Grande découverte dermatologique : les éruptions morbilliformes médicamenteuses s’accompagnent de lésions du derme …

lundi 26 janvier 2009 par Dr Stéphane Guez2179 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Grande découverte dermatologique : les éruptions morbilliformes (...)

Grande découverte dermatologique : les éruptions morbilliformes médicamenteuses s’accompagnent de lésions du derme …

Grande découverte dermatologique : les éruptions morbilliformes médicamenteuses s’accompagnent de lésions du derme …

lundi 26 janvier 2009, par Dr Stéphane Guez

Les éruptions morbilliformes qui surviennent en particulier au décours de prise d’antibiotique sont fréquentes mais jusqu’à présent il n’a pas été publié d’étude histologique systématique. C’est chose faite avec ce travail portant sur 104 dossiers complets.

Eruption cutanée médicamenteuse : une expérience de 5 ans. : Gerson D, Sriganeshan V, Alexis JB.

The Arkadi M. Rywlin, M.D. Department of Pathology and Laboratory Medicine, Mount Sinai Medical Center of Greater Miami, Miami, Florida, USA.

dans J Am Acad Dermatol. 2008 Dec ;59(6):995-9.

- Introduction :

  • La diversité des manifestations cutanées d’origine médicamenteuse regroupe de nombreuses entités clinico-pathologiques.

- Matériel et méthode :

  • Tous les cas de diagnostic pour éruption cutanée d’origine médicamenteuse survenus entre 2000 et 2005 ont été analysés.
  • Les lames histologiques ont été relues, les modifications inflammatoires ont été notées et une relecture du dossier avec recherche de l’imputabilité d’un ou plusieurs médicaments a été effectuée.

- Résultats :

  • La majorité des cas (94%) est représentée par des éruptions de type morbilliformes.
  • 82% des cas s’accompagnent d’une infiltration inflammatoire localisée dans le derme superficiel.
  • 80% ont également un infiltrat péri vasculaire et interstitiel du derme.
  • L’infiltrat est composé :
    • de lymphocytes et d’éosinophiles dans environ 29% des cas,
    • de lymphocytes et de neutrophiles dans 10% des cas
    • et de lymphocytes, éosinophiles et neutrophiles dans environ 21% des cas.
  • Les éosinophiles sont présents seulement dans 50% des cas.
  • Environ la moitié (53%) des cas s’accompagne d’une modification de l’interface épiderme/derme.

- Limite de l’étude :

  • Les cas recueillis ont été limités à ceux s’accompagnant d’un diagnostic pathologique de réaction cutanée médicamenteuse, excluant donc de fait tous les cas d’affection induite par des médicaments mais non diagnostiqués comme tel sur le plan histologique.

- Conclusions :

  • Alors que l’aspect histologique de la plupart des éruptions médicamenteuses n’est pas totalement spécifique, la découverte d’un infiltrat superficiel du derme composé de façon variable par des lymphocytes, des neutrophiles et des éosinophiles, avec ou sans modifications de l’interface, pourrait suggérer une éruption médicamenteuse morbilliforme.
  • La corrélation clinique est très utile pour confirmer le diagnostic.
  • A la connaissance des auteurs, cette étude est la seule qui est aussi bien documentée sur les aspects histologiques des éruptions médicamenteuses morbilliformes.

Les auteurs de cette étude dermatologique, ont repris tous les diagnostics d’éruption morbilliforme d’origine médicamenteuse de leur hôpital sur 5 ans.

L’analyse histologique des biopsies cutanés montre une corrélation entre certains infiltrats du derme superficiel et le diagnostic d’éruption médicamenteuse morbilliforme.

Ainsi il pourrait exister une spécificité histologique des manifestations morbilliformes d’origine médicamenteuse.

Cela pourrait aider au diagnostic dans les cas douteux lorsqu’il est difficile d’impliquer de façon certaine un ou plusieurs médicaments.

Le problème est que les auteurs ont exclu d’autres formes cutanées qui n’ont pas forcement étaient rapportées à une prise médicamenteuse, minimisant de ce fait leurs résultats en particulier sur une éventuelle spécificité des lésions histologiques rencontrées.

Il faut donc poursuivre ce travail systématique consistant à colliger le maximum de données histologiques des biopsies pratiqués au décours dune éruption d’origine médicamenteuse.