Surveillance d’une allergie pollinique : toujours avoir les enfants à l’œil !!

mercredi 9 janvier 2008 par Dr Stéphane Guez3451 visites

Accueil du site > Maladies > Conjonctivites > Surveillance d’une allergie pollinique : toujours avoir les enfants à l’œil (...)

Surveillance d’une allergie pollinique : toujours avoir les enfants à l’œil !!

Surveillance d’une allergie pollinique : toujours avoir les enfants à l’œil !!

mercredi 9 janvier 2008, par Dr Stéphane Guez

Une conjonctivite est relativement fréquente chez l’adulte et plus rare chez l’enfant. Il ne faut jamais la négliger surtout s’il s’agit d’un jeune garçon et s‘il présente un terrain atopique. En effet, s’il peut s’agir d’une banale conjonctivite allergique saisonnière, il ne faut pas passer à coté d’une kérato-conjonctivite vernale.

Kérato-conjonctivite vernale unilatérale : une observation clinique : Keklikci U, Soker SI, Soker Cakmak S, Ozkul S, Sakalar YB, Unlu K.

Dicle University Faculty of Medicine, Diyarbakir - Turkey.

dans Eur J Ophthalmol. 2007 Nov-Dec ;17(6):973-5

- Introduction :

  • Un cas rare de kérato-conjonctivite vernale (KCV) est présenté.

- Matériel et méthode :

  • Un jeune garçon de 5 ans s’est présenté pour prurit, sensation de corps étranger rougeur et ptose palpébrale de l’œil gauche.
  • Un prélèvement cytologique a été réalisé au niveau de la conjonctive du tarse supérieur.

- Résultat :

  • En biomicroscopie à la lampe à fente, il a été observé des papilles géantes unilatérales avec un ulcère cornéen de l’œil gauche.
  • L’examen cytologique a montré une augmentation significative des cellules inflammatoires, présence de sécrétions épaisses, cellules plasmatiques et mucus.

- Conclusion :

  • Une conjonctivite giganto-papillaire doit être envisagée dans le cadre du diagnostic différentiel d’une KCV unilatérale.
  • Le prélèvement cytologique doit être combiné à l’examen clinique pour porter le diagnostic précis de KCV.

Les auteurs rapportent un cas de kérato-conjonctivite vernale unilatérale chez un enfant de 5 ans.

C’est un examen attentif de l’œil avec un prélèvement cytologique qui permet le diagnostic et éliminer une simple conjonctivite giganto-papillaire unilatérale.

Actuellement la classification des conjonctivites allergiques chroniques a été simplifiée et surtout repose maintenant sur la clinique et non plus sur la classification de Gell et Coombs.

Ainsi on distingue :

  • la conjonctivite allergique,
  • la kérato-conjonctivite vernale qui est la forme grave de la conjonctivite allergique,
  • la kérato-conjonctivite atopique qui associe des signes majeurs de dermatite atopique
  • et enfin la conjonctivite giganto papillaire qui concerne essentiellement les porteurs de lentilles de contact.

Habituellement la conjonctivite est bilatérale et une forme unilatérale doit faire envisager des diagnostics différentiels comme une uvéite, un glaucome, une rosacée oculaire, une conjonctivite limbique supérieure, une conjonctivite infectieuse.

La cytologie est d’une aide précieuse associée à l’exploration ophtalmologique clinique.

La kérato-conjonctivite vernale est la forme la plus agressive de l’allergie oculaire de l’enfant. Il existe un terrain atopique dans 50% des cas. Elle est plus fréquente chez les garçons laissant penser qu’il existe des facteurs génétiques.

  • Le limbe cornéen présente un bourrelet gélatineux inflammatoire ou des nodules : conglomérats de cellules épithéliales appelés grain de Trantas.
  • Il peut y avoir des complications cornéennes à type d’ulcérations qui peuvent laisser des cicatrices définitives.
  • On retrouve une allergie aux divers examens du bilan allergologique.
  • Le traitement est difficile.