Portrait robot de l’asthmatique à risque d’exacerbation fréquente.

vendredi 10 mars 2006 par Dr Geneviève DEMONET1644 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Portrait robot de l’asthmatique à risque d’exacerbation fréquente.

Portrait robot de l’asthmatique à risque d’exacerbation fréquente.

Portrait robot de l’asthmatique à risque d’exacerbation fréquente.

vendredi 10 mars 2006, par Dr Geneviève DEMONET

Un asthme qui s’aggrave souvent est un asthme probablement sévère. Mais que se cache-t-il derrière cet euphémisme ? Comment reconnaître ces patients, quelles sont leurs particularités cliniques ? Tel est l’objectif fixé par cette étude japonaise en comparant les asthmatiques selon la fréquence des exacerbations de leur asthme.

Caractéristiques des patients ayant des exacerbations asthmatiques fréquentes. : Takeharu Koga, , Yuichi Oshita, Tomoko Kamimura, Hideyuki Koga and Hisamichi Aizawa

First Department of Internal Medicine, Kurume University School of Medicine, 67 Asahimachi, Kurume 830-0011, Japan

dans Respiratory Medicine
Volume 100, Issue 2 , February 2006, Pages 273-278

- Contexte :

  • L’exacerbation est l’un des problèmes les plus importants chez les patients asthmatiques.
  • Quoique certaines sous-populations de patients soient plus susceptibles que d’autres de subir des exacerbations, on ne connaît pas bien les traits cliniques qui prédisposent à l’exacerbation.

- Méthodes :

  • Des patients adultes asthmatiques et non fumeurs ayant eu des exacerbations multiples (EM) en dépit d’un traitement de fond adapté ont été comparés à un groupe contrôle constitué de patients qui n’avaient eu, au plus, qu’une seule exacerbation durant l’année précédente.
  • L’exacerbation de l’asthme est caractérisée par l’initiation ou l’augmentation d’un traitement corticoïde systémique faisant partie du traitement de l’aggravation de l’asthme.

- Résultats :

  • Les patients ayant des EM (n = 32, sexe masculin : 6, âge moyen : 46,7 ans) ont été caractérisés par
    • un traitement de fond actuel intensif (dose de corticoïde inhalé : 1037.5 ± 452.8 versus 621.6 ± 257.3 μg, , p = 0.0005, proportion d’utilisateurs de corticoïdes oraux : 28,1% vs 2,7%, P = 0.008),
    • des épisodes sévères d’exacerbation (hospitalisations dues à l’asthme : 71,9% vs 23,4%, p = 0.0002, arrivée en ambulance : 37,5% vs 8,1%, p = 0.008),
    • une sinusite chronique associée (34,4% vs 10,8%, P = 0.038)
    • et une intolérance aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (34,4% vs 5,4%, P = 0.006) comparativement avec les sujets contrôles (n = 37, sexe masculin : 11, âge moyen : 44, 4).
  • La fonction pulmonaire des sujets avec EM était caractérisée par une limitation persistante et une réversibilité réduite.

- Conclusion :

  • Les patients avec EM ont un risque plus élevé d’exacerbation sévère en dépit d’un traitement de fond anti-inflammatoire plus intensif.
  • Une limitation irréversible persistante des débits respiratoires, des complications de sinusite chronique et/ou une intolérance aux AINS sont des caractéristiques de cette sous-population.

Une étude a été menée au Japon pour tenter de déterminer les caractéristiques de l’asthmatique susceptible de présenter des exacerbations répétées.

Ce travail a comparé 32 asthmatiques ayant présenté plusieurs exacerbations dans l’année écoulée à 37 asthmatiques ayant eu au maximum une exacerbation pendant la même période.

Les asthmatiques avec exacerbations multiples avaient un traitement de fond plus lourd, fréquemment une sinusite chronique associée et/ou une intolérance aux AINS.

Leur fonction respiratoire était caractérisée par une limitation persistante et une réversibilité réduite. Le nombre d’hospitalisations en urgence était également plus élevé dans ce groupe.

Bref, leur asthme était plus sévère...

Cette étude comporte relativement peu de patients. On remarque une majorité de femmes dans les deux groupes étudiés.

Si les facteurs prédisposant ne nous étonnent guère, il est intéressant de noter qu’un traitement de fond relativement lourd n’empêche pas la survenue d’exacerbations chez ces asthmatiques à risque.

D’où l’importance d’une surveillance particulière et d’une éducation sur la conduite à tenir en cas d’aggravation de l’asthme...