Bis repetita : point de diagnostix fiable sans étude moléculaire, par Toutatis !!

jeudi 16 septembre 2010 par Dr Stéphane Guez434 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Bis repetita : point de diagnostix fiable sans étude moléculaire, par (...)

Bis repetita : point de diagnostix fiable sans étude moléculaire, par Toutatis !!

Bis repetita : point de diagnostix fiable sans étude moléculaire, par Toutatis !!

jeudi 16 septembre 2010, par Dr Stéphane Guez

IgE vis-à-vis des allergènes moléculaires de l’arachide : relation entre les symptômes à l’arachide et la sensibilisation aux pollens chez les enfants de 8 ans. : Asarnoj, A., Movérare, R., Östblom, E., Poorafshar, M., Lilja, G., Hedlin, G., Van Hage, M., Ahlstedt, S. and Wickman, M. (2010),

IgE to peanut allergen components : relation to peanut symptoms and pollen sensitization in 8-year-olds.

dans Allergy, 65 : 1189–1195. doi : 10.1111/j.1398-9995.2010.02334.x

- Introduction :

  • Les tests cutanés vis-à-vis de l’arachide pour faire le diagnostic d’allergie sont souvent réalisés avec un extrait natif, mais le résultat peut-être difficile à interpréter en raison de réactions croisées possibles avec d’autres allergènes d’origine végétale.

- Objectifs de l’étude :

  • Ils ont été :
    • d’étudier l’apport du diagnostic allergique moléculaire dans l’allergie à l‘arachide chez des enfants d’une région riche en pollens de bouleau,
    • et les relations entre sensibilisation aux pollens et symptômes à l’arachide.

- Matériel et Méthodes :

  • L’étude a portée sur une cohorte de naissance, avec :
    • recueil des données cliniques par un questionnaire,
    • dosages des IgE spécifiques à l‘arachide et au pollen de bouleau.
  • Les différents phénotypes de sensibilisation à l’arachide et au bouleau ont été définis chez 200 enfants.

- Résultats :

  • Les symptômes d’allergie à l’arachide sont rapportés :
    • par 87% des enfants ayant une IgE réactivité à l’un des allergènes moléculaires de l’arachide : Ara h 1, 2 ou 3 mais pas à Ara h 8 (n = 46)
    • contre 17% des enfants qui ont une réactivité à Ara h 8 mais pas Ara h 1, 2 ou 3
      (n = 23), p < 0.001.
  • De plus les symptômes sont plus sévères chez les enfants avec une réactivité à Ara h 1, 2 ou 3.
  • Les enfants avec une réactivité à la fois à Ara h 2 et Ara h 1 ou 3 ont plus de manifestations à l’arachide que les enfants ayant des IgE spécifiques uniquement à Ara h 2 (97% versus 70%, p = 0.016) en particulier sur le plan respiratoire (50% versus 9%, p = 0.002).

- Conclusion :

  • L’étude en allergologie moléculaire permet de faire la distinction chez les enfants sensibilisés à l’arachide entre ceux qui ont un risque de symptômes sévères en cas d’ingestion et ceux qui auront des manifestations légères ou aucune réaction lorsqu’ils sont sensibilisés aux pollens avec allergie croisée à l’arachide.

Cette étude portant sur 200 enfants confirme l’intérêt de l’étude moléculaire dans l’exploration d‘une sensibilisation à l’arachide.

Le profil phénotypique de sensibilisation permet de distinguer les enfants à risque de ceux qui ne risquent rien, la positivité étant liée seulement à des allergènes croisant d’origine végétale.

Ce travail ne fait que confirmer des études déjà largement diffusées démontant une nouvelle fois l’importance du diagnostic moléculaire pour faire la part entre une véritable allergie et une simple sensibilisation à l’arachide sans risque clinque lors d’une ingestion.

Il est rassurant de voir que les résultats de ces études sont tous concordants.

Une sensibilisation seulement à Ara h 8 n’a pas de traduction clinique.
Ara h 2 est un marqueur de sévérité mais également Ara h 1 et 3.

Il est intéressant de noter que les réactions sont plus sévères lorsque la sensibilisation n’est pas seulement vis-à-vis d’Ara h 2 mais également à Ara h 1 ou 3.

L’ensemble des patients qui sont actuellement suivis par des allergologues pour une allergie alimentaire à l’arachide doivent impérativement être réévalués en allergologie moléculaire pour préciser les risques réels en cas d’ingestion accidentelle.