Les spécialistes de l’asthme sont évalués : combien vont être recalés ?

vendredi 27 avril 2007 par Dr Stéphane Guez1109 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les spécialistes de l’asthme sont évalués : combien vont être recalés (...)

Les spécialistes de l’asthme sont évalués : combien vont être recalés ?

Les spécialistes de l’asthme sont évalués : combien vont être recalés ?

vendredi 27 avril 2007, par Dr Stéphane Guez

Parmi les recommandations sur la prise en charge de l’asthme, l’une concerne la nécessité de fournir au patient un protocole écrit sur la conduite à tenir en cas de crise avec les signes cliniques de début d’une crise et le traitement à suivre. Est-ce que ce protocole est réellement remis à tous les asthmatiques ?

Usage, par les médecins spécialistes. de protocoles thérapeutiques écrits pour les asthmatiques. : Beverley J. Sheares, MD, MS 1 *, Yunling Du, PhD 2, Tara L. Vazquez, MS 1, Robert B. Mellins, MD 1, David Evans, PhD 1

1Department of Pediatrics, Columbia University College of Physicians and Surgeons, New York, New York
2Department of Epidemiology and Population Health, Albert Einstein School of Medicine, Bronx, New York

dans Pediatric Pulmonology
Volume 42, Issue 4 , Pages 348 - 356

- Introduction :

  • De nombreuses études recommandent aux médecins spécialistes de remettre aux patients un protocole thérapeutique écrit dans l’asthme.

- Objectif de l’étude :

  • Le but de ce travail a été de préciser les attitudes, les croyances et les comportements auto-rapportés en pratique clinique, concernant la rédaction de protocoles thérapeutiques dans l’asthme par des médecins spécialistes.

- Matériel et méthodes :

  • Un interrogatoire structuré a été conduit auprès de pneumologues et allergologues qui prennent en charge directement des asthmatiques dans deux centres médicaux à New York.
  • Cet interrogatoire couvrait 5 domaines :
    • des informations démographiques
    • les expériences de rédaction de ces protocoles écrits remis aux patients
    • les comportements en pratique vis-à-vis de ces protocoles
    • les facteurs qui influencent l’utilisation de ces protocoles
    • et la communication médecin, patient.

- Résultats :

  • 45 praticiens ont été retenus pour participer à cette étude.
  • 68% des médecins traitent des adultes, et 32% sont des pédiatres.
  • 44 médecins ont complété l’ensemble du questionnaire (taux de réponse de 98%).
  • 86% rapportent une utilisation d’un protocole thérapeutique écrit avec de nombreux patients (71% de leurs patients ont reçu un protocole thérapeutique écrit).
  • La plupart de ces protocoles sont rédigés à la main sur une feuille de papier (66%).
  • La plupart de ce protocoles sont basés sur les symptômes (47%) ou combinent à la fois symptômes et mesures du débit-mètre de pointe (50%).
  • La plupart de plans favorisent l’autonomie du patient.
  • Plus de 87% des praticiens croient que l’utilisation régulière de ces protocoles écrits améliore le devenir du patient.

- Conclusion :

  • Ces résultats suggèrent que les spécialistes de l’asthme dans cette étude utilisent plus fréquemment les protocoles thérapeutiques écrits que dans d’autres études publiées.
  • Les médecins encouragent l’autonomie du patient, et croient que l’autogestion des crises par le patient améliore le devenir de la maladie asthmatique.
  • Des études contrôlées portant sur la mesure de l’efficacité réelle de ces protocoles écrits sur la prise en charge par le patient des crises d’asthme sont nécessaires pour évaluer leur impact en pratique clinique.

Dans ce travail, les auteurs démontrent que, dans 2 centres américains de prise en charge de patients asthmatiques, il est effectivement remis aux patients un protocole écrit à la main concernant surtout les symptômes d’une crise d’asthme avec la conduite à tenir sur le plan thérapeutique.

Ce travail est très intéressant même s’il ne représente qu’une photographie d’un nombre faible de spécialistes prenant en charge des asthmatiques, et uniquement aux Etats-Unis.

En effet il est très important de remettre au patient un protocole lui indiquant les mesures à prendre pour reconnaître un début de crise d’asthme et le traitement à suivre. L’objectif est de permettre au patient un traitement rapide et de lui éviter par une attente inutile qu’une simple crise devienne grave.

Cependant les études réalisées jusqu’à présent ont montré que la remise de ce protocole est loin d’être systématique. Il faut dire que cela prend du temps au cours d’une consultation. Car il faut en même temps que l’on remet le protocole, bien l’expliquer au patient et bien préciser avec lui les traitements à suivre.

Il est rassurant de constater que même au pays de l’informatique, ce protocole est rédigé à la main. Cela veut certainement dire qu’il n’est pas possible de rédiger un protocole unique applicable à tous les patients et qu’il faut au contraire une conduite à tenir personnalisée en fonction, du patient, de ses connaissances de la maladie asthmatique, de ses antécédents de gestion de crise et de son traitement de fond.

Enfin, les auteurs soulignent un fait important : le bien fondé de la remise de ce protocole de gestion de crise par le patient n’a pas encore fait l’objet d’une évaluation systématique et rigoureuse.

Au total donc, il faut profiter de la lecture de cet article pour rappeler qu’il est nécessaire de trouver le temps, lors du suivi de prise en charge d’un asthmatique, de remettre à celui-ci un document précisant la conduite à tenir face à une crise (symptômes de reconnaissance et traitement à appliquer).

Les écoles de l’asthme peuvent ensuite aider le patient à bien comprendre et surtout à bien appliquer ce protocole.