Eczéma périorbitaire : il faut avoir les bêtabloquants à l’œil !!

vendredi 1er décembre 2006 par Dr Stéphane Guez3234 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Eczéma périorbitaire : il faut avoir les bêtabloquants à l’œil (...)

Eczéma périorbitaire : il faut avoir les bêtabloquants à l’œil !!

Eczéma périorbitaire : il faut avoir les bêtabloquants à l’œil !!

vendredi 1er décembre 2006, par Dr Stéphane Guez

En consultation allergo-dermatologique, il n‘est pas rare de rencontrer des patients qui présentent un eczéma périorbitaire. On évoque une allergie de contact, en particulier aux collyres, en incriminant le plus souvent les conservateurs. Cependant le principe actif peut être en cause en particulier les bêtabloquants.

Eczéma de contact secondaire aux collyres bêtabloquants (BB) : une analyse rétrospective multicentrique d’une surveillance effectuée de 1993 à 2004. : Jappe U, Uter W, de Padua CA, Herbst RA, Schnuch A.

Department of Dermatology, University of Heidelberg, Vosstrasse 2.

dans Acta Derm Venereol. 2006 ;86(6):509-14

- Introduction :

  • Les médicaments ophtalmologiques appliqués au niveau de l’oeil peuvent entraîner une allergie de contact périorbitaire.

- Objectif de l’étude :

  • L’objectif de l’étude a été d’évaluer la fréquence et la nature des allergies de contact lors de l’application de collyre BB.

- Matériel et méthode :

  • Les données provenant d’une étude des départements de dermatologie ont été collectées entre 1993 et 2004 (Information Network of Departments of Dermatology ).
  • Sur 112430 patch tests, 332 ont été réalisés avec le propre traitement anti-glaucome du patient (collyre contenant différents BB) en raison d’une suspicion d’allergie de contact.

- Résultats :

  • La fréquence des tests positifs est liée à l’intensité de l’exposition comme cela a pu être estimé par la fréquence annuelle des prescriptions médicamenteuses en Allemagne.
  • Un total de 43 /332 (12.95%) tests montre au moins un patch test positif.
  • Les réactions positives sont observées avec les collyres qui contiennent :
    • du timolol (n=21),
    • du metipranolol (n=13)
    • et du levobunolol (n=11)
  • sans réactivité croisée.

- Conclusions :

  • Alors que l’exposition aux collyres contenant des BB reste stable au cours des années, comme cela est estimé par la fréquence des prescriptions médicamenteuses annuelles, une augmentation non significative des patch-tests positifs est observée.
  • Il s’agit de la première étude systématique portant sur des données recueillies auprès d’un grand nombre de patients avec une étude du propre traitement par collyre BB du patient.
  • Les résultats montrent que l’allergie de contact doit être considérée comme un effet indésirable important, même s’il est rare, de cette classe médicamenteuse.

Il s’agit du premier travail rétrospectif de grande ampleur portant sur l’allergie de contact induite par les collyres contenant un bêta-bloquant.

On observe une augmentation de la fréquence des patch-tests positifs à ces collyres avec des manifestations importantes chez les patients sensibilisés.

Ce travail est intéressant car il rappelle la possibilité d’un eczéma de contact périorbitaire chez les patients traités pour un glaucome par des collyres avec un bêtabloquant.

L’exploration est conventionnelle par patch-tests avec le produit du patient. Une réponse positive doit conduire à interrompre ce médicament, mais comme il n’est pas observé de réactions croisées dans ce travail, il est possible de prescrire un autre collyre bêtabloquant avec une molécule différente.

Enfin, cette étude portant sur un nombre important de patch-tests confirme que malgré tout cette sensibilisation médicamenteuse est rare.