Gros bébé de mères fumeuses : ça va siffler !

mardi 31 mars 2009 par Dr Geneviève DEMONET762 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Gros bébé de mères fumeuses : ça va siffler !

Gros bébé de mères fumeuses : ça va siffler !

Gros bébé de mères fumeuses : ça va siffler !

mardi 31 mars 2009, par Dr Geneviève DEMONET

Une étude longitudinale a été menée sur une cohorte de naissance au Danemark. Elle a étudié la fonction pulmonaire de 404 nouveaux-nés en fonction de la présence ou non d’un certain nombre (et même d’un nombre certain) de facteurs de risque…

Déterminants anténataux de la fonction pulmonaire chez les nouveaux-nés à haut risque : Hans Bisgaard, MD, DMSciaCorresponding Author Informationemail address, Lotte Loland, MD, PhDa, Klaus K. Holst, MScb, Christian B. Pipper, MSc, PhDa

a Copenhagen Prospective Studies on Asthma in Childhood, Danish Pediatric Asthma Center, Health Sciences, University of Copenhagen, Copenhagen University Hospital, Hellerup, Denmark

b Department of Biostatistics, University of Copenhagen, Hellerup, Denmark

dans JACI Volume 123, Issue 3, Pages 651-657.e4

- Contexte :

  • On pense que la fonction pulmonaire néo-natale est associée à des pathologies sifflantes mais on connaît peu de choses sur les facteurs de risque touchant la fonction pulmonaire précoce.

- Objectifs :

  • Etudier les déterminants anténataux de la fonction pulmonaire néonatale.

- Méthodes :

  • Il s’agit d’une étude clinique sur une cohorte de naissance prospective de 411 nouveaux-nés, l’Etude Prospective de Copenhague sur l’Asthme dans l’Enfance menée dans un centre de recherche clinique isolé et dédié seulement à cette étude longitudinale de cohorte de naissance.
  • La fonction pulmonaire a été déterminée à 1 mois d’âge par spirométrie du nourrisson (technique de compression thoraco-abdominale) et réponse bronchique à la métacholine par des mesures transcutanées d’oxygène.
  • Les analyses de facteurs de risque ont inclus les caractéristiques anthropométriques, démographiques, socio-économiques ; l’histoire atopique parentale ; les accouchements préalables ; l’exposition durant le troisième trimestre au tabagisme maternel, à l’alcool et aux médicaments ; les complications de la grossesse survenues au troisième trimestre, asthme maternel inclus ; et le mode de délivrance.

- Résultats :

  • La fonction respiratoire a été déterminée chez 404 nouveaux-nés à l’age de 6 semaines.
  • Les nouveaux-nés ayant un indice de masse corporelle situé dans le quartile supérieur avaient un taux de base abaissé de 14% du volume expiratoire forcé à 0.5 seconde et les nouveaux-nés de mère ayant fumé pendant le troisième trimestre avaient un taux de base abaissé de 7% du volume expiratoire forcé à 0.5 seconde.
  • Ni le sexe ni l’atopie parentale n’ont affecté la fonction pulmonaire néonatale et la réponse bronchique.
  • La prise maternelle de paracétamol durant le troisième trimestre était associée à un doublement de la réponse bronchique chez les nouveaux-nés mais la significativité statistique pourrait avoir été provoquée par des valeurs extrêmes.
  • La réponse bronchique montrait un développement parabolique avec triplement de la réponse bronchique lors de l’atteinte du nadir à 3 mois d’âge, mais ceci demande à être confirmé par une étude comportant des mesures répétées chez les individus.

- Conclusions :

  • Un indice de masse corporelle élevé chez le nourrisson et le tabagisme maternel sont associés à la réduction de la fonction pulmonaire néonatale.
  • Ceci suggère que l’association entre la masse corporelle et les pathologies sifflantes pourrait résulter de gènes communs ou de la nutrition prénatale.

Une étude prospective a été menée au Danemark chez 404 nouveaux-nés.

On a mesuré leur fonction pulmonaire à l’âge de 6 semaines (spirométrie du nourrisson) et la réactivité bronchique à la métacholine par mesure transcutanée d’oxygène.

Les enfants ayant les index de masse corporelle les plus élevés mais aussi ceux ayant une mère fumeuse avaient une fonction pulmonaire plus basse que les autres.

La prise de paracétamol par la mère durant le dernier trimestre de la grossesse pourrait aussi être un facteur de risque.

L’existence d’une atopie familiale n’est pas intervenue, ni le sexe de l’enfant.

Quelle relation entre masse corporelle et sifflements ? Les auteurs suggèrent la présence de gènes communs ou l’influence de la nutrition prénatale. Affaire à suivre…