Piquer pour moins gratter…

jeudi 1er juillet 2010 par Dr Geneviève DEMONET1354 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Piquer pour moins gratter…

Piquer pour moins gratter…

Piquer pour moins gratter…

jeudi 1er juillet 2010, par Dr Geneviève DEMONET

Une équipe allemande a étudié l’effet de l’acupuncture sur le prurit engendré par un prick-test cutané allergénique. Ce travail piquant a été réalisé chez 30 patients sensibilisés ayant un eczéma atopique…

Influence de l’acupuncture sur le prurit de l’hypersensibilité immédiate et sur la réponse (papule et érythème) chez des adultes ayant un eczéma atopique- un essai croisé randomisé en aveugle et contre placebo : F. Pfab 1,2 , J. Huss-Marp 1,2 , A. Gatti 1,2 , J. Fuqin 1,3 , G. I. Athanasiadis 1 , D. Irnich 3 , U. Raap 4 ,
W. Schober 2 , H. Behrendt 2 , J. Ring 1 & U. Darsow 1,2 `

1 Department of Dermatology and Allergy, Technische Universität München, Munich, Germany ; 2 Division of Environmental Dermatology and Allergy, Helmholtz Zentrum München/TUM, ZAUM-Center for Allergy and Environment, Munich, Germany ; 3 Department of Anesthesiology, Ludwig-Maximilians-Universität, Munich, Germany ; 4 Department of Dermatology and Allergy, Medizinische Hochschule Hannover, Hannover, Germany

dans Allergy
Volume 65 Issue 7, Pages 903 - 910

- Contexte :

  • Le prurit est un symptôme majeur de la maladie cutanée allergique.
  • Un effet significatif de l’acupuncture sur le prurit histamino-induit a été montré chez des volontaires sains.
  • Nous avons évalué l’effet de l’acupuncture sur le prurit de l’hypersensibilité de type I et sur la réaction cutanée dans un essai randomisé croisé en double aveugle contre placebo.

- Méthodes :

  • Une stimulation par l’allergène (prick-test cutané avec acarien de poussière de maison ou pollen de graminées) a été appliquée à 30 patients ayant un eczéma atopique avant (effet direct) et après (effet préventif) deux approches expérimentales ou d’observation contrôle : acupuncture aux points Quchi and Xuchai [verum acupuncture (VA), côté dominant], acupuncture au ’point-placebo’ (PA, côté dominant), pas d’acupuncture (NA).
  • L’intensité du prurit a été consignée sur une échelle visuelle analogique.
  • Après 10 minutes, la taille de la papule et de l’érythème ainsi que la perfusion cutanée (via un Doppler laser) ont été mesurées au site de stimulation et le questionnaire validé Eppendorf sur le prurit (EIQ) a été rempli.

- Résultats :

  • L’intensité moyenne du prurit était significativement plus basse pour VA (35.7 ± 6.4) comparativement à NA (45.9 ± 7.8) et PA (40.4 ± 5.8) en ce qui concerne l’effet direct ; et significativement plus basse pour VA (34.3 ± 7.1) et PA (37.8 ± 5.6) comparativement à NA (44.6 ± 6.2) en ce qui concerne l’effet préventif.
  • Pour l’approche préventive, les moyennes de taille de la papule et de l’érythème étaient significativement plus petites pour VA (0.38 ± 0.12 cm2/8.1 ± 2.0 cm2) comparativement à PA (0.54 ± 0.13 cm2/13.5 ± 2.8 cm2) et NA (0.73 ± 0.28 cm2/15.1 ± 4.1 cm2), et la moyenne de perfusion pour VA (72.4 ± 10.7) à NA (84.1 ± 10.7).
  • Les scores moyens d’EIQ étaient significativement plus bas pour VA comparativement à NA et PA dans l’approche thérapeutique ; et significativement plus bas pour VA et PA comparativement à NA dans l’approche préventive.

- Conclusions :

  • L’acupuncture aux points adéquats a montré une réduction significative du prurit d’hypersensibilité de type I chez les patients ayant un eczéma atopique.
  • Avec le temps, l’effet préventif spécifique a diminué en ce qui concerne la sensation subjective de prurit alors qu’il a augmenté pour la suppression des réactions au prick-test.

Une étude croisée randomisée en double aveugle et contre placebo a été menée chez 30 patients adultes ayant une dermatite atopique avec hypersensibilité de type I à l’acarien D pter ou au pollen de graminées. Tout traitement avait été interrompu 10 jours avant les tests.

Les patients ont été randomisés en 3 groupes : acupuncture vraie, acupuncture placebo et pas d’acupuncture. Un prick-test cutané à l’allergène auquel le patient était sensibilisé a été pratiqué avant et après l’acupuncture.

L’acupuncture vraie avait été pratiquée sur les points Quchi et Xue Hai localisés respectivement au niveau du coude et au-dessus du genou selon les recommandations de l’acupuncture traditionnelle chinoise.

L’acupuncture placebo avait été pratiquée sur le bras et la cuisse.

L’étude a montré une influence directe de l’acupuncture vraie sur la perception du prurit et sur la réaction cutanée au prick-test.

Jusqu’ici seulement 3 études expérimentales contrôlées randomisées avaient été menées sur l’effet de l’acupuncture sur le prurit histamino-induit chez des volontaires sains.

Les auteurs supposent que l’effet sur le prurit est lié à un effet sur l’inflammation (probablement neurogénique).

Des études récentes ont montré une influence centrale de la stimulation par acupuncture avec une activation spécifique de certaines régions cérébrales impliquées dans le prurit telles que le thalamus et le système limbique. Des enképhalines ou des bêta-endorphines pourraient intervenir ici.

Ces résultats suggèrent l’utilité potentielle de l’acupuncture dans le prurit, l’urticaire et l’eczéma chez les patients atopiques. D’autres études sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de l’acupuncture dans l’eczéma atopique