barber3, M. Lombardero3, S. Martín3, S. Quirce1

1Fundación Jiménez Díaz, Servicio de Alergia, Madrid, Spain ; 2Research Institute for Occupational Medicine (BGFA), Institute of the Ruhr-University Bochum, Bochum, Germany ; 3ALK-Abelló, Madrid, Spain

dans Allergy 61 (2), 206-210

- Contexte

  • De nouvelles sensibilisations IgE aux protéines des extraits allergéniques apparaissent lors de l’immunothérapie spécifique.

- Méthode

  • 24 professionnels de santé inclus dans une étude portant sur l’immunothérapie au latex furent examinés, 16 en traitement actif et 8 en placebo .
  • Les sérums furent obtenus au départ et après 6 mois d’immunothérapie spécifique et analysés en immunoblot et cap system avec 8 recombinants des allergènes du latex (rHev B1,3,5,6,01,8,9,10,11 et un mix de r Hev b1,5,6.01 et 8).

- Résultats

  • Après immunothérapie spécifique au latex, 3 patients dans le groupe actif avaient de nouvelles sensibilisations IgE, un au Hev B 5, 1 au Hev b 11 et un autre au Hev b 6.01.
  • Aucune autre variation significative dans la moyenne des IgE spécifiques ou des allergènes recombinants ne fut observée chez les patients recevant un placebo ou un traitement actif.
  • Une corrélation négative (0,72) significative (p=0,012) était observée entre les doses maximales tolérées et les IgE spécifiques à Hev b 6.01 à l’origine.
  • Après immunothérapie, l’analyse immunoblot démontrait une augmentation significative dans la fixation des IgE dans une bande d’environ 22 KDa (p=0,032) qui pouvait correspondre à Hev b 6.01, de nouvelles bandes ou des bandes plus intenses apparaissaient chez 7 patients du groupe actif, alors que chez 3 sujets une réduction était constatée.

- Conclusion

  • Hev b 6.01 semble être l’allergène le plus relevant chez les professionnels de santé,
  • De nouveaux ou de plus intenses épitopes se fixant aux allergènes latex apparaissent durant l’immunothérapie spécifique, toutefois le niveau des IgE spécifiques dirigés contre ces nouveaux composants est faible et ne semble pas avoir d’importance clinique.

L’utilisation pratique des dosages des allergènes recombinants, en indiquant un profil de réactivité personnalisé, permet une approche moléculaire de l’allergie plus fine que les classiques tests cutanés et recherches d’IgE spécifiques standard avec un allergène « sauvage ».

Ceci permet également d’avoir une approche sur les allergies croisées et sur l’origine du contact. Ainsi rHev b 5, rHev 6.01 et rHev 6.02 sont des profils plus souvent rencontrés dans les sensibilisations professionnelles (intérêt dans la reconnaissance de l’origine professionnelle ?) et le profil recombinant rHev b 5 s’associe à une sensibilisation au kiwi alors que rHev b 6.02 et rHev b 11 s’associent à une sensibilisation aux chitinases.

L’apparition de nouveaux allergènes lors de la désensibilisation est certainement une nouvelle inquiétante, surtout concernant rHev b 11 qui est un des allergènes croisant avec les chitinases et rHev b 5 croisant avec le kiwi.

Il faudrait surveiller l’absence de sensibilisations alimentaires apparaissant après immunothérapie spécifique chez des patients initialement sensibilisés seulement au latex sans allergie croisée initiale.

Cette observation est très intéressante car elle utilise les recombinants. Ce type d’étude pourrait sans doute être mené dans d’autres types d’immunothérapie spécifique.