Même plus drôle ! L’allergie à la cacahuète c’est devenu trop fastoche !!

jeudi 28 janvier 2010 par Dr Stéphane Guez1166 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Même plus drôle ! L’allergie à la cacahuète c’est devenu trop fastoche (...)

Même plus drôle ! L’allergie à la cacahuète c’est devenu trop fastoche !!

Même plus drôle ! L’allergie à la cacahuète c’est devenu trop fastoche !!

jeudi 28 janvier 2010, par Dr Stéphane Guez

L’allergologie moléculaire représente une avancée considérable dans le diagnostic des maladies allergiques donc dans leur prise en charge. Les auteurs étudient ici son intérêt dans la mise en évidence des allergies vraies chez des enfants sensibilisés à l’arachide. Un profil de sensibilisation précis caractérise les vrais allergiques.

Allergie ou tolérance chez les enfants sensibilisés à l’arachide. Prévalence et différentiation en utilisant le diagnostic moléculaire. : Nicolaos Nicolaou, MD, MPhila, Maryam Poorafshar, PhDb, Clare Murray, MDa, Angela Simpson, MDa, Henric Winell, MScb, Gina Kerry, RNa, Annika Härlin, MScb, Ashley Woodcock, MD, FMedScia, Staffan Ahlstedt, PhDc, Adnan Custovic, MD, PhD, FRCPa

a School of Translational Medicine, University of Manchester, NIHR Translational Research Facility in Respiratory Medicine, University Hospital of South Manchester NHS Foundation Trust, Manchester, United Kingdom

b Phadia AB, Uppsala, Sweden

c Center of Allergy Research, National Institute of Environmental Medicine, Karolinska Institute, Stockholm, Sweden

dans JACI Volume 125, Issue 1, Pages 191-197.e13 (January 2010)

- Introduction :

  • Tous les enfants sensibilisés à l’arachide ne développent pas une réaction allergique lors d’une exposition.

- Objectifs de l’étude :

  • Il a été, à l’aide d’un test de provocation oral,
    • de déterminer la proportion d’enfants ayant une allergie clinique à l’arachide parmi ceux ayant une sensibilisation sur des tests cutanés et/ou des IgEs positifs,
    • et d’étudier si l’allergologie moléculaire peut différencier l’allergie à l’arachide de la tolérance.

- Matériel et méthodes :

  • A l’intérieur d’une cohorte de population suivie depuis la naissance, les auteurs ont identifié une sensibilisation à l’arachide par la réalisation de tests cutanés et de dosages d’IgE spécifiques à l’âge de 8 ans.
  • Parmi les enfants sensibilisés, la détermination entre allergie versus tolérance s’est faite par un test de provocation oral.
  • Les auteurs ont utilisé un test ouvert pour les enfants consommant de l’arachide (n=45).
  • Les autres ont eu un test en double aveugle contre placebo (n= 34).
  • Les auteurs ont comparé les profils de sensibilisation :
    • entre les enfants ayant une allergie à l’arachide
    • et les enfants tolérants à l’arachide, en utilisant un micro dosage avec 12 allergènes moléculaires (allergènes majeurs et allergènes potentiellement croisant en incluant les allergènes des graminées).

- Résultats :

  • Sur 933 enfants, 110 (11.8%) sont sensibilisés à l’arachide.
  • 19 n’ont pas eu de TPO (17 non consentants).
  • 12 ayant des antécédents convaincants de réactions lors d’une exposition allergénique, des IgE > ou = à 15 KU/L et ou des tests cutanés > ou = 8 mm ont été considérés comme allergique sans réalisation d’un TPO.
  • Sur les 79 enfants restants qui ont eu un test, 7 avaient des signes cliniques objectifs et ont été diagnostiqués comme ayant une allergie à l’arachide.
  • Les auteurs estiment la prévalence d’une allergie clinique à l’arachide parmi les patients sensibilisés à 22.4% (IC 95%,14.8% à 32.3%).
  • En utilisant l’allergologie moléculaire, les auteurs identifient des différences marquées dans le profil de sensibilisation entre les enfants ayant une allergie à l’arachide (n=29, groupe augmenté des 12 enfants allergiques) et les enfants tolérants l’arachide (n=52).
  • L’allergène Ara h 2 est le marqueur prédictif le plus important d’une allergie clinique à l’arachide.

- Conclusion :

  • La majorité des enfants considérés comme sensibilisés à l’arachide sur des tests standard n’ont pas d’allergie.
  • Le diagnostic allergologique moléculaire peut faciliter le diagnostic d’allergie à l’arachide.

Les auteurs sur une cohorte d’enfants identifient les sensibilisations à l’arachide par des tests allergologiques classiques.

Puis les vrais allergiques sont diagnostiqués sur un TPO ou des antécédents certains.

L’allergologie moléculaire identifie alors un profil particulier aux allergiques avec une positivité du test Ara h 2.

Ce travail très intéressant permet de conforter les résultats d’autres études portant sur le profil de sensibilisation des allergiques à l’arachide.

C’est le marqueur moléculaire Ara h 2 qui s’avère le plus discriminant pour distinguer le vrai allergique du tolérant.

Toute exploration d’une sensibilisation à l’arachide doit donc conduire à un dosage d’Ara h 2 d’autant que ce travail confirme également que la majorité des enfants sensibilisés ne sont pas allergiques.