Quand ma femme n’a pas ses règles, elle siffle…

lundi 15 octobre 2007 par Dr Clément FOURNIER1883 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Quand ma femme n’a pas ses règles, elle siffle…

Quand ma femme n’a pas ses règles, elle siffle…

Quand ma femme n’a pas ses règles, elle siffle…

lundi 15 octobre 2007, par Dr Clément FOURNIER

Plusieurs données épidémiologiques récentes suggèrent que les hormones stéroïdiennes sexuelles auraient une influence sur l’asthme. Cette étude épidémiologique a recherché s’il existait un lien entre oligoménorrhée et asthme, et si le surpoids et l’activité physique modifiaient ce lien.

Irrégularités menstruelles, asthme, et fonction pulmonaire : Francisco Gómez Real, MDabe, Cecilie Svanes, MD, PhDace, Ernst Reidar Omenaas, MD, PhDde, Josep Maria Antò, MD, PhDa, Estel Plana, MSca, Christer Janson, MD, PhDf, Deborah Jarvis, MDg, Elisabeth Zemp, MD, PhDh, Matthias Wjst, MD, PhDi, Bénédicte Leynaert, MSc, PhDj, Jordi Sunyer, MD, PhDa

Environmental Respiratory Research Unit, Institut Municipal d’Investigació Mèdica, Barcelona, Spain ; Department of Gynecology and Obstetrics, Haukeland University Hospital, Bergen, Norway ; Department of Thoracic Medicine, Haukeland University Hospital, Bergen, Norway ; Center for Clinical Research, Haukeland University Hospital, Bergen, Norway ; Respiratory Research Group, Institute of Medicine, University of Bergen, Bergen, Norway ; Department of Medical Sciences : Respiratory Medicine and Allergology, Uppsala University, Uppsala, Sweden ; Department of Public Health Sciences, King’s College, London, United Kingdom ; Institute of Social and Preventive Medicine, University of Basel, Basel, Switzerland ; Molecular Epidemiology, Forschungszentrum für Umwelt und Gesundheit National Research Center for Environment and Health, Neuherberg, Germany ; Epidémiologie des Maladies Respiratoires, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale U700, Faculté de Médecine Xavier Bichat, Paris, France

dans JACI Volume 120, Issue 3, Pages 557-564 (September 2007)

- Contexte :

  • L’oligoménorrhée est associée à un surcroît de maladie asthmatique (données de l’étude ECRHS = « European Community Respiratory Health Survey »), mais la possible association avec la fonction respiratoire pulmonaire n’a pas été étudiée auparavant.

- Objectifs :

  • Etudier si l’oligoménorrhée est associée à la fonction pulmonaire et à l’asthme, et si l’Index de Masse Corporelle (IMC) et l’activité physique modifient cette association.

- Méthodes :

  • Des femmes âgées de 28 à 44 ans (n = 1631) participant à l’ECRHS étaient inclues.
  • Les femmes prenant des hormones sexuelles, enceintes, ou ayant accouché récemment étaient exclues.

- Résultats :

  • On retrouvait des cycles menstruels longs ou irréguliers chez 313 femmes (19%).
  • L’oligoménorrhée était significativement associé à une augmentation des symptômes d’asthme (OR = 1,76 ; IC95% 1,29 - 2,40), à l’asthme allergique (OR = 2,46 ; IC95% 1,43 - 4,23), et à des valeurs de CVF plus basses.
  • Lorsqu’on excluait les femmes utilisant un traitement anti-asthmatique, les femmes très maigres, ou les femmes pratiquant une activité physique régulière, ces associations restaient significatives.
  • Les effets de l’oligoménorrhée étaient additifs à ceux de l’IMC sur l’asthme et la CVF.
  • Les symptômes d’asthme augmentaient significativement avec l’IMC.
  • La CVF et le VEMS augmentaient avec l’IMC jusqu’à 25 kg / m2 puis diminuaient ensuite au fur et à mesure de l’augmentation de l’IMC.
  • Après exclusion des femmes pratiquant une activité physique régulière, les symptômes d’asthme augmentaient significativement avec la diminution de l’activité physique (OR = 1,09 ; IC95% 1,001 - 1,19) indépendamment de l’existence d’une oligoménorrhée.
  • Parmi les femmes pratiquant une activité physique régulière, la présence d’une oligoménorrhée constituait un facteur de risque élevé de symptômes d’asthme (OR = 12,6 ; IC95% 3,7 - 43).

- Conclusion :

  • Les femmes présentant une oligoménorrhée ont plus d’asthme et une fonction pulmonaire plus basse, en particulier des asthmes allergiques, indépendamment de l’IMC et de l’activité physique.
  • La physiopathologie des voies aériennes a donc non seulement une composante hormonale mais aussi une composante métabolique

- Implications Cliniques :

  • Les femmes avec oligoménorrhée devraient bénéficier d’un dépistage de l’asthme et d’une mesure de la fonction pulmonaire.
  • Il faudrait aussi considérer l’existence d’une perturbation métabolique dans l’asthme.

Les études épidémiologiques ont montré qu’il existe un pic d’asthme chez les femmes au moment de la ménopause, et des données plus récentes suggèrent que les hormones stéroïdiennes sexuelles auraient une influence sur l’asthme.

Cette étude a analysé le lien entre oligoménorrhée et asthme. Ce lien existe : les femmes touchées par ce dysfonctionnement menstruel ont plus de symptômes d’asthme, mais avec un OR modeste (1,76).

On retrouve également le lien avec la surcharge pondérale.

Enfin la pratique d’une activité physique quotidienne a également une influence sur les symptômes d’asthme.

Les auteurs en concluent qu’il faut dépister un asthme chez les femmes présentant une oligoménorrhée. Il paraît raisonnable de commencer par un dépistage clinique.