La désensibilisation, un traitement long cher et inefficace…

mardi 18 septembre 2007 par Dr Christian Debavelaere2074 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > La désensibilisation, un traitement long cher et inefficace…

La désensibilisation, un traitement long cher et inefficace…

La désensibilisation, un traitement long cher et inefficace…

mardi 18 septembre 2007, par Dr Christian Debavelaere

C’est la boutade que l’allergologue. Lassé d’entendre une fois de plus « Mais on m’a dit que cela ne marche pas… » Le praticien rétorque par dérision : « Vous avez raison, ce traitement est long cher et inefficace, c’est pour cela qu’on le prescrit depuis des décennies, que l’assurance maladie le rembourse et que votre allergologue vous le conseille… » Trêve de plaisanterie, cette étude nordique démontre aux grincheux, septiques et provocateurs que l’ITS est efficace, que ses effets se prolongent dans le temps, et que le risque d’asthme est réduit.

L’immunothérapie spécifique a un effet préventif a long terme sur l’asthme saisonnier ou perannuel : suivi sur 10 années dans le cadre de l’étude PAT. : L. Jacobsen, B. Niggemann, S. Dreborg, H. A. Ferdousi, S. Halken, A. Høst, A. Koivikko, L. A. Norberg, E. Valovirta, U. Wahn, C. Möller, (The PAT investigator group)

1ALK-Abelló, Hørsholm, Denmark ; 2Department of Pediatric Pneumology and Immunology, Charité, Berlin, Germany ; 3Department of Pediatrics, University Hospital of Oslo, Oslo, Norway ; 4Department of Pediatrics, University of Linköping, Linköping, Sweden ; 5Department of Pediatrics, Hospital of Sønderborg, Sønderborg, Denmark ; 6Department of Pediatrics, University Hospital of Odense, Odense, Denmark ; 7Turku Allergy Centre, Turku, Finland ; 8Department of Pediatrics, Umeå University, Umeå, Sweden

dans Allergy
Volume 62 Issue 8 Page 943-948, August 2007

- Contexte

  • 3 années d’immunothérapie spécifique par voie sous cutanée chez l’enfant souffrant de rhino conjonctivite saisonnière réduit le risque de développer un asthme pendant le traitement
  • et les 2 années qui suivent son interruption (suivi portant sur 5 ans) indiquent un effet préventif à long terme de la désensibilisation.

- Objectifs

  • Nous avons évalué l’efficacité clinique à long terme et l’effet préventif sur le développement de l’asthme pendant les 7 ans qui succèdent à l’immunothérapie spécifique.

- Méthodes

  • 147 sujets, agés de 16 à 25 ans, souffrant d’allergie aux pollens de graminées ou de bouleau étaient suivis 10 ans après l’initiation d’une immunothérapie spécifique de 3 ans par voie injectable à l’aide d’extraits allergéniques standardisés de graminées ou de bouleau et comparés avec des sujets non désensibilisés.
  • Des tests de provocation conjonctivaux furent réalisés en dehors de la saison, et des tests de provocations bronchiques à la métacholine eurent lieu pendant la saison pollinique et en hiver.
  • L’asthme était évalué suivant des critères cliniques.

- Résultats

  • L’amélioration significative de la rhinoconjonctivite et de la conjonctivite persiste lors des 10 années du suivi.
  • Les personnes traitées moins activement ont développé de manière significative plus souvent de l’asthme lors des 10 années du suivi, d’après les symptômes cliniques (odds ratio 2,5(1,1 à 5,9).
  • Les patients qui développent un asthme sont au nombre de 24 sur 53 pour les sujets témoins et de 16 sur 64 dans le groupe désensibilisé.
  • L’étude longitudinale ajustée concernant l’efficacité du traitement était statistiquement significative ( p = 0,0075) pour l’hyperréactivité bronchique et l’asthme, l’étude portait sur l’ensemble des observations à 3 ans, 5 ans et 10 ans, la population étudiée à l’origine avec ou sans asthme était de 189, soit 511 observations
  • L’odd ratio pour les non asthmatiques était de 4,6, 95% de l’intervalle de confiance (1,5-13,7) en faveur de l’immunothérapie spécifique.

- Conclusion

  • Une immunothérapie spécifique conduite pendant 3 ans à l’aide d’extraits allergéniques standardisés a montré un effet clinique positif à long terme et un effet préventif potentiel sur l’apparition de l’asthme chez l’enfant souffrant de rhino conjonctivite allergique, pour une durée allant jusque 7 ans après le traitement.

- Implication clinique :

  • L’immunothérapie spécifique garde un effet clinique positif à long terme et prévient l’apparition de l’asthme chez l’enfant affecté par une rhinoconjonctivite, et ceci jusque 7 ans après la fin du traitement.

Cet article est intéressant car il s’agit d’un article original, multicentrique, mené en Europe du nord en Finlande, Danemark et Allemagne avec des signatures prestigieuses, notamment Bodo Niggeman et Ulrich Wahn.

L’étude concerne la persistance à moyen terme d’un traitement d’immunothérapie spécifique, et son effet préventif sur l’apparition d’un asthme.

L’immunothérapie spécifique est réalisée pendant 3 ans.

Les sujets sélectionnés sont des enfants, ils souffrent de pollinose aux graminées ou au bouleau.

Les personnes sont suivies pendant 7 années après la fin de la désensibilisation.

Le bénéfice de la désensibilisation persiste à long terme, un effet préventif est confirmé concernant l’apparition de l’asthme, les sujets désensibilisés ont un risque atténué de développer un asthme.

Les conclusions ne sont pas nouvelles, puisque Durrham en grande Bretagne, pays peu enclin à utiliser l’immunothérapie spécifique, avait démontré l’efficacité persistante de l’ITS après l’arrêt de celle-ci, étude portant sur 3 années, et Anne des Roches au canada avait démontré l’effet protecteur de l’ITS sur l’apparition d’un asthme, risque estimé à 30 % en cas de rhinite.

Cette étude confirme et permettra d’amplifier le discours que l’allergologue tient à son patient, ses correspondants, les sceptiques de tout poil, etc.

L’immunothérapie spécifique est un traitement efficace, dont l’effet se prolonge dans la durée, bien après l’arrêt du traitement. Par son effet global il prévient la complication majeure qui est l’apparition de l’asthme.