Plus d’Ara h 2, moins de TPO !

mercredi 14 mars 2012 par Dr Geneviève DEMONET885 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Plus d’Ara h 2, moins de TPO !

Plus d’Ara h 2, moins de TPO !

Plus d’Ara h 2, moins de TPO !

mercredi 14 mars 2012, par Dr Geneviève DEMONET

Augmenter l’exactitude du diagnostic de l’allergie à l’arachide en utilisant Ara h 2 : Thanh D. Dang, Mimi Tang, Sharon Choo, Paul V. Licciardi, Jennifer J. Koplin, Pamela E. Martin, Tina Tan, Lyle C. Gurrin, Anne-Louise Ponsonby, Dean Tey, Marnie Robinson, Shyamali C. Dharmage, Katrina J. Allen, HealthNuts study

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - 02 March 2012 (10.1016/j.jaci.2012.01.056)

- Contexte :

  • La mesure des IgE spécifiques est souvent utilisée pour confirmer la sensibilisation à l’arachide mais elle n’est pas fiable pour prédire l’allergie.
  • Ara h 2 est l’allergène dominant détecté chez 90 à 100% des patients ayant une allergie à l’arachide et pourrait aider à l’amélioration du diagnostic.

- Objectifs :

  • Nous avons cherché à déterminer si le fait de tester Ara h 2 pouvait améliorer l’exactitude du diagnostic de l’allergie à l’arachide et par là contourner la nécessité du test de provocation alimentaire oral (TPO).

- Méthodes :

  • Des prick-tests ont été réalisés chez les nourrissons de l’étude de population HealthNuts pour déterminer la sensibilisation à l’arachide ; les tests ont été suivis d’un TPO à l’arachide pour confirmer le statut allergique.
  • Dans un échantillon stratifié de 200 nourrissons (100 avec une allergie à l’arachide et 100 tolérants l’arachide), on a quantifié les taux d’IgE spécifiques de l’arachide totale et d’Ara h 2 à l’aide d’un test immunoenzymatique fluorescent.

- Résultats :

  • En utilisant le seuil précédemment publié de 15 kUA/L pour les IgE spécifiques de l’arachide entière, assurant une valeur prédictive positive de 95%, une spécificité correspondante de 98% (IC 95%, 93% à 100%) a été trouvée dans cette étude de cohorte.
  • A la spécificité équivalente de 98%, la sensibilité des IgE spécifiques d’Ara h 2 est de 60% (IC 95%, 50% à 70%), soit une identification correcte de 60% des sujets ayant une réelle allergie à l’arachide comparativement à une identification correcte de seulement 26% avec l’utilisation des IgE spécifiques de l’arachide totale.
  • Nous rapportons qu’en utilisant une approche combinée du testing IgE pour l’arachide totale puis Ara h 2 pour le diagnostic de l’allergie à l’arachide, le nombre de TPO nécessaires est réduit d’au moins deux tiers.

- Conclusion :

  • Les taux plasmatiques d’IgE spécifiques d’Ara h 2 apportent une plus grande exactitude diagnostique que les taux plasmatiques d’IgE spécifiques de l’arachide totale et pourraient être considérés comme un nouvel outil diagnostic pour distinguer l’allergie de la tolérance à l’arachide, ce qui pourrait réduire le besoin de TPO.

Sensibilisation alimentaire ne rime pas toujours avec allergie.

Le dosage des IgE spécifiques de l’arachide totale ne permettant pas à lui seul de séparer le bon grain de l’ivraie, la pratique d’un test de provocation oral (TPO) est bien souvent nécessaire à l’obtention d’un diagnostic.

Une étude australienne confirme l’utilité du diagnostic moléculaire, et particulièrement du dosage des IgE spécifiques d’Ara h 2 pour éviter un bon nombre de TPO.

Ce travail a comparé les taux d’IgE spécifiques de 100 nourrissons ayant une allergie à l’arachide à ceux de 100 autres nourrissons tolérants cet aliment. Ce groupe d’enfants a été constitué à partir de la cohorte de population australienne « HealthNuts ».

Le seuil de 15 kUA/L d’ IgE spécifiques de l’arachide entière a permis dans ce travail d’obtenir une valeur prédictive positive de 95%, une spécificité de 98% et une sensibilité de 26%.

Un taux de 0,46 KUA/L d’IgE spécifiques d’Ara h 2 a permis d’atteindre 95% de spécificité et 73% de sensibilité.

Un taux de 1,19 kUA/L d’IgE spécifiques d’Ara h 2, soit une spécificité de 98%, a permis une identification correcte de 60% des enfants ayant une allergie vraie à l’arachide (comparativement aux 26% identifiés par l’utilisation des IgE spécifiques de l’arachide entière).

L’utilisation d’un dosage d’IgE spécifiques de l’arachide totale suivi de celui des IgE spécifiques d’Ara h 2 a permis de réduire le nombre de TPO nécessaires de presque deux tiers.

Une avancée dans le diagnostic certes mais qui ne doit pas faire oublier les exclus du système : 19% des enfants ayant une réelle allergie à l’arachide avaient des taux d’IgE spécifiques d’Ara h 2 inférieurs à 0,35 kUA/L et seulement 5 d’entre eux avaient des IgE spécifiques pour d’autres allergènes majeurs de l’arachide (Ara h 1 ou Ara h 3). Aucun de ces enfants n’avaient d’IgE spécifiques d’Ara h 8 ou 9.

Si l’on présente les choses différemment, ce travail montre qu’une valeur seuil inférieure ou égale à 0,1 kUA/l vis-à-vis d’Ara h 2 permet d’identifier 87% des nourrissons tolérants l’arachide avec un taux de faux négatifs de 5%.

A l’opposé, une valeur seuil de 1,19 kUA/L pour Ara h2 détecte 60% des patients allergiques à l’arachide avec un taux de faux positifs de 2%.

Entre ces 2 valeurs, le TPO reste obligatoire pour établir l’allergie alimentaire.

Il faut noter que ces tests ont été menés chez des nourrissons âgés de 1 an. Le problème posé était celui de l’introduction de l’arachide chez des enfants sensibilisés à cet aliment mais n’en ayant jamais consommé.

Les résultats ne sont pas obligatoirement extrapolables à d’autres tranches d’âge.