Une étude réfrigérante en Alaska recherche le lien entre prématurité et asthme

vendredi 23 mars 2007 par Dr Christian Debavelaere787 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Une étude réfrigérante en Alaska recherche le lien entre prématurité et (...)

Une étude réfrigérante en Alaska recherche le lien entre prématurité et asthme

Une étude réfrigérante en Alaska recherche le lien entre prématurité et asthme

vendredi 23 mars 2007, par Dr Christian Debavelaere

L’apparition d’un asthme est un événement fâcheux et la sélection d’une population à risque utile pour anticiper la prise en charge ou la prévention de cette affection. Qu’en est il de la prématurité ou de l’hypotrophie ? Cette étude Américaine basée sur une base de données imposante nous en dit davantage.

La prévalence de l’asthme est en corrélation avec la prématurité et non l’hypotrophie au sein d’une population d’enfants de moins de 10 ans d’une base de données Medicaid. : Bradford D Gessner1 and Marc-Andre R Chimonas2

Alaska Division of Public Health, Section of Epidemiology, Anchorage, Alaska, USA ; Centers for Disease Control and Prevention, Office of Workforce and Career Development, Alaska Division of Public Health, Anchorage, Alaska, USA

dans Thorax 2007 ;62:231-236

- Contexte

  • Seul un petit nombre d’études a évalué l’association entre poids de naissance ou poids in utero et apparition d’un asthme.

- Méthodes

  • Les données concernant la naissance de 37349 enfants de moins de 10 ans vivant en Alaska et faisant partie de l’assurance MEDICAID sont inclus dans une étude durant 1 an pendant les années 1999 à 2002.
  • Les critères définissant l’apparition de l’asthme et des infections des voies respiratoires basses pendant la période d’étude répondent aux critères de la classification internationale des maladies( 9ème version).
  • L’association entre âge gestationnel ou hypotrophie et asthme, était pondérée par l’existence d’une infection récente des voies respiratoires basses, l’année d’entrée à Medicaid, l’âge lors de l’inclusion et certains facteurs liés à la naissance.

- Résultats

  • Parmi les enfants de moins de 5 ans, l’Odd-ratio (OR) corrigé pour l’apparition de l’asthme, baissait de 5,5 % (intervalle de confiance (CI 95% de 0,2 à 10,9) et de 7,9 % (CI 95% de 5,2 à 10,4) par semaine supplémentaire de gestation pour les enfants, indépendamment de la notion d’infection respiratoire basse.
  • Pour les enfants de 5 ans, l’OR corrigé pour l’apparition d’un asthme diminuait de 3,4% (CI 95 de 2,8 à 9,8) et de 3,7% (CI 95% 2,0 à 9,2) par semaine supplémentaire de gestation indépendamment des infections respiratoires basses
  • Parmi les enfants asthmatiques, l’OR corrigé pour une hospitalisation liée à l’asthme diminuait de 6,9%(CI95% 2,1 à 11,5) pour chaque semaine supplémentaire de gestation.
  • Une hypotrophie n’est pas corrélée avec l’apparition d’un asthme.

- Conclusions

  • La prématurité est un facteur prédictif d’un asthme ce qui n’est pas le cas pour l’hypotrophie.
  • Les conséquences de la prématurité sur l’apparition d’un asthme persistent au-delà de l’âge de 5 ans.

Cette étude recherche un lien entre la prématurité ou l’hypotrophie et le risque de développer un asthme dans l’enfance.

Elle utilise à cette fin une base de données importante de 37 000 enfants vivant en Alaska et âgés de moins de 10 ans. Cette base est celle des adhérents à Medicaid, une assurance santé Nord américaine.

Cette étude confirme le lien entre la prématurité et le risque de présenter un asthme et démontre que ce risque est corrélé avec le degré de prématurité car chaque semaine de prématurité supplémentaire aggrave le risque d’asthme, ou la gravité de celui-ci se traduisant par la notion d’une hospitalisation.

En revanche, le facteur d’hypotrophie n’est pas un facteur de risque d’apparition de l’asthme.

Personnellement j’avais la notion, apprise lors de mes études d’un risque de déclencher un asthme en cas de :

  • prématurité
  • hypotrophie
  • bronchiolite sévère et ou répétée
  • facteur génétique prédisposant à l’asthme ou l’atopie
  • tabagisme passif
  • faible niveau socio économique

Ainsi, le facteur hypotrophie n’est en définitive pas retenu comme facteur de risque dans cette étude.