Les asthmatiques se passeront-ils bientôt des médecins pour surveiller leur fonction respiratoire ?

mardi 3 octobre 2006 par Dr Clément FOURNIER1951 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les asthmatiques se passeront-ils bientôt des médecins pour surveiller leur (...)

Les asthmatiques se passeront-ils bientôt des médecins pour surveiller leur fonction respiratoire ?

Les asthmatiques se passeront-ils bientôt des médecins pour surveiller leur fonction respiratoire ?

mardi 3 octobre 2006, par Dr Clément FOURNIER

L’avenir est au portable : téléphones, ordinateurs, et bientôt spiromètres...Utilisé depuis quelques années déjà, ce type de dispositif est incomplètement validé chez l’enfant. Cette étude tente de valider le spiromètre portable EasyOne Frontline® chez des enfants asthmatiques.

Évaluation de la spirométrie quotidienne à la maison chez des écoliers asthmatiques : nouvelles perspectives. : Rohan Thompson, MD 1 2, Ralph J. Delfino, MD, PhD 3 *, Thomas Tjoa, MPH, MS 3, Eliezer Nussbaum, MD 1 2, Dan Cooper, MD 2

1Pediatric Pulmonology Division, Miller Children’s Hospital, Long Beach, California
2Department of Pediatrics, School of Medicine, University of California at Irvine, Irvine, California
3Department of Medicine, Epidemiology Division, School of Medicine, University of California at Irvine, Irvine, California

dans Pediatric Pulmonology Volume 41, Issue 9 , Pages 819 - 828

- Contexte :

  • Les spiromètres portables sont utiles pour le suivi du traitement de l’asthme et en recherche mais la validité des manœuvres chez les enfants est en question.

- Méthodes :

  • Nous avons évalué la qualité des mesures de DEP, VEMS et CVF obtenues chez 67 enfants avec asthme persistant ayant utilisé à leur domicile le spiromètre manuel EasyOne Frontline® permettant d’obtenir des courbes expiratoires complètes, une mesure électronique de la qualité de la manœuvre, et doté d’un écran incitatif.
  • La moitié des enfants étaient évalués en 2003, l’autre moitié en 2004, dans deux régions différentes de Californie du Sud.
  • Les sujets étaient suivis à domicile de façon hebdomadaire pendant plus de 2 mois, et quotidiennement pendant plus de 10 jours consécutifs.
  • Nous avons organisé les sessions de spirométries en retenant les 3 meilleures manœuvres sur 6 réalisées le matin, l’après-midi, et le soir.
  • On comparait selon le suivi hebdomadaire ou quotidien, les régions d’étude, et les caractéristiques des sujets les données suivantes : pourcentage de compliance, évaluation logicielle de l’acceptabilité et de la répétabilité selon les critères modifiés de l’ATS, évaluation visuelle de la qualité des manœuvres.

- Résultats :

  • La compliance était plus élevé en cas de suivi quotidien (> 90 %) plutôt qu’hebdomadaire (> 84 %) mais sans différence significative ; elle n’était pas modifiée par les caractéristiques des sujets.
  • Le nombre de sujets capables d’effectuer 2 manœuvres reproductibles et acceptables était significativement plus bas dans la première région que dans la seconde autant pour le suivi quotidien (70 % vs 90%) que pour le suivi hebdomadaire (66 % vs 87 %).
  • Parmi 22926 manœuvres considérées comme acceptables par le logiciel, 1944 (8,5 %) étaient rejetées visuellement (toux, effort variable, fermeture glottique).
  • La qualité des manœuvres étaient significativement plus basse chez les sujets de 9 à 12 ans par comparaison à ceux de 13 à 18 ans, chez les sujets sans médications anti-inflammatoires, et chez les sujets avec VEMS < 80 % de la théorique.

- Conclusion :

  • Le recueil longitudinal de données est possible chez les enfants asthmatiques en réalisant un entraînement et un suivi répété à domicile, et en utilisant des spiromètres assurant une qualité de fabrication et des logiciels incitatifs performants.
  • La région, l’âge, et les multiples indicateurs de l’asthme persistant, permettent de prédire si le sujet sera capable d’exécuter des manoeuvres fiables et précises de fonction pulmonaire.

Cette étude évalue la validité des mesures réalisées à l’aide d’un spiromètre portable (EasyOne Frontline®) chez des enfants asthmatiques.

On peut regretter que le nombre d’enfants évalués soit faible (67), mais les résultats restent valables.

En premier lieu, il faut noter l’excellente compliance observée chez ces patients, que le suivi soit quotidien ou hebdomadaire.

En second lieu, de façon surprenante, on observe une différence de capacité des enfants à effectuer une manœuvre valable en fonction de la région d’étude. Peut-être ces régions ont-elles des caractéristiques socio-démographiques différentes ?

Enfin, il semble que la qualité des manœuvres soit moins bonne chez les plus jeunes.

Ces résultats sont donc prometteurs quant à l’utilisation future des spiromètres portables chez l’enfant, mais ne permettent pas de valider totalement ce dispositif. Il est nécessaire de réaliser de nouvelles études avec un échantillon plus important.