Des nébulisations de citrons et d’orange pour les asthmatiques !

vendredi 26 mai 2006 par Dr Clément FOURNIER1723 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Des nébulisations de citrons et d’orange pour les asthmatiques (...)

Des nébulisations de citrons et d’orange pour les asthmatiques !

Des nébulisations de citrons et d’orange pour les asthmatiques !

vendredi 26 mai 2006, par Dr Clément FOURNIER

Les anti-oxydants sont à la mode dans de nombreuses pathologies. Le stress oxydatif joue effectivement un rôle dans de nombreux processus pathologiques. L’asthme n’échappe pas à cette règle, et cette étude a analysé les impacts du régime alimentaire anti-oxydant (ou pas) sur l’asthme de l’adulte.

Régime anti-oxydant et asthme chez l’adulte : B D Patel1,2, A A Welch1, S A Bingham4, R N Luben1, N E Day1, K-T Khaw1, D A Lomas3 and N J Wareham5

1 Department of Public Health and Primary Care, Institute of Public Health, Cambridge CB2 2SR, UK
2 Department of Respiratory Medicine, Royal Devon and Exeter Hospital NHS Foundation Trust, Exeter EX2 5DW, UK
3 Department of Medicine, Cambridge Institute for Medical Research, Cambridge CB2 2XY, UK
4 MRC Dunn Nutrition Unit, Cambridge Institute for Medical Research, Cambridge CB2 2XY, UK
5 MRC Epidemiology Unit, Elsie Widdowson Laboratory, Cambridge CB1 9NL, UK

dans Thorax 2006 ;61:388-393

- Contexte :

  • Il a été rapporté que plusieurs aliments anti-oxydants seraient inversement associés à l’asthme.
  • Une étude était réalisée pour évaluer les associations indépendantes de ces aliments avec l’asthme chez les adultes.

- Méthodes :

  • Une étude cas contrôle était réalisée chez 515 adultes avec asthme diagnostiqué par un médecin et 515 sujets contrôles assortis, en utilisant les données alimentaires obtenues à partir de questionnaires d’habitudes alimentaires hebdomadaires.
  • Les résultats principaux mesurés étaient :
    • un « asthme diagnostiqué » (par un médecin)
    • des symptômes d’asthme courants (asthme diagnostiqué et sifflements auto-rapportés dans les 12 derniers mois)

- Résultats :

  • Les résultats des patients étaient comparables aux sujets contrôles pour l’âge, le sexe, la classe sociale, et l’apport énergétique journalier, mais montraient une consommation médiane inférieure de fruits (132.1 vs 149.1 g / jour, p < 0.05).
  • 51.5 % de la population rapportait l’absence de consommation d’agrumes ; par comparaison à ces sujets, les personnes ayant une consommation d’agrumes supérieure à 46.3 g / jour avaient une réduction du risque « d’asthme diagnostiqué » et de symptômes d’asthme (Odd Ratio ajusté sur des éventuels facteurs confondant 0.59 (95% CI 0.43 à 0.82) et 0.51 (95% CI 0.33 à 0.79), respectivement).
  • Dans l’analyse nutritive, la consommation de vitamine C et de manganèse étaient inversement et indépendamment associés à l’asthme symptomatique (Odd Ratio ajusté 0.88 (95% CI 0.77 à 1.00) pour la vitamine C et 0.85 (95% CI 0.74 à 0.98) pour le manganèse).
  • Seule la consommation de manganèse était indépendamment associée à « l’asthme diagnostiqué » (Odd Ratio 0.86 (95% CI 0.77 à 0.95)).
  • Les niveaux ajustés des taux plasmatiques de vitamine C étaient sensiblement plus bas chez les sujets symptomatiques que chez les sujets contrôles (54.3 vs 58.2 µmol / L, p = 0.003).

- Conclusion :

  • L’asthme symptomatique chez l’adulte est associé à un régime pauvre en fruit, pauvre en nutriments anti-oxydants comme la vitamine C et le manganèse, et à des taux plasmatiques de vitamine C bas.
  • Ces données suggèrent que le type d’alimentation pourrait être un facteur de risque potentiellement modifiable pour le développement d’un asthme.

Cette étude montre qu’il existe un lien statistique entre la consommation de produits anti-oxydants et la diminution des symptômes d’asthme et même de l’existence d’un asthme. La vitamine C semble notamment avoir un rôle important avec par exemple des taux plasmatiques plus bas chez les patients symptomatiques.

Cependant, s’il est certain que le stress oxydatif joue un rôle important dans l’inflammation des voies aériennes des patients asthmatiques, il est moins évident d’en tirer des implications thérapeutiques.

Fogarty et col. (Respir Med. 2006 Jan ;100:174-9) ont réalisé une étude randomisée versus placebo analysant les effets d’une prise de Vitamine C ou de magnésium sur la réduction de corticoides inhalés chez des asthmatiques : les résultats sont assez décevants (faibles pour la vitamine C et nuls pour le magnésium).
Les mêmes auteurs avaient déjà réalisé des études similaires en 2003 et 2004 qui n’étaient pas plus concluantes (vitamine C et E, magnésium).

Il est donc raisonnable de conseiller aux patients de manger des fruits car c’est bon pour la santé « en général », mais il n’y a pas d’intérêt à proposer une supplémentation vitaminique « médicalisée ».