Mieux qu’une machine.

jeudi 27 mai 2010 par Dr Hervé Masson149 visites

Accueil du site > Editorial > Edito Abonnés > Mieux qu’une machine.

Mieux qu’une machine.

Mieux qu’une machine.

jeudi 27 mai 2010, par Dr Hervé Masson

Des chercheurs américains publient une étude sur un système automatisé de dosage biologique qu’ils décrivent comme étant capable de remplacer avantageusement les techniques de diagnostic actuelles. À partir d’une goutte de sang, les auteurs imaginent déjà pouvoir dire à quoi est allergique le malade.

Le diagnostic médical repose sur une démarche standardisée complète associant le recueil de données cliniques et l’examen du patient, éventuellement complétés par des examens complémentaires.

En allergologie, nous avons la chance de disposer des tests cutanés qui reproduisent sur la peau du patient la réaction allergique dans son ensemble.

Ils présentent l’avantage énorme de permettre d’explorer tous les mécanismes de l’allergie et pas seulement le dosage des anticorps IgE.

D’autres équipes européennes travaillent au développement de multi-tests biologiques permettant de rechercher une réactivité à plus de 100 allergènes en même temps avec une seule prise de sang.

Les premières études montrent l’intérêt potentiel de tels systèmes mais aussi le grand danger représenté par une mauvaise interprétation des résultats. Les tests biologiques systématiques ont déjà été responsables par le passé de régimes injustifiés et ridicules.

Le diagnostic d’une allergie est et restera encore longtemps le résultat d’une réflexion humaine basée sur les connaissances acquises par le médecin et les données recueillies chez le patient.

Les scientifiques créent des machines merveilleuses qu’il ne faut pas hésiter à utiliser. Mais elles sont encore loin d’égaler les capacités de l’homme.