TPO aux AINS : il faut tester le médicament qui gonfle le patient !

lundi 5 novembre 2012 par Dr Stéphane Guez922 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > TPO aux AINS : il faut tester le médicament qui gonfle le patient (...)

TPO aux AINS : il faut tester le médicament qui gonfle le patient !

TPO aux AINS : il faut tester le médicament qui gonfle le patient !

lundi 5 novembre 2012, par Dr Stéphane Guez

Test de provocation avec l’AINS impliqué, chez les patients ayant des réactions à type d’urticaire et/ou angioedème. : Zisa G, Riccobono F, Bommarito L, D’Antonio C, Calamari AM, Poppa M, Moschella MA, Di Pietrantonj C, Galimberti M.

Allergology and Immunology Unit, Novara Hospital-Experimental Program Piemonte Allergy Network, Novara, Italy

dans Allergy Asthma Proc. 2012 Sep ;33(5):421-6. doi : 10.2500/aap.2012.33.3590.

- Introduction :

  • Les TPO avec le médicament suspect représentent le gold standard dans le diagnostic des réactions non IgE aux AINS.
  • Néanmoins, il n’y a pas de consensus concernant la prise en charge clinique des patients suspects d’une réaction aux AINS.

- Objectif de l’étude :

  • Ce travail a évalué si un TPO avec le médicament suspect est une procédure fiable et sécurisée pour confirmer une hypersensibilité aux AINS chez des patients ayant des antécédents cliniques d’urticaire / angioedème.
  • Il a également analysé les caractéristiques des différents patients (comme le sexe, âge, atopie, dermographisme, temps d’intervalle entre la dernière réaction et le nombre des réactions précédentes aux AINS) en relation avec un TPO positif.

- Matériel et Méthode :

  • 159 patients avec urticaire / angioedème apparemment liés à une consommation d’un ou plusieurs AINS ont bénéficié d’un TPO avec le médicament suspecté.
  • De plus, pour faire la part entre réactivité unique ou multiple aux AINS chez ces patients qui ne tolèrent pas l’AINS impliqué, un autre fort inhibiteur de la cyclo-oxygénase a été testé.

- Résultats :

  • Les TPO sont négatifs chez 142/159 patients (89.31%), permettant d’éliminer le diagnostic d’hypersensibilité aux AINS.
  • 17/159 patients (10.69%) ont eu des réactions à type d’urticaire / angioedème lors du TPO :
    • 8 patients avec une réaction à une seul AINS
    • et 4 des réactions à plusieurs AINS.
  • Les patients ayant des antécédents de réactions multiples aux AINS et les patients masculins ont tous deux plus souvent une TPO positif.

- Conclusion :

  • Ces résultats suggèrent que chez tous les patients avec des antécédents de réactions cutanées aux AINS, l’hypersensibilité aux AINS pourrait être confirmée par un TPO oral et la procédure diagnostique peut débuter en sécurité avec l’AINS impliqué.

Dans ce travail, les auteurs sur une population de patients suspects d’une hypersensibilité aux AINS, ont évalué l’intérêt d’un TPO avec le médicament suspect.

Ce test permet d’éliminer le diagnostic chez plus de 80% des patients et pour les autres confirme le diagnostic sans réaction indésirable sévère.

Pour les auteurs, ce TPO est donc un test fiable et sécurisé permettant de bien préciser le diagnostic pour ne pas priver inutilement les patients des AINS.

Comme dans toutes les études de ce genre, la nature du recrutement des patients conditionne étroitement les résultats de ce travail.

Si tous les patients ayant présenté des réactions sévères ont été écartés, il faudra nuancer les conclusions de ce travail.

Par ailleurs, sur les terrains histamino-libérateurs, c’est souvent l’effet cumulatif lié à la prise pendant plusieurs jours d’un AINS qui entraîne des manifestations cliniques.

Mais il est également vrai que la réalisation d’un TPO aux AINS selon les recommandations des consensus, n’entraîne que très rarement des réactions sévères généralement, rapidement maitrisées, car réalisé en milieu protégé.