Angioedème et pilule : oui pour les progestatifs mais pas n’importe lesquels.

mercredi 5 décembre 2012 par Dr Stéphane Guez2517 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Angioedème et pilule : oui pour les progestatifs mais pas n’importe (...)

Angioedème et pilule : oui pour les progestatifs mais pas n’importe lesquels.

Angioedème et pilule : oui pour les progestatifs mais pas n’importe lesquels.

mercredi 5 décembre 2012, par Dr Stéphane Guez

Effets bénéfiques de la contraception par progestatif dans les angioedèmes non allergiques. : C. Saule1, I. Boccon-Gibod2, O. Fain3, G. Kanny4, G. Plu-Bureau1, L. Martin5, D. Launay6, L. Bouillet2, A. Gompel1,*
DOI : 10.1111/cea.12055

dans Clinical & Experimental Allergy

- Introduction :

  • Les crises d’angioedèmes héréditaires peuvent être induites ou aggravées par une contraception orale avec des estrogènes.

- Objectif de l’étude :

  • Le but de ce travail a été d’évaluer l’impact des contraceptions progestatives sur les crises d’angioedèmes.

- Matériel et Méthode :

  • Il s’agit d’une étude française rétrospective, multicentrique portant sur les effets de la contraception avec des progestatifs chez des femmes ayant un œdème non allergique incluant l’angioedème de type I, II et III ainsi que l’angioedème idiopathique.
  • Les patientes ont été classées en 4 groupes en fonction de la fréquence des crises d’oedèmes.
  • Les auteurs ont évalué :
    • les effets des progestatifs sur le nombre moyen des crises,
    • et ont comparé le nombre de patients dans chaque groupe de gravité avant et sous contraception progestative.
  • L’influence des facteurs hormonaux dans l’évolution de l’angioedème a également été évaluée.

- Résultats :

  • 55 femmes ont été inclues : âge moyen de 32.1 ans (16 à 52) avec un suivi moyen de 32.4 mois (écart type : 29).
  • 14 femmes ont été classées en angioedème de type I (25.4%), 2 dans le type II (3.6%), 19 dans le type III (34%) et enfin 20 dans le groupe idiopathique (36%)
  • 17 femmes ont pris une pilule micro dosée d’action progestative pure (POP), 24 des progestatifs a effet anti gonadotrope (AGP) et 14 les 2 de façon successives.
  • Une amélioration partielle ou totale a été observée :
    • dans 81.8% des cas (45/55)
    • et plus souvent chez les patientes sous AGP (34 patientes, 89.5%)
    • que sous POP (19 patientes, 61.3%) (p = 0.013).

- Conclusion et Signification Clinique :

  • Il s’agit de la première étude qui a évalué l’intérêt de la contraception par des progestatifs à action anti gonadotrope chez des femmes ayant un angioedème non allergique.
  • La progestérone, et spécialement celle qui a une action anti gonadotrope, apparait comme ayant un effet bénéfique dans la plupart des cas.
  • Les progestatifs anti gonadotropes pourraient être recommandés come traitement adjuvant chez les femmes en période d’activité génitale et ayant une angioedème non allergique.

Ce travail confirme l’intérêt de la contraception par progestatifs chez des patientes ayant un angioedème non allergique. Ils ont un effet bénéfique surtout s’ils ont une activité associée anti gonadotrope. Ils peuvent être proposés en plus des autres traitements dans la prise en charge de fond de l’angioedème non allergique.

Ce travail est très intéressant sur le plan clinique car il donne 2 précieuses informations.

D’abord sur l’intérêt de substituer une contraception ostrogénique par une contraception progestative qui diminue la fréquence et la gravité des angioedèmes chez ces patientes ayant une angioedème allergique.

D’autre part, les pilules progestatives avec une action anti gonadotrope sont beaucoup plus efficaces que celles ayant une action anti progestative pure.

Donc non seulement cette contraception a un effet préventif sur les crises mais elle participe au traitement de fond à coté des autres thérapeutiques de l’angioedème, bien entendu chez les femmes en période d ‘activité génitale.

Il faut donc demander l’aide des gynécologues pour modifier la contraception de nos patientes lorsqu’elles ont un angioedème non allergique quel qu’en soit sa nature (type I, II, III ou idiopathique).