L’association entre RGO et sifflements chez le nourrisson ne reflue pas …

lundi 8 novembre 2010 par Dr Geneviève DEMONET2782 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > L’association entre RGO et sifflements chez le nourrisson ne reflue pas (...)

L’association entre RGO et sifflements chez le nourrisson ne reflue pas …

L’association entre RGO et sifflements chez le nourrisson ne reflue pas …

lundi 8 novembre 2010, par Dr Geneviève DEMONET

Reflux gastro-œsophagien chez les siffleurs dans la petite enfance : Patra S, Singh V, Chandra J, Kumar P, Tripathi M.

Department of Pediatrics, Lady Hardinge Medical College & Kalawati Saran Children’s Hospital, New Delhi, India.

dans Pediatr Pulmonol. 2010 Oct 21.

Les sifflements sont communs chez les nourrissons et les jeunes enfants en raison de l’anatomie et des propriétés physiologiques particulières de leurs poumons.

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) a été incriminé comme une des causes de sifflements non asthmatiques dans ce groupe d’âge.

- Cette étude évalue l’importance du RGO et la relation de cause à effet avec les sifflements dans la petite enfance.

- Un RGO a été recherché chez tous les enfants ayant des sifflements récurrents et persistants (en dessous de deux ans) et a été traité médicalement lorsque les tests étaient positifs.
- Les sujets ont ensuite été catégorisés pour l’identification de facteurs prédictifs de RGO.
- Un RGO a été recherché chez soixante-sept enfants de moins de 2 ans ayant des sifflements récurrents ou persistants.

- L’âge moyen des sujets de l’étude lorsqu’ils ont été enrôlés était de 10,8 mois et celui de la survenue des sifflements de 7,1 mois (± 3,88 DS).
- L’association entre asthme, sifflements et infection des voies aériennes inférieures était présente chez environ 1/3 des patients étudiés.
- La recherche d’un RGO était positive dans plus d’un tiers des cas (25/67).
- Chez 42% des enfants qui sifflaient à l’âge de 1 an la recherche de RGO était positive.
- De façon intéressante, presque la moitié des patients (12/25) ayant une exploration positive n’avait aucun signe de régurgitation (RGO « silencieux »).
- La sévérité des sifflements était plus grande parmi les enfants ayant un RGO que chez ceux n’en ayant pas (p ≤ 0,048 ; OR : 3,2).
- Cependant, seulement 32% des patients ont répondu de façon significative au seul traitement anti-reflux alors que les autres n’avaient qu’une réponse partielle.

Le RGO est donc une cause importante de sifflements récurrents parmi les enfants de moins de 2 ans, soit de manière isolée soit comme facteur de comorbidité.

Les résultats de cette étude justifient de rechercher un RGO parmi les enfants siffleurs précoces, particulièrement lorsque les symptômes sont survenus avant l’âge de 12 mois et lorsque la maladie est sévère.


La relation entre asthme et reflux gastro-œsophagien a fait couler beaucoup d’encre et continue d’alimenter les revues internationales…

Une nouvelle étude menée en Inde chez 67 enfants de moins de 2 ans ayant des sifflements récurrents ou persistants vient d’être publiée.

Ces enfants ont été explorés pour mettre en évidence un RGO. Celui-ci a été identifié chez 26 enfants, soit dans plus d’un tiers des cas, et jusqu’à 42% des enfants siffleurs avant l’âge de 1 an.

Les enfants ayant un RGO avaient une pathologie généralement plus sévère que les autres.

Presque la moitié des enfants ayant un RGO n’avait pas de signe de régurgitation.

Seulement 32% des enfants ayant un RGO ont été améliorés par le seul traitement du reflux.

Les auteurs de ce travail suggèrent la recherche systématique d’un RGO chez les nourrissons siffleurs tout particulièrement lorsque la maladie est sévère ou a débuté avant l’âge de 12 mois.

Je n’ai pas lu l’article dans sa totalité mais il n’y a pas ici de notion de groupe témoin. Etant donné la fréquence du RGO chez le nourrisson, il serait intéressant d’avoir les mêmes données chez les enfants non siffleurs.

On note que le traitement du RGO est loin d’être miraculeux sur les sifflements…

On peut donc supposer que, sauf cas particuliers, le RGO est un facteur d’aggravation de la maladie mais probablement en associant avec d’autres facteurs.