Acarien, graminées et chat : tiercé gagnant en Europe !

lundi 12 mars 2007 par Dr Geneviève DEMONET1250 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Acarien, graminées et chat : tiercé gagnant en Europe !

Acarien, graminées et chat : tiercé gagnant en Europe !

Acarien, graminées et chat : tiercé gagnant en Europe !

lundi 12 mars 2007, par Dr Geneviève DEMONET

Les études épidémiologiques utilisent les prick-tests cutanés pour évaluer la prévalence des sensibilisations allergéniques. Cette prévalence est-elle un reflet fiable de l’exposition allergénique ? Une étude européenne s’est penchée sur la question…

Variation géographique de la prévalence des tests cutanés positifs aux aéroallergènes de l’environnement dans l’Etude sur la Santé Respiratoire dans la Communauté Européenne 1 : P.-J. Bousquet, S. Chinn, C. Janson, M. Kogevinas, P. Burney, D. Jarvis

1Imperial College, London, UK ; 2Department of Medical Science, Respiratory, Medicine and Allergology, Uppsala University, Uppsala, Sweden ; 3Centre for Research in Environmental Epidemiology (CREAL), Municipal Institute of Medical Research (IMIM), Barcelona, Spain ; 4Department of Social Medicine, Medical School, University of Crete, Heraklion, Crete, Greece

dans Allergy
Volume 62 Issue 3 Page 301 - March 2007

- Contexte :

  • La prévalence de la sensibilisation a été évaluée à l’aide des prick-tests cutanés dans de nombreuses études.
  • Cependant, des comparaisons entre les études et entre les régions sont difficiles en raison de la grande variabilité du nombre et du type d’allergènes testés.
  • La variation géographique de la sensibilisation aux allergènes de l’environnement, mesurée par les prick-tests, a été établie à l’aide des données de l’Etude sur la Santé Respiratoire dans la Communauté Européenne 1 (European Community Health Respiratory Survey I).

- Méthodes :

  • Des tests cutanés d’allergie ont été réalisés chez des adultes âgés de 20 à 44 ans, vivant dans 35 centres de 15 pays développés, avec neuf aéroallergènes communs : Dermatophagoïdes pteronyssinus, phleum pratense, chat, Cladosporium herbarium, Alternaria alternata, bouleau, olivier, ambroisie et Parietaria judaica.
  • La prévalence standardisée âge-sexe de sensibilisation a été déterminée et on a identifié des centres de prévalence haute (intervalle de confiance 95% au-dessus et excluant la médiane de l’étude) et basse (intervalle de confiance au-dessous et excluant la médiane de l’étude) pour chaque allergène et pour un quelconque des neuf allergènes.

- Résultats :

  • Il y avait une variation géographique substantielle dans la prévalence de la sensibilisation à chacun des neuf allergènes testés et dans la prévalence de la sensibilisation à un allergène quelconque (17,1% pour la plus basse, 36,8% pour la médiane et 54,8% pour la plus haute).
  • Les sensibilisations à D. pteronyssimus, au pollen de graminée et au chat avaient la plus grande prévalence (médiane entre 21,7%, 16,9% et 8,8% respectivement).
  • La sensibilisation à la phléole était plus élevée que celle des autres pollens.

- Conclusion :

  • Comme on s’y attendait, des variations géographiques de sensibilisation aux aéroallergènes de l’environnement ont été observées entre les centres.
  • Ces résultats étaient comparables à ceux observés avec les IgE spécifiques sériques.
  • Les tests cutanés peuvent être utilisés pour évaluer la distribution géographique des allergènes dans une étude épidémiologique multicentrique.

La sensibilisation allergénique est fréquemment évaluée par la positivité des prick-tests cutanés lors des études épidémiologiques.

Les tests utilisés varient selon les régions géographiques, logiquement en fonction de l’exposition allergénique.

Les résultats de l’Etude sur la Santé respiratoire dans la Communauté Européenne 1 (European Community Health Respiratory Survey I) ont été utilisés pour valider la variation géographique des sensibilisations (35 centres, 15 pays).

Neuf aéroallergènes communs ont été testés (acariens, moisissures, pollens, chat).

La variation géographique de la prévalence des sensibilisations a été confirmée entre les centres avec à l’arrivée 3 allergènes récurrents : Dermatophagoïdes Pteronyssinus, phléole et chat.

Pas vraiment une surprise…