Piquer les enfants eczémateux de moins de 2 ans est rentable : ils deviennent plus souvent allergiques !!

lundi 5 novembre 2007 par Dr Stéphane Guez993 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Piquer les enfants eczémateux de moins de 2 ans est rentable : ils (...)

Piquer les enfants eczémateux de moins de 2 ans est rentable : ils deviennent plus souvent allergiques !!

Piquer les enfants eczémateux de moins de 2 ans est rentable : ils deviennent plus souvent allergiques !!

lundi 5 novembre 2007, par Dr Stéphane Guez

Il est difficile de diagnostiquer un asthme ou une rhinite allergique chez le jeune enfant. L’eczéma du nourrisson représente un facteur de risque, mais tous les eczémateux ne développeront pas un asthme ou une rhinite. Y a-t-il un test prédictif d’allergie respiratoire chez ces nourrissons ayant un eczéma ?

Les prick-tests cutanés peuvent identifier les enfants eczémateux ayant un risque de développer un asthme ou une rhinite allergique. : A. J. Lowe, C. S. Hosking, C. M. Bennett, J. B. Carlin, M. J. Abramson, D. J. Hill, S. C. Dharmage

Centre for Molecular, Environmental, Genetic and Analytic Epidemiology, Faculty of Medicine, Dentistry & Health Sciences, The University of Melbourne, Melbourne, Australia, Department of Paediatrics, John Hunter Children’s Hospital, Newcastle, Australia, Department of Epidemiology & Preventive Medicine, Monash University, Melbourne, Australia and Murdoch Children’s Research Institute, Royal Children’s Hospital, Melbourne, Australia

dans Clinical & Experimental Allergy Volume 37 Issue 11 Page 1624-1631, November 2007

- Introduction :

  • L’évaluation de la sensibilisation allergique n’est pas réalisée en routine chez les enfants ayant un eczéma.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de déterminer si les enfants qui ont un eczéma atopique (donc avec une sensibilisation), ont un risque plus important de développer un asthme ou une rhinite allergique que ceux qui n’ont pas un eczéma atopique (c’est-à-dire sans sensibilisation associée).

- Matériel et méthode :

  • La présence d’un eczéma a été documenté de façon prospective jusqu’à l’âge de 2 ans au sein d’une cohorte de naissance de 620 enfants ayant des antécédents familiaux de maladie atopique.
  • L’état de sensibilisation a été déterminé par la réalisation de prick-tests cutanés à 6 mois, 12 mois et 24 mois avec 6 allergènes communs (lait de vache, œuf, arachide, acariens, chat, herbe).
  • Un interrogatoire a été réalisé à 6 ans et 7 ans pour déterminer la présence d’un asthme et d’une rhinite allergique.

- Résultats :

  • Dans les 2 premières années de vie parmi les 443 enfants qui ont pu être classés :
    • 28.7% ont un eczéma atopique (tests cutanés positifs)
    • 20.5% ont un eczéma non atopique (tests cutanés négatifs)
    • 19% sont asymptomatiques mais sensibilisés (pas d’eczéma mais test cutanés positifs)
    • 31.8% sont asymptomatiques et non sensibilisés (pas d’eczéma et tests cutanés négatifs)
  • Lorsqu’on compare ces résultats avec les enfants ayant un eczéma non atopique durant les 2 premières années de vie, les enfants qui ont un eczéma atopique ont de façon conséquente un risque plus grand de développer un asthme (odd ratio 3.52, IC95% : 1.88-6.59) et une rhinite allergique (OR : 2.91, 1.48-5.71).
  • Le risque plus élevé d’asthme est également plus grand si les enfants ont un test cutané (OR : 4.61, 2.34-9.09) indiquant une allergie alimentaire.
  • Il n’y a pas de preuve que les enfants ayant un eczéma non atopique aient un risque augmenté d’asthme ou de rhinite allergique par rapport aux enfants asymptomatiques.

- Conclusion :

  • Chez les enfants ayant un eczéma durant les 2 premières années de vie, les prick-tests cutanés peuvent donner des informations valables sur le risque ultérieur de développer dans l’enfance un asthme ou une rhinite allergique.

Dans ce travail prospectif, les auteurs démontrent que la positivité de tests cutanés immédiats chez des enfants eczémateux de moins de 2 ans et ayant des antécédents familiaux d’atopie, est un facteur de risque de développer durant l’enfance un asthme ou une rhinite allergique.

Cette étude est complémentaire de nombreuses autres publications qui font état d’un lien très fort entre dermatite atopique et risque de développer un asthme et/ou une rhinite allergique.

L’apport de ce travail est de préciser qu’il existe bien 2 formes d’eczéma :

  • l’un avec des tests immédiats négatifs et qui ne se complique pas d’asthme ou de rhinite,
  • et une forme d’eczéma avec atopie. C’est-à-dire des tests cutanés immédiats positifs, qui se compliquent le plus souvent d’un asthme ou d’une rhinite allergique.

Il est donc intéressant de proposer de façon systématique des tests cutanés immédiats aux enfants eczémateux de moins de 2 ans puisqu’on peut repérer le groupe à risque d’asthme et ainsi proposer une prise en charge thérapeutique précoce devant des signes parfois difficiles à interpréter sur le plan respiratoire.

Les tests cutanés réalisés dans ce travail concernent à la fois des aliments et des pneumallergènes.

Ces résultats laissent augurer une surcharge de travail pour des allergologues malheureusement de moins en moins nombreux en France faute de la mise en place d’une spécialité allergologique.