Quand faire du sport à un niveau élevé peut devenir dangereux ….

lundi 20 février 2012 par Dr Cécilia Nocent650 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Quand faire du sport à un niveau élevé peut devenir dangereux ….

Quand faire du sport à un niveau élevé peut devenir dangereux ….

Quand faire du sport à un niveau élevé peut devenir dangereux ….

lundi 20 février 2012, par Dr Cécilia Nocent

Remodelage et inflammation des voies aériennes chez des nageurs de haut niveau s’entraînant dans des piscines intérieures au chlore. : Valérie Bougault, Lionel Loubaki, Philippe Joubert, Julie Turmel, Christian Couture, Michel Laviolette, Jamila Chakir, Louis-Philippe Boulet

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - February 2012 (Vol. 129, Issue 2, Pages 351-358.e1, DOI : 10.1016/j.jaci.2011.11.010)

- Contexte :

  • Les anomalies des voies aériennes (VA) sont fréquentes chez les usagers réguliers de piscine au chlore, en particulier chez les athlètes mais l’impact d’un entraînement intensif en piscine sur la fonction et la structure des VA reste inconnu.

-  Objectif :

  • Cette étude a pour but d’évaluer l’inflammation et le remodelage des VA chez des nageurs de haut niveau.

- Méthodes :

  • 23 nageurs de haut niveau ont été testés en dehors de la période d’entraînement. Tous ont eu une mesure du NO exhalé, un test à la méthacholine, un test d’hyperpnée volontaire, des tests cutanés et une bronchoscopie avec biopsies bronchiques.
  • Les données cliniques et les prélèvements sont comparés à ceux de 10 asthmatiques modérés appariés sur l’âge et à 10 volontaires sains non allergiques.

- Résultats :

  • Les nageurs ont une augmentation des éosinophiles et des mastocytes dans les crachats par rapport aux contrôles (p<0,05). Ils ont une hyperplasie cellulaire et une augmentation de l’expression mucineuse par rapport aux sujets sains et aux asthmatiques (p<0,05). Une augmentation de l’expression du collagène sub-muqueux type I et III et de la déposition de ténacine est observée chez les nageurs par rapport aux contrôles (p<0,05).
  • Par contre ni le NO exhalé, ni la réactivité bronchique à la métacholine ni le test d’hyperventilation volontaire ne sont corrélés à cette inflammation et au remodelage.

- Conclusion :

  • L’entraînement intense et prolongé dans une piscine intérieure au chlore est associé à des modification des VA similaires à celles retrouvées chez les asthmatiques modérés mais avec une augmentation de l’expression de la mucine.
  • Ces changements sont indépendants de l’hyperréactivité bronchique. Les conséquences cliniques et physiologiques à long terme de ces modifications sont à clarifiées.

Il s’agit d’une étude canadienne menée chez des nageurs de haut niveau s’entraînant dans des piscines intérieures au chlore. Le but de cette étude est de rechercher d’éventuelles anomalies des voies aériennes chez ces sujets exposés au chlore.

23 nageurs ont été testés en dehors de la période d’entraînement donc à distance de l’exposition. Ils bénéficient tous de tests cliniques à la recherche d’une hyperréactivité bronchique et de prélèvements bronchiques afin d’étudier l’inflammation bronchique de façon directe.

Ces nageurs ont tous des stigmates d’inflammation bronchique et de remodelage sur les prélèvements mais par contre les tests à la recherche d’une hyperréactivité bronchique clinique sont tous négatifs. Il existe donc une discordance entre la biologie, la cellularité et la clinique.

Malheureusement cette étude est juste un état des lieux à un instant donné de l’état des VA chez ces nageurs de haut niveau. Il serait très intéressant de suivre ces nageurs, de voir si les paramètres cliniques se modifient en période d’entraînement (lorsqu’ils sont exposés de façon continue). Il serait également intéressant de voir l’évolution dans le temps de leurs paramètres cliniques, pendant toutes leurs années d’athlètes mais aussi au décours lorsqu’ils auront un entraînement en piscine beaucoup moins important. Il serait même intéressant lorsqu’ils ne seront plus exposés de façon continue de refaire des prélèvements bronchiques pour voir si l’inflammation bronchique s’est modifiée et si le remodelage est définitif ou bien réversible.

Ces résultats pourraient avoir des répercutions en population générale. Cela pourrait conduire à construire des piscines utilisant d’autres systèmes que le chlore (qui existent mais sont plus onéreux). Cela pourrait aussi faciliter la reconnaissance en maladie professionnelle des maîtres nageurs en piscine qui développent de véritables asthmes professionnels. l