Rien ne sert de doubler, l’asthmatique préfère son « train train »habituel !!

mardi 9 novembre 2010 par Dr Stéphane Guez409 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Rien ne sert de doubler, l’asthmatique préfère son « train train »habituel (...)

Rien ne sert de doubler, l’asthmatique préfère son « train train »habituel !!

Rien ne sert de doubler, l’asthmatique préfère son « train train »habituel !!

mardi 9 novembre 2010, par Dr Stéphane Guez

Augmentation versus non modification de la posologie des corticoïdes inhalés dans les épisodes d’exacerbation de l’asthme chez l’adulte et les enfants. : Quon BS, FitzGerald JM, Lemière C, Shahidi N, Ducharme FM

dans Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 10. Art. No. : CD007524. DOI : 10.1002/14651858.CD007524.pub2

- Introduction :

  • La stratégie de doublement des doses du traitement corticoïdes inhalés d’entretien dans la prise en charge thérapeutique du début d’un épisode d’exacerbation d’asthme a été préconisée dans les schémas d’action des différents consensus sur l’asthme.

- Matériel et Méthode :

  • Les auteurs ont réunis 5 études incluant 1250 patients, études qui ont comparé :
    • les effets d’une augmentation des doses de corticoïdes inhalés par les patients
    • par rapport au maintien de doses habituelles d’entretien
  • lors d’épisodes d’exacerbations d’asthme.

- Résultats :

  • Les patients qui observent la stratégie d’augmentation des doses de corticoïdes n’ont pas moins besoin de corticoïdes par voie orale de façon significative par rapport aux patients qui maintiennent leur traitement d‘entretien corticoïdes inhalés.
  • De façon similaire les autres résultats ne montrent pas non plus de supériorité de cette stratégie d’augmentation des doses.

- Conclusion :

  • La stratégie d’augmentation des doses n’est pas associée à une augmentation des risques d’effets indésirables.
  • Des études sont nécessaires pour évaluer le bien l’efficacité d’une augmentation des doses de corticoïdes inhalés au début d’un épisode d’exacerbation d’asthme en particulier chez les enfants.

Dans ce travail, les auteurs reprennent plusieurs études comparant le maintien ou le doublement de la dose d’entretien de corticoïdes inhalés lors d’un début d’exacerbation d’asthme.

La stratégie d’augmentation du traitement ne modifie pas l’évolution, ni le recours aux traitements corticoïdes per-os.

Cette revue confirme une donnée qui a été déjà publiée à plusieurs reprises mais qui est plus forte en regroupant l’ensemble’ des patients.

Une exacerbation d’asthme nécessite en fait le recours à un traitement différent du traitement habituel, et la simple augmentation des corticoïdes inhalés n’est pas suffisante.

Il faut donc certainement revoir les recommandations proposées par les guidelines aux patients lorsqu’ils observent une détérioration de leur asthme et en particulier une chute du débit de pointe.

Malgré tout, il faut encore des études pour confirmer ces résultats, car colliger des études est un peu artificiel et n’est pas l’équivalent d’une seule étude bien menée sur un grand groupe de patients asthmatiques.