Comment savoir si un enfant asthmatique est essoufflé ?

vendredi 6 juillet 2012 par Dr Cécilia Nocent1083 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Comment savoir si un enfant asthmatique est essoufflé ?

Comment savoir si un enfant asthmatique est essoufflé ?

Comment savoir si un enfant asthmatique est essoufflé ?

vendredi 6 juillet 2012, par Dr Cécilia Nocent

Perception de l’essoufflement par une échelle visuelle analogique et fonction respiratoire chez des enfants asthmatiques : étude dans la vraie vie. : Tosca, M. A., Silvestri, M., Olcese, R., Pistorio, A., Rossi, G. A. and Ciprandi, G. (2012),

Breathlessness perception assessed by visual analogue scale and lung function in children with asthma : A real-life study.

dans Pediatric Allergy and Immunology. doi : 10.1111/j.1399-3038.2012.01316.x

- Contexte :

  • Chez les enfants asthmatiques, on observe souvent des divergences entre les indicateurs objectifs d’obstruction bronchique et la perception des symptômes.
  • Bien que les échelles visuelles analogiques (EVA) soient proposées comme des outils faciles pour évaluer la perception précise des symptômes, les études antérieures menées chez des enfants asthmatiques incluent seulement des petites cohortes.
  • Il était donc intéressant de réaliser une étude pour évaluer l’intérêt des EVA pour établir une relation entre la perception de l’essoufflement et la fonction respiratoire dans une large cohorte d’enfants ayant un diagnostic clinique d’asthme.

- Méthodes :

  • 703 enfants (470 garçons, 233 filles) d’âge moyen : 10.29 ans (8.33-12.58 ans) asthmatiques ont été inclus dans une étude transversale réalisée en vie réelle.
  • La perception de l’essoufflement était évaluée par EVA et les volumes pulmonaires et débits expiratoires étaient mesurés par spirométrie.

- Résultats :

  • La plupart des enfants avaient un asthme intermittent ou persistant modéré (93.3%) et seulement 46 enfants avaient une obstruction bronchique significative définie par un VEMS<80% de la théorique.
  • Globalement la valeur de l’EVA était significativement reliée à la fonction respiratoire.
  • En étudiant le groupe des enfants ayant une obstruction bronchique, il a été montré une relation modérée entre le VEMS (r : 0.47), le DEMM25-75 (r : 0.42) et la valeur de l’EVA.
  • Une valeur d’EVA de 6 a été trouvée comme étant un seuil fiable pour distinguer les enfants ayant une obstruction bronchique (AUC 0.83 sur la courbe ROC, OR 9.4).

- Conclusion :

  • Cette étude montre que l’EVA peut être considérée comme un outil facile d’utilisation pour évaluer la perception des symptômes surtout chez les enfants ayant une obstruction bronchique.

L’appréciation de l’essoufflement est très subjective et difficile à appréhender dans la vraie vie, en particulier chez les enfants asthmatiques.

Cette étude italienne a cherché si l’utilisation d’une échelle visuelle analogique (EVA) pouvait être utilisée à cette fin chez des enfants asthmatiques et si cette EVA était corrélée à la fonction respiratoire de ces enfants.

Cette étude a été réalisée sur un nombre intéressant d’enfants (703) avec une domination nette des garçons. Ils avaient en moyenne autour de 10 ans. La plupart des enfants présentaient un asthme intermittent ou persistant modéré et seulement 46 enfants (6.5%) avaient une réelle obstruction bronchique sur la spirométrie. Cependant on sait que chez les enfants la gravité de l’asthme n’est pas corrélée aux valeurs de la fonction respiratoire et un enfant ayant une fonction respiratoire normale peut avoir un réel asthme sévère.

Cette étude montre que les valeurs d’EVA pour évaluer la sensation d’essoufflement étaient bien corrélées à la fonction respiratoire. Chez les enfants ayant une obstruction bronchique, une relation entre niveau d’EVA et valeur de VEMS et de DEMM25-75 était également retrouvée.

Cette étude conclue donc qu’il est facile d’utiliser une EVA pour apprécier le niveau d’essoufflement et donc un reflet de la fonction respiratoire chez des enfants asthmatiques.

Cette étude est donc intéressante car l’utilisation d’une EVA est accessible à tous, non coûteuse et rapide. Elle pourrait être généralisée facilement pour améliorer la prise en charge des enfants asthmatiques.

Mais ne serait-ce pas encore un outil supplémentaire ayant prouvé son efficacité mais finalement non utilisé dans la vie de tous les jours au chevet des enfants asthmatiques ?

La question est-elle quel outil faut-il utiliser ou bien va-t-on enfin généraliser l’utilisation de moyens objectifs d’appréciation de l’essoufflement pour améliorer notre prise en charge des enfants asthmatiques ?