Comprimé d’acarien : le mélange est-il sûr ?

jeudi 7 juin 2012 par Dr Geneviève DEMONET1531 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Comprimé d’acarien : le mélange est-il sûr ?

Comprimé d’acarien : le mélange est-il sûr ?

Comprimé d’acarien : le mélange est-il sûr ?

jeudi 7 juin 2012, par Dr Geneviève DEMONET

Absence de néo-sensibilisation chez les patients allergiques aux acariens après immunothérapie sublinguale : Véronique Baron-Bodo1, Thierry Batard1, Hélène Nguyen1, Marine Fréreux1, Stéphane Horiot1, Christian Harwanegg2, Karl Christian Bergmann3, Olivier de Beaumont1, Philippe Moingeon1,*
DOI : 10.1111/j.1365-2222.2012.04044.x

dans
Clinical & Experimental Allergy

- Contexte :

  • L’impact de l’immunothérapie sublinguale (ITSL) sur la néo-sensibilisation IgE reste à évaluer sur de grandes cohortes de patients.

- Objectifs :

  • Le but de cette étude était de vérifier la sécurité et l’efficacité d’un traitement de 12 mois à l’aide de comprimés d’extraits allergéniques d’acariens de poussière de maison (APM), comparativement au placebo, dans la réduction des symptômes de rhinite et de l’utilisation de médicaments de secours chez des adultes ayant une rhinite allergique aux APM.

- Méthodes :

  • Les réponses anticorps ont été vérifiées en relation avec une néo-sensibilisation et un bénéfice clinique dans les sérums de 509 patients européens allergiques aux acariens de poussière de maison, avant et après un an d’immunothérapie sublinguale quotidienne, à l’aide de comprimés contenant des extraits de Dermatophagoides pteronyssinus et D farinae ou un placebo (ClinicalTrials.govNCT00674700).
  • Les patients ont été suivis un an après l’arrêt du traitement.
  • Les anticorps IgE et IgG4 spécifiques des extraits d’acariens ou des groupes d’allergènes purifiés 1, 2, et 10 ont été contrôlés à l’aide de tests Immulite, Immunocap et ISAC.

- Résultats :

  • Après un an d’ITSL, les taux d’IgE et d’IgG4 spécifiques d’acariens ont été augmentés respectivement de 1,5 et 4 fois dans le groupe actif mais pas dans le groupe placebo.
  • Une forte induction d’IgG4 est survenue dans un sous-groupe (ie 10-15%) de patients « immunoréactifs » sans aucune corrélation avec une amélioration du score moyen symptomatique ajusté.
  • Les taux préexistants d’IgE des allergènes purifiés d’acarien n’ont pas été impactés durant l’immunothérapie et aucune réponse IgE de novo vis-à-vis des allergènes de groupe 1, 2, 10 n’a été induite chez des patients qui n’étaient pas sensibilisés avant l’immunothérapie.
  • De la même façon, aucune néo-sensibilisation au germe de blé ni aux composants de la levure utilisés comme médium dans la culture d’acarien n’a été observée.

- Conclusions et pertinence clinique :

  • Nous avons montré dans une cohorte de 509 patients suivis pendant plus de 2 ans que l’ITSL n’induit pas de néo-sensibilisation aux allergènes contenus dans le vaccin tels que les groupes 1, 2 et les allergènes alimentaires du groupe 10.
  • Cette observation corrobore un peu plus le profil de sécurité de l’ITSL au-delà de l’ITSC.

L’utilisation d’un mélange d’acariens (D Pter et D Far) en immunothérapie sublinguale permettrait d’augmenter la couverture allergénique. L’exposition du patient à des allergènes auxquels il n’est pas sensibilisé pourrait cependant induire une néo-sensibilisation à ces protéines.

Une étude menée par Stallergenes sur une cohorte de 509 patients européens adultes se veut néanmoins rassurante…

Ce travail a été mené à l’intérieur d’une étude randomisée en double aveugle contre placebo de phase ll/lll menée sur 2 ans pour vérifier l’efficacité sur les symptômes de rhinite allergique et sur l’utilisation de médicaments de secours d’un traitement d’ITSL à l’aide d’un comprimé de D Pter/D Far.

Les patients ont été randomisés en 3 groupes : placebo, comprimé de 300 IR et comprimé de 500 IR. Le traitement a été conduit quotidiennement pendant un an puis les patients ont été suivis un an de plus après l’arrêt de la désensibilisation.
Un contrôle des IgE et des IgG4 spécifiques de Der p 1, Der p 2, Der f 1, Der f 2, Der p 10, des allergènes du blé et de la levure a été réalisé avant puis après immunothérapie.

Le milieu de culture des acariens (Stalmite°) utilisé pour la fabrication des extraits d’immunothérapie contient en effet des protéines de blé et de levure.
La présence de ces protéines était indétectable dans les extraits d’acariens lors de leur analyse par chromatographie et spectrométrie de masse.

L’analyse du comprimé à 300 IR a confirmé la présence de Der p 1 (15 μg), Der f 1 (60 μg), de groupe 2 (Der p 2 + Der f 2 : 25 μg) tout comme celle de Der p 10 ou Der f 10 (environ 1 μg).

Malgré la présence de tous ces allergènes, aucune nouvelle sensibilisation vis-à-vis de Der p 1, Der f 1, Der p 2, Der f 2 ou Der p 10 n’a été constatée chez les patients non sensibilisés à ces allergènes avant traitement.

Aucune sensibilisation aux allergènes du blé ni de la levure n’a non plus été mise en évidence.

En ce qui concerne l’efficacité de l’ITSL, le score moyen symptomatique ajusté a décru de 17,9 et 20,2% dans les 2 groupes actifs après un an de traitement avec un maintien de cette efficacité pendant 8 mois après son interruption.

Une forte réponse IgG4 a été notée dans un sous-groupe de patients sans corrélation avec l’efficacité de l’ITSL.