Eczéma de contact : ça gratte ou ça siffle ?

vendredi 17 septembre 2010 par Dr Céline Palussière678 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Eczéma de contact : ça gratte ou ça siffle ?

Eczéma de contact : ça gratte ou ça siffle ?

Eczéma de contact : ça gratte ou ça siffle ?

vendredi 17 septembre 2010, par Dr Céline Palussière

Sensibilisation aux allergènes de contact et hyper-réactivité bronchique : Schnabel, E., Schoefer, Y., Chen, C.-M., Schäfer, T., Behrendt, H., Ring, J., Wichmann, H.-E., Heinrich, J. and for the KORA study group (2010),

Sensitization to contact allergens and bronchial hyper-responsiveness.

dans Contact Dermatitis, 63 : 157–163. doi : 10.1111/j.1600-0536.2010.01772.x

-  Contexte :

  • L’exposition aux allergènes de contact et la sensibilisation allergique à ces agents est fréquente, mais leurs effets possibles sur la santé ont rarement été étudiés.

-  Objectifs :

  • Nous avons cherché à analyser les associations possibles entre une sensibilisation de contact au sulfate de nickel et au fragrance mix 1, et les paramètres fonctionnels pulmonaires ou l’hyper-réactivité bronchique.

-  Méthodes :

  • A partir d’une étude de population à Augsburg, 1052 adultes ont réalisé des explorations fonctionnelles respiratoires, comprenant le volume d’expiration maximal en une seconde (VEMS), la capacité vitale forcée (CVF) et la recherche d’hyper-réactivité bronchique (HRB).
  • Des patchs tests étaient posés, et les données recueillies par un examen médical et par interrogatoire.
  • Des modèles de régression logistiques étaient appliqués pour étudier l’association entre les allergies de contact et les paramètres fonctionnels respiratoires.

-  Résultats :

  • Les femmes étaient significativement plus souvent sensibilisées que les hommes au nickel [odds ratio (OR) 3.97, intervalle de confiance (IC) 95% 2.50-6.29] et au fragrance mix [ OR 2.28, IC 95% 1.50-3.46].
  • Les résultats des patchs tests pour le nickel et fragrance mix 1 n’ont pas influencé le pourcentage du VEMS et de la CVF par rapport à la théorique.
  • Chez les femmes, cependant, un taux supérieur d’HRB était associé avec un patch test positif au fragrance mix 1 [OR 2.24, IC 95% 1.11-4.52]

-  Conclusions :

  • La sensibilisation de contact à fragrance mix 1 est associée à un taux supérieur d’HRB chez les femmes.
  • Ainsi, chez les femmes souffrant d’une allergie aux parfums, l’obstruction bronchique doit être considérée comme une co-morbidité possible.

Avoir de l’eczéma expose t’il a un risque accru d’asthme ? Existe t’il un lien entre les manifestations cutanées et respiratoires de l’allergie ? C’est la question que se posent les auteurs de cette étude, qui s’intéresse aux paramètres fonctionnels respiratoires d’une population suivie pour un eczéma allergique de contact.

Plus de 1000 adultes suivis pour un eczéma ont ainsi pratiqué des EFR, afin d’évaluer la prévalence de l’obstruction bronchique et de l’hyper-réactivité bronchique dans cette population.

Et l’on apprend ainsi que les allergènes de contact les plus fréquents sont le nickel et fragrance mix 1, et que les femmes sont plus souvent sensibilisées que les hommes ( 2 à 4 fois plus !).

Chez ces patients allergiques au nickel, pas d’augmentation de la prévalence de l’HRB. En revanche chez les femmes allergiques au fragrance mix 1, le risque d’HRB était augmenté par 2.

Les auteurs ne développent pas de théorie physiopathologique sur cette augmentation des signes fonctionnels respiratoires : il s’agit d’une pure analyse statistique.

Les données cliniques ne sont pas détaillées, et on ne sait rien de la symptomatologie respiratoire de ces personnes. Il s’agit uniquement de chiffres d’EFR, analysées statistiquement.

La portée de cette étude reste donc limitée. On apprend qu’il existe un lien statistique entre eczéma de contact au parfum et HRB. (On peut se demander pourquoi le parfum et pas le nickel…) S’agirait-il du fameux terrain atopique ?

La classification des allergies selon leur mécanisme de type immédiat ou retardé ne rend que partiellement compte de la réalité. Les frontières sont en effet certainement poreuses, et en pratique, les allergologues recherchent des manifestations respiratoires chez leurs patients atteints d’eczéma. ( et pas seulement les femmes allergiques aux parfums !)