Pas de vaccin pour l’asthme !

jeudi 7 février 2008 par Dr Clément FOURNIER675 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Pas de vaccin pour l’asthme !

Pas de vaccin pour l’asthme !

Pas de vaccin pour l’asthme !

jeudi 7 février 2008, par Dr Clément FOURNIER

La vaccination précoce des enfants est parfois accusée de favoriser l’apparition d’un asthme. Certains préconisent donc de décaler cette vaccination, notamment outre Atlantique. Cette étude épidémiologique s’est intéressée à la question.

Un retard de vaccination contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos est associé à un risque réduit d’asthme de l’enfant. : McDonald KL, Huq SI, Lix LM, Becker AB, Kozyrskyj AL.

Faculty of Medicine, Department of Community Health Sciences, University of Manitoba, Winnipeg, Manitoba, Canada.

dans J Allergy Clin Immunol. 2008 Jan 17

- Contexte :

  • La réalisation précoce de vaccinations dans l’enfance a été considéré comme un promoteur du développement de l’asthme en stimulant la réponse de type TH2, ou en diminuant la pression microbienne ce qui peut modifier l’équilibre de l’immunité TH1/TH2.

- Objectifs :

  • Les différences de calendrier vaccinal pourraient expliquer les conclusions divergentes rapportées dans les études observationnelles sur l’existence ou non d’une association entre vaccination et asthme.
  • Cette recherche visait à déterminer si les calendriers vaccinaux de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche (DTC) avaient un effet sur le développement de l’asthme chez des enfants âgés de 7 ans.

- Méthodes :

  • Il s’agissait d’une étude longitudinale rétrospective d’une cohorte d’enfants nés au Manitoba en 1995.
  • On disposait pour l’analyse du détail des vaccinations et des problèmes de santé de tous les enfants de la cohorte de la naissance à 7 ans.
  • Une analyse en régression logistique multivariée permettait de calculer l’odds ratio ajusté du risque d’asthme à l’âge de 7 ans en fonction du calendrier vaccinal DTC.

- Résultats :

  • Parmi 11531 enfants qui ont reçu au moins 4 doses de vaccin DTC, le risque d’asthme était réduit de moitié chez les enfants dont la première dose de DTC était retardée de plus de 2 mois.
  • Le risque d’asthme chez les enfants dont les 3 doses étaient décalées était de 0,39 (IC 95% : 0,18 – 0,86).

- Conclusion :

  • Les auteurs ont mis en évidence une corrélation négative entre le fait de décaler la vaccination par DTC dans l’enfance et le développement d’un asthme.
  • Cette association était plus forte lorsque les 3 premières doses de vaccin étaient décalées
  • Le mécanisme de ce phénomène exige une recherche plus poussée.

Les auteurs de cette étude montrent que le fait de décaler la vaccination par DTC entraîne une diminution du risque d’asthme chez l’enfant à 7 ans.

Une des théories actuelles les plus « valables » de la physiopathologie de l’allergie est que celle-ci serait liée à une dérégulation immunologique de la balance TH1/TH2 au profit de TH2.

L’hypothèse avancée ici serait qu’en vaccinant les enfants trop tôt, on diminue la pression microbienne et donc la stimulation de l’immunité TH1 au profit de l’immunité TH2, promotrice d’allergie. Bien entendu, ce n’est qu’une hypothèse.

En aucun cas il ne faut en conclure qu’il ne faut pas vacciner les enfants !!

Une étude récente de cohorte (Kuehni CE et col.. Cohort profile : the leicester respiratory cohorts. Int J Epidemiol 2007 ;36:977-85) qui a suivi presque 9000 enfants sur 5 ans a montré qu’il y avait plus d’asthme parmi les enfants non ou incomplètement vaccinés. De plus, les enfants dont la vaccination a été décalée présentent plus souvent des sifflements respiratoires, notamment si le retard est de plus de 3 mois.

Il faut donc prendre les résultats de l’étude Canadienne avec la plus grande prudence…