Bien fait pour eux : il faut piquer tous les petits qui n’aiment pas les céphalosporines !

lundi 6 octobre 2008 par Dr Stéphane Guez765 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Bien fait pour eux : il faut piquer tous les petits qui n’aiment pas les (...)

Bien fait pour eux : il faut piquer tous les petits qui n’aiment pas les céphalosporines !

Bien fait pour eux : il faut piquer tous les petits qui n’aiment pas les céphalosporines !

lundi 6 octobre 2008, par Dr Stéphane Guez

Si actuellement l’exploration allergologique d’une réaction d’hypersensibilité après une prise de pénicilline est bien codifiée, il reste encore des incertitudes vis-à-vis des céphalosporines. Est-ce que les tests cutanés retardés sont utiles ? Les tests immédiats ont-ils une bonne valeur en particulier prédictive négative ?

Diagnostic des réactions d’hypersensibilité aux céphalosporines chez les enfants. : Romano A, Gaeta F, Valluzzi RL, Alonzi C, Viola M, Bousquet PJ.

Unità di Allergologia, Complesso Integrato Columbus, Via G. Moscati, 31, 00168 Rome, Italy

dans Pediatrics. 2008 Sep ;122(3):521-7

- Objectifs de l’étude :

  • Les objectifs étaient d’évaluer l’utilité :
    • des tests cutanés
    • des patch-tests
    • des dosages d’IgE spécifiques
    • et des tests de réintroduction
  • dans le diagnostic des réactions d’hypersensibilité aux céphalosporines, et ainsi de clarifier le mécanisme physiopathologique de ces réactions.

- Matériel et Méthode :

  • Les enfants ayant eu une réaction immédiate (inférieure à 1 h) ont eu des tests cutanés immédiats avec les extraits de pénicilline ainsi que les céphalosporines suspectes, des dosages d’IgE spécifiques et des tests de réintroduction. Quelques enfants ont été réévalués.
  • Les enfants ayant eu une réaction retardée ont eu des patch-tests, des lectures de tests cutanés retardés et des tests de réintroduction.

- Résultats :

  • 148 enfants ont été explorés, tous ayant eu des réactions d’hypersensibilité aux céphalosporines, principalement cefaclor et ceftriaxone.
  • 105 ont eu des manifestations non immédiates (principalement de l’urticaire et des rashs maculo-papuleux)
  • 43 ont présenté des réactions immédiates (choc anaphylactique, urticaire et/ou angioedèmes et érythèmes).
  • Au cours de l’exploration des réactions non immédiates il n’a été trouvé aucun patch-test positif et/ou un test cutané retardé positif.
    • Seulement 1 patient a présenté une réaction immédiate positive aux tests cutanés par les extraits de pénicilline.
    • Parmi les 104 patients ayant des résultats négatifs, le test de réintroduction a été pratiqué chez 96 patients et 95 ont bien toléré la réintroduction. Un seul a réagit à la suspension pédiatrique de cefaclor mais a toléré le cefaclor en gélule.
  • Lors de la première exploration allergologique des réactions d’hypersensibilité immédiate, 33 des 43 enfants ont présenté des tests cutanés immédiats positifs.
    • Parmi les 10 patients avec des résultats négatifs, 7 ont eu un test de réintroduction, suivi par un traitement avec ensuite une réévaluation pour 4 d’entre eux.
    • Tous les tests de réintroduction et les reprises thérapeutiques ont été tolérés.
    • Lors de la réévaluation, une fille a présenté des tests cutanés positifs à la fois pour la céphalosporine responsable et pour les extraits de pénicillines.
  • Au total, une hypersensibilité médiée par les IgE a été diagnostiquée chez 34 enfants (79%) sur 43.

- Conclusions :

  • Il est très rare que des manifestations non immédiates secondaires à un traitement par des céphalosporines soient des réactions d’hypersensibilité
  • alors que la plupart des réactions immédiates aux céphalosporines sont IgE médiées.
  • Les tests cutanés aux céphalosporines représentent un outil diagnostic utile pour une telle évaluation.

Chez 148 enfants, une exploration allergologique complète après une réaction aux céphalosporines a été réalisée.

Si la réaction est retardée les tests sont négatifs et la réintroduction possible. Si la réaction est immédiate les tests cutanés sont le plus souvent positifs. S’ils sont négatifs la réintroduction est presque toujours possible.

Ce travail clinique est extrêmement intéressant car actuellement de plus en plus d’enfants sont amenés en consultation pour une réaction d’hypersensibilité apparue au décours d’une prise de céphalosporines.

Ce travail permet en pratique de distinguer 2 types de réaction en fonction du délai entre la prise du médicament et les manifestations cliniques.
- Au delà d’une heure, le mécanisme n’est pas IgE dépendant, les tests immédiats sont inutiles car toujours négatifs. Les tests retardés sont également sans intérêt. On peut préconiser sans risque une nouvelle prescription céphalosporine puisque les tests de réintroduction ont été négatifs.
- Par contre lorsque la réaction survient moins d’une heure après la prise, il faut réaliser des tests cutanés.

La valeur prédictive positive de tests, n’a pas été étudiée car il n’y a pas eu de réintroduction chez les enfants ayant présenté des tests cutanés positifs. Par contre la valeur prédictive négative a été testée et elle excellente puisque quasiment tous les enfants avec des tests négatifs ont pu reprendre des céphalosporines.