Allergie : NO certes mais non pour une révolution !!

lundi 4 avril 2011 par Dr Stéphane Guez344 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Allergie : NO certes mais non pour une révolution !!

Allergie : NO certes mais non pour une révolution !!

Allergie : NO certes mais non pour une révolution !!

lundi 4 avril 2011, par Dr Stéphane Guez

Le NO exhalé permet de déterminer les enfants ayant ou non une sensibilisation allergique dans une étude de population. : # T-C Yao1,2,
# L-S Ou1,2,
# W-I Lee1,2,
# K-W Yeh1,2,
# L-C Chen1,2,
# J-L Huang1,2,3,
# for the PATCH study group

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 41, Issue 4, pages 556–564, April 2011

- Introduction :

  • L’intérêt de la mesure de la fraction de NO dans l’air exhalé comme biomarqueur de l’inflammation des voies respiratoires chez les enfants nécessite d’être mieux précisé.

- Objectifs de l’étude :

  • Ils ont été :
    • d’identifier la fraction de NO exhalé (FeNO) chez les enfants
    • et d’évaluer sa valeur comme outil discriminant d’une sensibilisation allergique dans l’asthme et la rhinite
  • dans une population donnée.

- Matériel et Méthode :

  • Des enfants âgés de 5 à 8 ans (n = 1717) ont été évalués par :
    • une mesure de la fraction NO de l’air exhalé,
    • un questionnaire,
    • des mesures anthropométriques,
    • une EFR
    • et un dosage des IgE totales et spécifiques.

- Résultats :

  • Les taux de FeNO sont âge-dépendants, avec une augmentation moyenne de 7.4% par année d’âge.
  • Le taux diminue avec l’augmentation de l’index de masse corporel (BMI), avec une baisse estimée à 1.5% par kg/m2.
  • Les enfants ayant une sensibilisation allergique ont un taux de No élevé indépendamment de symptômes allergiques.
  • Dans l’analyse combinée de l’asthme, de la rhinite et de la sensibilisation allergique, les taux élevé de NO sont retrouvés principalement chez les enfants ayant une sensibilisation allergique.
  • Après ajustement sur la sensibilisation allergique, une association significative entre rhinite et FeNO persiste, mais une telle association n’est pas observée dans l’asthme.
  • Les valeurs de sensibilité, spécificité, et les valeurs prédictives positives et négatives au niveau de la dose seuil de FeNO de 28 ppb pour l’asthme sont respectivement de 64.3%, 69.9%, 8.8%, 97.7% (aire sous la courbe ROC 0.67) et sont légèrement meilleure pour le diagnostic d’asthme allergique : respectivement 70%, 70.4%, 9%, 98.3% (AUC 0.71).
  • Le FeNO a une faible valeur pour diagnostiquer une rhinite avec une valeur de l’AUC de 0.70, et est meilleur pour caractériser une rhinite allergique (AUC 0.78).
  • Le FeNO a une valeur discriminante robuste pour mettre en évidence une sensibilisation allergique indépendamment des symptômes cliniques à la valeur seuil de 15.4 ppb (AUC 0.80, sensibilité : 72.2%, spécificité 71.2%, PPV : 76.9%, et NPV : 65.8%.

- Conclusion :

  • La mesure du FeNO permet de séparer les enfants avec ou sans sensibilisation allergique indépendamment des symptômes d’allergie.
  • D’un autre coté, des taux faibles de FeNO chez les enfants pourraient permettre d’exclure un asthme allergique mais des taux élevés peuvent être causés par une sensibilisation allergique, un âge avancé, une rhinite et un faible BMI, en plus de l’asthme.

La mesure du taux de NO exhalé chez des enfants permet de séparer ceux qui sont allergiques et les autres.

Un taux élevé permet de caractériser une allergie même sans symptômes et un taux faible élimine un asthme allergique.

Mais un taux élevé dans l’asthme ne signifie pas forcément sensibilisation allergique associée.

Cette étude confirme que la place de la mesure de NO exhalé dans l’arsenal diagnostic de l’allergologue n’est pas encore bien précisée.

Ce travail a le mérite de rappeler les facteurs qui modifie la fraction de NO exhalé en particulier le poids, l’âge. Il y a certainement aussi le régime alimentaire etc.

Les conclusions sont intéressantes pour la recherche fondamentale mais sans application pour l’instant en clinique quotidienne.