Un questionnaire fait mieux qu’une boule de cristal pour prédire le futur dans l’asthme

lundi 8 janvier 2007 par Dr Clément FOURNIER1133 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Un questionnaire fait mieux qu’une boule de cristal pour prédire le futur (...)

Un questionnaire fait mieux qu’une boule de cristal pour prédire le futur dans l’asthme

Un questionnaire fait mieux qu’une boule de cristal pour prédire le futur dans l’asthme

lundi 8 janvier 2007, par Dr Clément FOURNIER

La diminution du contrôle de l’asthme est souvent la première étape d’une décompensation future. Cette étude a recherché des facteurs prédictifs d’une diminution future du contrôle de la maladie. Elle a notamment évalué l’intérêt de plusieurs types de questionnaires d’asthme.

Prédire les épisodes d’asthme non contrôlé chez des patients asthmatiques traités. : Karen McCoy, MDa, David M. Shade, JDb, Charles G. Irvin, PhDc, John G. Mastronarde, MDa, Nicola A. Hanania, MDd, Mario Castro, MD, MPHe, N.R. Anthonisen, MD, PhDf

a From the Ohio State University
b Johns Hopkins University, Baltimore
c University of Vermont
d Baylor College of Medicine, Houston
e Washington University School of Medicine, St Louis
f University of Manitoba

dans JACI Volume 118, Issue 6, Pages 1226-1233 (December 2006)

- Contexte :

  • Les exacerbations asthmatiques sont dangereuses, coûteuses, et difficiles à prévoir.

- Objectif :

  • Caractériser les patients asthmatiques qui ont eu des exacerbations et épisodes d’asthme sur 4 semaines d’observation.

- Méthodes :

  • Un total de 2032 volontaires asthmatiques (âge : 3 à 64 ans, 62 % de femmes) était étudié à deux semaines d’intervalle après vaccin contre la grippe et placebo.
  • Les données de base, incluant plusieurs questionnaires d’asthme, étaient analysées en vue de trouver des facteurs prédictifs d’événements asthmatiques identifiés sur les carnets d’auto-surveillance des peak flow, sur l’utilisation des médicaments et sur le recours aux centres de soins.

- Résultats :

  • A l’analyse du carnet d’auto surveillance sur 28 jours, 43.2 % des patients avaient eu au moins un épisode d’asthme non contrôlé.
  • La plupart des épisodes étaient caractérisés par l’augmentation de l’utilisation des médicaments de secours ou la diminution des valeurs de peak flow.
  • Presque 15 % des patients avaient des exacerbations caractérisées par l’utilisation de corticoides par voie systémique, une consultation en urgence, ou les deux.
  • La fréquence de ces épisodes était plus élevée chez les enfants de moins de 10 ans.
  • Les facteurs de risque additionnels étaient le tabagisme, l’origine afro-américaine, une fonction pulmonaire basse, et une histoire d’asthme sévère.
  • Les meilleurs facteurs prédictifs étaient les questionnaires de symptôme, et un simple questionnaire sur les 2 dernières semaines marchait aussi bien que les questionnaires plus complexes ou ciblés sur des périodes plus longues.
  • Après analyse en régression, on trouvait chez les patients de plus de 10 ans une association entre les épisodes d’asthme et les paramètres suivants :
    • résultats des questionnaires
    • tabagisme
    • fonction pulmonaire
    • origine ethnique
    • antécédent d’asthme sévère
  • Chez les enfants de moins de 10 ans, seul l’antécédent d’asthme sévère était un facteur prédictif

- Conclusion :

  • Les questionnaires de symptômes d’asthme sont prédictifs des crises d’asthmes chez les patients de plus de 10 ans, mais pas chez les enfants plus jeunes.

- Implication clinique :

  • Des évaluations simples peuvent être utiles pour identifier les patients les plus à risque de futures crises d’asthme.

Cette étude valide l’intérêt des questionnaires de symptômes d’asthme en tant que facteur prédictif d’une diminution future du contrôle de l’asthme.

Ce qui est particulièrement intéressant est la validation des questionnaires simples, beaucoup plus faciles à utiliser en consultation de routine.

Bien que l’étude n’en parle pas, on dispose actuellement d’un test en français évaluant le contrôle de l’asthme sur les 4 dernières semaines (ACT 2002) avec calcul d’un score, qui permet de classer son patient en contrôlé/non contrôlé (validé chez les patients de plus de 12 ans).

Ce questionnaire très simple est distribué par un laboratoire pharmaceutique (vous trouverez le nom tout seul sans problème).

On retrouve par ailleurs dans cette étude les habituels facteurs de risque de non contrôle de l’asthme : le tabagisme, une histoire d’asthme sévère, etc.

En revanche il apparaît clairement que les questionnaires ne sont pas validés chez les enfants, il faut donc que la recherche continue activement à ce niveau.