EAACI 2007 : Göteborg Suède. Le congrès du Dr Philippe Carré.

dimanche 17 juin 2007 par Dr Philippe Carré949 visites

Accueil du site > Evènements > Comptes rendus > EAACI 2007 : Göteborg Suède. Le congrès du Dr Philippe Carré.

EAACI 2007 : Göteborg Suède. Le congrès du Dr Philippe Carré.

EAACI 2007 : Göteborg Suède. Le congrès du Dr Philippe Carré.

dimanche 17 juin 2007, par Dr Philippe Carré

Cette année, nous avons décidé d’assister à plus de sessions et donc nous avons eu moins de temps pour mettre en ligne nos comptes-rendus. Vous trouverez donc les communications avec le décalage nécessaire à la réalisation d’un rapport de qualité. Sommaire de cet article : Les venins d’hyménoptères.

Session sur les venins d’hyménoptères.

Évaluation In vitro

Ebo D., Belgique

Ebo a repris les grandes lignes des recommandations européennes sur la prise en charge des allergies aux venins (Allergy 2005 ;60 :1459-70).

Il a évoqué le problème fréquent des patients dont le bilan cutané et le dosage des IgEs montrent une double sensibilisation (plus de 25% des cas) alors que la véritable multi-sensibilisation est rare.

Parmi les techniques biologiques complémentaires disponibles pour faire la part des choses, le test d’activation des basophiles (TAB) par la méthode de cytomètrie de flux est la plus performante, à la fois en terme de sensibilité et de spécificité (elle fait intervenir l’anti CD63, marqueur membranaire des basophiles).

Ebo a insisté sur le fait qu’il existe avec cette technique des non-répondeurs, qui ne sont généralement pas pris en compte dans les études.

Dans un travail récent (soumis à publication) sur 118 patients ayant présenté une réaction systémique aux venins, le bilan diagnostique montrait une double sensibilisation chez 28 patients : le TAB a permis de confirmer le diagnostic précis dans 14 cas, de prouver une « vraie » double sensibilisation dans 7 cas ; 5 patients étaient non répondeurs au test. »

Réactivité croisée.
Bilo B., Italie

L’auteur a évoqué aussi le problème des doubles sensibilisations, qui peuvent être en rapport :

  • soit avec une véritable multi-sensibilisation,
  • soit avec un artéfact lié à une sensibilité trop grande du CAP,
  • soit à une réaction croisée à la hyaluronidase,
  • soit à la présence de déterminants communs glycoprotéiques carbohydratés (CDD), retrouvés dans les différents venins, mais aussi dans certains pollens ; ils représentent une cause majeure de réaction croisée abeille/guêpe.

Ils rendent compte aussi de la fréquence élevée (50% environ) d’allergie croisée vespula/poliste, et parmi les polistes des réactions croisées entre dominulus et gallicus, les deux polistes que l’on trouve en Europe.

À suivre…