Faut-il voter pour la tryptase sérique avant l’élection d’une ITS aux aéroallergènes ?

mercredi 21 mars 2012 par Dr Geneviève DEMONET445 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Faut-il voter pour la tryptase sérique avant l’élection d’une ITS aux (...)

Faut-il voter pour la tryptase sérique avant l’élection d’une ITS aux aéroallergènes ?

Faut-il voter pour la tryptase sérique avant l’élection d’une ITS aux aéroallergènes ?

mercredi 21 mars 2012, par Dr Geneviève DEMONET

Taux sérique de tryptase de base et réactions adverses à l’injection d’immunothérapie spécifique aux aéroallergènes : y a-t-il une relation ? : Asero R, Farioli L, Pastorello EA :

Baseline Serum Tryptase Levels and Adverse Reactions to Injection Specific Immunotherapy with Airborne Allergens : Is There a Relationship.

dans
Int Arch Allergy Immunol 2012 ;158:276-280 (DOI : 10.1159/000331315)

- Contexte :

  • Des taux élevés de trypase sérique de base sont associés avec des réactions systémiques sévères après piqûres d’hyménoptères ou immunothérapie au venin.
  • On sait peu de choses sur les taux sériques de base de tryptase chez les patients ayant une allergie respiratoire et sur l’existence d’une relation éventuelle entre des réactions systémiques provoquées par une injection d’immunothérapie spécifique (ITS) avec des aéroallergènes.
  • L’objectif de cette étude était de mesurer les taux de base de typtase sérique chez des sujets ayant une allergie respiratoire et d’analyser les résultats à la lumière de la tolérance/intolérance à l’injection d’ITS.

- Méthodes :

  • Les taux de base de tryptase sérique ont été mesurés chez 106 adultes allergiques à différents aéroallergènes et chez 40 témoins normaux.
  • Trente et un patients ont été traités par ITS et 15 de ces 31 ont présenté au moins une réaction systémique induite par l’ITS.

- Résultats :

  • Les patients et les témoins avaient des taux médians de tryptase similaires (2,98 vs. 3,13 ng/ml respectivement), même si ces taux étaient élevés chez 6 patients (6%) contre 0 des 40 témoins (0%).
  • Les taux de tryptase ne différaient pas entre les patients ayant ou non des antécédents de réaction systémique (médiane 3,77 vs. 5,91 ng/ml, non significatif).
  • Trois des 4 patients ayant des taux de tryptase élevés appartenaient au groupe des tolérants l’ITS.
  • Les taux élevés de tryptase n’étaient pas associés avec des allergènes particuliers ni avec la distance de la saison pollinique spécifique.
  • La ponction de moelle osseuse pratiquée chez le seul patient ayant eu des réactions systémiques après une injection d’ITS et ayant une tryptase > 11,4 ng/ml montrait une morphologie et un phénotype normaux.

- Conclusions :

  • Contrairement aux patients ayant une allergie au venin d’hyménoptère, chez les patients ayant une allergie respiratoire, des taux sériques élevés de tryptase ne sont pas un facteur de risque de réactions adverses à l’ITS.

Les patients ayant un taux élevé de base de tryptase sérique sont à risque accru de réaction systémique sévère à la suite d’une piqûre d’hyménoptère mais aussi d’une injection d’immunothérapie spécifique (ITS).

Peut-on extrapoler ce résultat à l’ITS aux aéroallergènes ?

Une étude menée en Italie a comparé 106 adultes allergiques aux aéroallergènes et 40 témoins.

La médiane du taux de base de tryptase sérique était comparable dans les 2 groupes mais on a noté 6 patients ayant des taux élevés.

Sur les 106 allergiques inclus dans ce travail, 31 ont été désensibilisés, dont 4 avec des taux de base de tryptase sérique élevés.

Quinze patients ont présenté au moins une réaction systémique lors d’une injection d’ITS.

Trois des 4 patients ayant des taux élevés de tryptase sérique avaient toléré l’ITS. Aucune relation entre le taux de tryptase et la survenue d’une réaction systémique n’a donc été mise en évidence.

Ces résultats n’ont pas été fonction du type d’allergène considéré ni de l’intervalle séparant le traitement de la saison pollinique correspondante.

Le seul patient associant taux élevé de tryptase sérique et réaction systémique lors d’une injection d’ITS a bénéficié d’une ponction de moelle osseuse qui s’est avérée parfaitement normale.

Cette étude concerne néanmoins un petit nombre de patients désensibilisés…