Des portables dans les facultés grecques. Oui mais des « NO » portables

mercredi 25 juin 2008 par Dr Clément FOURNIER750 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Des portables dans les facultés grecques. Oui mais des « NO » portables

Des portables dans les facultés grecques. Oui mais des « NO » portables

Des portables dans les facultés grecques. Oui mais des « NO » portables

mercredi 25 juin 2008, par Dr Clément FOURNIER

Les appareils de mesure du NO exhalé sortent enfin de leurs réserves constituées par quelques laboratoires spécialisés. Ils sont amenés à être de plus en plus utilisés dans l’avenir dans le cadre de la maladie asthmatique. Cette étude a essayer de déterminer si un appareil de mesure portable pouvait être utile en dépistage de l’asthme chez de jeunes adultes.

Dépistage de l’asthme chez des adultes jeunes pendant la saison pollinique à l’aide d’un analyseur de FeNO portable. Kostikas K, Papaioannou AI, Tanou K, Koutsokera A, Papala M, Gourgoulianis KI.

Respiratory Medicine Department, University of Thessaly Medical School, University Hospital of Larissa,

dans Chest. 2008 Apr ;133(4):906-13.

- Contexte :

  • La fraction de monoxyde d’azote exhalé (FeNO) est un outil précieux dans le suivi des patients asthmatiques.
  • Cependant, son utilisation en dépistage de l’asthme n’est pas établi.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont « screené » 961 étudiants en université à l’aide d’un questionnaire de santé respiratoire (ECRHSQ : European Community Respiratory Health Survey Questionnaire) auparavant utilisé dans le dépistage de symptômes respiratoires évoquant un asthme.
  • Tous les sujets ayant au moins une réponse positive à l’une des questions (n = 149) réalisaient une mesure de la FeNO à l’aide d’un analyseur de NO portable.
  • Par la suite, ils réalisaient une spirométrie et étaient examinés par un médecin qui ne connaissait pas le résultat des mesure de la FeNO.
  • 70 étudiants sans aucun symptôme respiratoire servaient de groupe contrôle.

- Résultats :

  • Un asthme était diagnostiqué chez 63 patients, une rhinite allergique était diagnostiquée chez 57 patients.
  • Les asthmatiques avaient des valeurs de FeNO plus hautes que les sujets contrôles (FeNO median = 20 ppb [14-31] versus 11 ppb [7-13] ; p < 0.0001) ; alors que ces valeurs n’étaient pas différentes chez les patients avec rhinite allergique (FeNO median = 17 ppb [12-23] versus 11 ppb [7-13] ; p = 0,28).
  • Des valeurs de FeNO supérieures à 19 ppb avaient une spécificité de 85,2 % et une sensibilité de 52,4 % pour le diagnostic positif d’asthme (Aire sous la courbe « AUC » = 0,723).
  • Les performances diagnostiques de la FeNO étaient meilleures chez les non fumeurs (AUC = 0,805), mais des valeurs de FeNO > 25 ppb étaient caractérisées par une spécificité de plus de 90% pour le diagnostic positif d’asthme autant chez les fumeurs que chez les non fumeurs.
  • Cependant, la FeNO n’était pas un bon marqueur pour différencier les asthmes des rhinites allergiques.

- Conclusion :

  • La mesure de la FeNO à l’aide d’un analyseur de NO portable est utile dans le dépistage de l’asthme des jeunes adultes.
  • Le tabagisme actif et la rhinite allergique sont des facteurs confondants significatifs.

Le monoxyde d’azote exhalé (FeNO) reflète l’inflammation des voies respiratoires.

De plus en plus d’articles sortent sur l’utilisation de cette mesure dans la prise en charge de l’asthme. Sans doute en partie du fait de l’arrivée sur le marché d’appareils de mesure plus accessibles à une pratique clinique de routine.

Cette étude a tenté de déterminer si cette mesure avait un intérêt en dépistage de l’asthme chez des adultes jeunes.

En réalisant des courbes « ROC », les auteurs montrent qu’une valeur de FeNO median > 19 ppb a une spécificité de 85% pour le diagnostic d’asthme, mais une sensibilité de seulement 52%...

Les auteurs concluent que cet examen serait utile dans le dépistage de l’asthme.

J’ai personnellement quelques réserves vis-à-vis d’un examen qui donnera presque un faux négatif sur 2 dans le cadre d’un dépistage.

Mais cet examen reste très intéressant par ailleurs dans le cadre d’une prise en charge globale de la maladie asthmatique, il est amené à se développer dans les prochaines années, et certainement à enfin ne plus être réservé à quelques laboratoires spécialisés.