Rash cutané post-antibiotique : le jack-spot des biologistes !!

lundi 30 mars 2009 par Dr Stéphane Guez4451 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Rash cutané post-antibiotique : le jack-spot des biologistes (...)

Rash cutané post-antibiotique : le jack-spot des biologistes !!

Rash cutané post-antibiotique : le jack-spot des biologistes !!

lundi 30 mars 2009, par Dr Stéphane Guez

L’exploration allergologique des rashs maculo-papuleux apparus au décours d’une prise d’antibiotique est difficile par les seuls tests cutanés. Jusqu’à présent les tests biologiques sont décevants. Mais les résultats de cette équipe avec un nouveau test biologique ouvre des perspectives très intéressantes.

Détection et quantification des lymphocytes T (LT) spécifiques des médicaments dans l’allergie à la pénicilline. : A. Rozieres 1,2,3,4,5 , A. Hennino 3,5 , K. Rodet 1,3,4 , M.-C. Gutowski 4 , N. Gunera-Saad 1,2,3,4,5 , F. Berard 1,2,3,4,5 , G. Cozon 1,2,3,4,5 , J. Bienvenu 1,2,3,4,5 , J.-F. Nicolas 1,2,3,4,5

1 Université Lyon 1 ; 2 UFR Lyon-Sud, Oullins, France ; 3 INSERM, U851, Lyon, France ; 4 Drug Allergy Unit, Allergy and Clinical Immunology Department and Laboratory of Immunology, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon, Pierre-Benite Cx, France ; 5 IFR128, BioSciences Lyon-Gerland, Lyon, France

dans Volume 64 Issue 4, Pages 534 - 542

- Introduction :

  • Les manifestations allergiques liées aux médicaments et entraînant cliniquement un exanthème maculo-papuleux (MPE) sont médiées par des lymphocytes T spécifiques des médicaments.

- Matériel et méthode :

  • Dans ce travail, les auteurs ont analysé la fréquence des LT circulants spécifiques médicamenteux par immun-SPOT avec une enzyme liée à de l’interféron gamma chez 22 patients ayant une allergie cutanée de type MPE à l’amoxicilline (amox).

- Résultats :

  • Les LT spécifiques de l’amox ont été détectés chez 20 patients sur 22 avec des fréquences variant de 1/8000 à 1/30.000 leucocytes circulants.
  • Aucune réactivité n’a été observée chez les 46 patients contrôles, incluant :
    • 15 patients ayant une allergie à l’amox IgE médiée,
    • 11 patients ayant des antécédents de rash MCE mais tolérants l’amox,
    • et 20 patients en bonne santé.
  • De plus, l’analyse des LT spécifiques médicamenteux chez un patient allergique à la ticarcilline (un antibiotique de la famille des pénicillines différent de l’amox) montre la présence de LT producteurs d’IFN gamma en présence de ticarcilline et de plusieurs autres bétalactames, suggérant que l’analyse par Elispot IFN-gamma est capable de détecter les réactivité croisée des LT contre des médicaments chimiquement de la même famille.

- Conclusion :

  • Ces données confirment que les rashs MPE sont associés à la présence de LT spécifiques dans le sang circulant, et que le test Elispot IFN gamma est une méthode d’une bonne sensibilité qui pourrait améliorer le diagnostic de l’allergie aux bétalactamines.

Dans ce travail les auteurs démontrent qu’un nouveau test biologique l’Elispot IFN gamma permet de mesurer dans le sang circulant les LT spécifiques d’une allergie médicamenteuse en particulier à l’amoxicilline avec une bonne sensibilité permettant de mettre également en évidence les réactivités croisées.

Ces données sont très intéressantes pour le clinicien qui est en difficulté le plus souvent avec les seuls tests cutanées pour faire le diagnostic d’une allergie médiée par les LT chez des patients ayant présenté un rash maculo-papuleux après prise de pénicilline.

Ce test biologique consiste à mesurer le nombre de LT dirigés contre un antigène donné : ici l’amoxicilline, en quantifiant les LT qui produisent de l’interféron gamma et qui vont se lier en formant un spot.

On peut donc à la fois mettre en évidence ces LT spécifiques et les dénombrer.

L’étude de différents témoins montre qu’il y a une bonne sensibilité et spécificité.

De plus ce test est assez fin pour permettre de faire une différence entre les différentes pénicillines.

Ces résultats sont presque trop beaux, mais s’ils sont confirmés par d’autres études portant sur un plus grand nombre de patients alors les allergologues disposeront enfin d’un test fiable pour l’exploration des rashs maculo-papuleux liés à la prise d’antibiotiques.