Sabre laser et Nuoc Man « spécial » pour les asthmatiques réfractaires !!

vendredi 16 mars 2007 par Dr Stéphane Guez1716 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Sabre laser et Nuoc Man « spécial » pour les asthmatiques réfractaires (...)

Sabre laser et Nuoc Man « spécial » pour les asthmatiques réfractaires !!

Sabre laser et Nuoc Man « spécial » pour les asthmatiques réfractaires !!

vendredi 16 mars 2007, par Dr Stéphane Guez

Parfois les patients, pour différentes raisons, se détournent de la médecine scientifique pour trouver un réconfort dans des prises en charges différentes. Dans ce travail les auteurs ont testé l’apport thérapeutique de la médecine traditionnelle chinoise par acupuncture et probiotiques.

Acupuncture par laser et probiotiques chez des enfants d’age scolaire ayant un asthme : une étude pilote randomisée contre placebo d’un traitement appliquant les principes de la médecine chinoise traditionnelle : Karin Stockert, Barbara Schneider, Gerold Porenta, Regina Rath, Helmut Nissel, Irmgard Eichler

1Austrian Society for Acupuncture, Huglgasse 1-3, Vienna, Austria, 2Departments of Medical Statistics, 3Pediatrics, Medical University of Vienna, Vienna, Austria

dans Pediatric Allergy and Immunology 18 (2), 160–166

- Introduction :

  • La médecine traditionnelle chinoise (MTC) postule une interaction entre le poumon, organe Ying, et le gros intestin, organe Yang.

- Objectif de l’étude :

  • Le but de cette étude pilote a été d’étudier chez des enfants d’age scolaire asthmatiques si un traitement acupuncture par laser et des probiotiques, en accord avec la MTC, pouvaient avoir un effet bénéfique en association avec le traitement classique selon les recommandations pédiatriques.

- Méthodologie :

  • 17 enfants âgés de 6 à 12 ans ayant un asthme intermittent ou persistant léger ont été inclus dans une étude randomisée, contre placebo et en double aveugle.
  • 8 patients ont eu des séances d’acupuncture pendant 10 semaines et un traitement par probiotiques sous forme de gouttes orales (Enterococcus faecalis vivants mais non pathogènes) pendant 7 semaines.
  • 9 patients dans le groupe contrôle ont été traités par un stylo laser n’émettant pas de lumière et ont reçu des gouttes placebo.
  • Il a été mesuré :
    • les variations du débitmètre de pointe,
    • le VEMS et
    • une évaluation par un questionnaire sur la Qualité de Vie a été également réalisée.

- Résultats :

  • L’acupuncture par laser et les probiotiques diminuent significativement la moyenne des mesure du DEP (déviation standard) de -17.4% (14.2) dans le groupe traité versus 2.2% (22.5) dans le groupe contrôle (p=0.034).
  • Il n’y a pas d’effet significatif sur le VEMS, la Qualité de Vie et les traitements additionnels.
  • Les patients traités par la MTC ont moins d’infections fébriles aigues par rapport au groupe témoin (1.14 (1.4) versus 2.66 (2.5), p=0.18).

- Conclusion :

  • Cette étude pilote permet d’émettre l’hypothèse d’un bénéfice thérapeutique en traitant l’interaction entre les poumons et le gros intestin par acupuncture laser et probiotiques sur l’hyper réactivité bronchique (chez des enfants d’age scolaire ayant un asthme intermittent ou persistant léger) et sur la prévention des exacerbations respiratoires aiguës.
  • Ces résultats doivent être confortés par d’autres travaux.

Dans ce travail, les auteurs étudient l’apport d’une prise en charge thérapeutique selon les méthodes de la médecine traditionnelle chinoise avec acupuncture et probiotiques en plus de la prise en charge classique de l’asthme.

Ils démontrent un bénéfice avec une diminution de l’hyperréactivité bronchique et moins d’infections.

Cette étude est pour le moins inhabituelle avec des hypothèses physiopathologiques qui échappent complètement à nos critères cartésiens scientifiques habituels.

Il est donc déjà surprenant que les auteurs cherchent à démonter un effet bénéfique d’une prise en charge selon la médecine traditionnelle chinoise avec des outils qui ont été confectionnés selon un mode de pensée totalement différent.

Les résultats de ce travail qui se veut rigoureux puisqu’en double aveugle contre placebo ne sont cependant pas convaincants : le nombre de patients inclus est très faible. Les résultats statiques ne sont pas significatifs.

Ce qui n’empêche pas les auteurs de conclure à un apport bénéfique de l’acupuncture et des probiotiques. Un peu comme si la conclusion avait été décidée avant les résultats.

Ce travail ayant été publié, il va être repris et va acquérir des titres de noblesse dont le comité de lecture de la revue n’a peut-être pas mesuré les conséquences possibles.