Enfants et allergie aux médicaments : pas de crainte, les petits sont solides !!

lundi 18 février 2013 par Dr Stéphane Guez743 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Enfants et allergie aux médicaments : pas de crainte, les petits sont (...)

Enfants et allergie aux médicaments : pas de crainte, les petits sont solides !!

Enfants et allergie aux médicaments : pas de crainte, les petits sont solides !!

lundi 18 février 2013, par Dr Stéphane Guez

Prévalence d’une hypersensibilité médicamenteuse confirmée chez des enfants d’âge scolaire. : Erkoçoğlu M, Kaya A, Civelek E, Özcan C, Çakır B, Akan A, Toyran M, Ginis T, Kocabas CN.

Prevalence of confirmed immediate type drug hypersensitivity reactions among school children.

dans Pediatr Allergy Immunol 2013 : 00.

- Introduction :

  • Alors que les réactions d’hypersensibilité aux médicaments sont un important problème de santé publique, les données épidémiologiques sur l’allergie médicamenteuse et les hypersensibilités aux médicaments sont limitées, et les études qui incluent une démarche diagnostique sont rares.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de déterminer la fréquence actuelle des réactions immédiates d’hypersensibilité aux médicaments à l’aide de tests diagnostiques chez des enfants d’âge scolaire dont les parents rapportent des allergies médicamenteuses.

- Matériel et Méthode :

  • Cette étude s’est déroulée en 3 phases :
    • La première phase est une étude de suivi d’enfants ayant un âge moyen de 12.9 ans et en classes de la 6ème à la 8ème , à l’aide d’un questionnaire interrogeant sur les symptômes liés à un médicament dans les 2 heures après la prise.
      • La population totale entre est de 210.000 enfants, avec un échantillon de 9096 considérés comme représentatif d’Ankara (p = 1%, α < 0.05, β = 0.8, d = 0.2).
    • Durant la deuxième phase, une histoire clinique détaillée a été obtenue par téléphone auprès des parents dont les enfants ont signalé des antécédents positifs d’allergie à de médicaments.
    • Enfin, la troisième étape de l’étude a consisté en une évaluation précise du diagnostic chez les enfants ayant des antécédents d’allergie compatible avec une réaction d’hypersensibilité immédiate.

- Résultats :

  • Parmi les 11.233 questionnaires qui ont été distribués, 10.096 ont été étudiés après avoir été complétés par les parents.
  • Le pourcentage de réactions d’hypersensibilité immédiate après médicament signalé par les parents est de 7.87% (792 enfants).
  • Mais, l’enquête par téléphone ne retient des antécédents évocateurs d‘allergie médicamenteuse que chez 117 enfants (1.16%).
  • Après plusieurs évaluations diagnostiques, la fréquence réelle d’hypersensibilité immédiate médicamenteuse est de 0.11%.

- Conclusion :

  • Ces données suggèrent que de antécédents cliniques évocateurs ne sont pas suffisants pour retenir le diagnostic d’allergie médicamenteuse,
  • ce qui met en évidence l’importance d’entreprendre une évaluation plus approfondie pour un diagnostic allergologique précis.

Dans ce travail épidémiologique portant sur une population importante d’enfants, les auteurs ont chiffré les pourcentages d’hypersensibilité médicamenteuse rapportée et ceux qui sont réellement retenus. La fréquence des allergies médicamenteuses réelles est faible, de 0.11%.

Ce travail est intéressant car il confirme l’absence de spécificité des manifestations cliniques et de l’interrogatoire général. Par contre il y a une fréquence bien moindre lorsque ‘l’interrogatoire est orienté, de type allergologique, mais les tests seuls font la preuve de l’allergie.

Si on considère que le plus souvent ce sont les antibiotiques qui sont suspectés et en particulier les pénicillines, on comprend l’importance de ne pas s’arrêter à une simple suspicion clinique : 7.87%, et qu’il faut aller jusqu’au tests cutanés qui ne retiennent que 0.11%.

Toutes les explorations allergologiques négatives, si elles n’avaient pas été réalisées auraient été des faux positifs d’allergie avec une éviction médicamenteuse non justifiée.

Il est donc primordial, après une suspicion d’hypersensibilité médicamenteuse immédiate, de réaliser un bilan allergologique pour préciser la réalité ou non d’une allergie médicamenteuse vraie.