Du gras pour les asthmatiques ?

vendredi 4 avril 2008 par Dr Clément FOURNIER970 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Du gras pour les asthmatiques ?

Du gras pour les asthmatiques ?

Du gras pour les asthmatiques ?

vendredi 4 avril 2008, par Dr Clément FOURNIER

Les fameux oméga 3 et 6 auraient des propriétés anti-inflammatoires. Celles-ci n’ont pas été vraiment évaluées dans la maladie asthmatique. Cette étude a analysé l’impact d’un régime enrichi en 2 acides gras sur l’évolution de la maladie asthmatique.

Impact des compléments alimentaires en acide gammalinolénique et eicosapentaenoique sur la prise en charge de l’asthme et la qualité de vie de patients asthmatiques. : Surette ME, Stull D, Lindemann J.

Department of Chemistry and Biochemistry, University of Moncton, Moncton,

dans Curr Med Res Opin. 2008 Feb ;24(2):559-67

- Contexte :

  • Les antagonistes des récepteurs aux leucotriènes, ainsi que les inhibiteurs de leur synthèse sont efficaces dans le traitement de l’asthme.
  • Un régime riche en acides gras de type acide gammalinolénique (GLA) et eicosapentaenoique (EPA) diminue la synthèse des leucotriènes.
  • Cependant, leur impact sur la prise en charge de l’asthme et la qualité de vie n’a pas été évalué chez des sujets asthmatiques.

- Objectifs :

  • Evaluer chez des sujets asthmatiques adultes l’impact d’un complément alimentaire contenant GLA et EPA sur la prise en charge de l’asthme et la qualité de vie.

- Méthodes :

  • La première étude était prospective, randomisée, en double aveugle versus placebo ; avec 3 groupes parallèles de sujets avec asthme allergique léger à modéré (n = 35) :
    • petite dose quotidienne d’acides gras (0,75 g GLA + 0,5 g EPA par jour)
    • grosse dose quotidienne d’acides gras (1,13 g GLA + 0,75 g EPA par jour)
    • placebo
  • Les sujets étaient interrogés sur la prise en charge de leur asthme à l’aide d’un questionnaire (questionnaire non validé) au bout de 2 et 4 semaines.
  • Les taux sanguins de leucotriènes étaient mesurés au début de l’étude et à 4 semaines.
  • La seconde étude était une étude ouverte (n = 65) dans laquelle les sujet prenaient la petite dose quotidienne (« EFF1009 ») de complément alimentaire.
  • La prise en charge de l’asthme et la qualité de vie étaient évalués en utilisant des questionnaires validés (Mini-AQLQ = Mini Asthma Quality of Life Questionnary – ACQ = Asthma Control Questionnary) réalisés au début de l’étude et à 4 semaines.

- Résultats :

  • Dans la première étude, la biosynthèse de leucotriènes diminuait (p < 0,05).
  • Le statut asthmatique auto évalué et l’utilisation de bronchodilatateurs s’amélioraient entre la semaine 2 et la semaine 4 chez les patients consommant les compléments alimentaires à petite et grosse dose (p < 0,01), mais pas de façon significative par comparaison au placebo (p > 0,1).
  • Dans la seconde étude, les scores moyens des questionnaires Mini-AQLQ et ACQ s’amélioraient de 1,5 +/- 0,2 et 1 +/- 0,1 respectivement (p < 0,001).
  • L’utilisation de bronhodilatateurs de secours diminuait (p < 0,001).

- Conclusion :

  • L’introduction des compléments alimentaires « EFF1009 » dans le régime alimentaire de patients asthmatiques peut améliorer leur qualité de vie et diminuer la dépendance au traitement de secours.

Certains acides gras sont des précurseurs de certaines prostaglandines ayant un rôle régulateur de l’inflammation. Un régime alimentaire enrichi avec ces acides gras pourrait donc jouer un rôle protecteur anti-inflammatoire. Cette hypothèse est beaucoup étudiée dans les inflammations articulaires

Quelques études ont recherché un effet bénéfique de ces acides gras sur l’inflammation asthmatique, mais les résultats sont peu concluants.
Les auteurs de cette étude ont étudié l’impact d’un régime enrichi en 2 acides gras sur la maladie asthmatique. Les résultats sont présentés comme plutôt en faveur de ce régime. Ils montrent notamment une amélioration des scores de symptômes et une diminution des taux sériques de leucotriènes.

Même si ces résultats sont intéressants, il existe plusieurs limites méthodologiques à cette étude :
- l’effectif est très restreint
- le questionnaire de l’essai randomisé en double aveugle n’est pas validé
- le second essai est en ouvert sans groupe contrôle
- les durées des 2 études sont très courtes

Ces résultats sont donc encourageants, mais totalement insuffisants pour proposer une approche nutritionnelle de l’asthme basé sur un enrichissement alimentaire en acides gras. Des études supplémentaires sont indispensables.