Dis moi ce que tu exhales et je te dirai qui tu seras plus tard…

jeudi 28 février 2013 par Dr Cécilia Nocent601 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Dis moi ce que tu exhales et je te dirai qui tu seras plus tard…

Dis moi ce que tu exhales et je te dirai qui tu seras plus tard…

Dis moi ce que tu exhales et je te dirai qui tu seras plus tard…

jeudi 28 février 2013, par Dr Cécilia Nocent

La fraction exhalée de NO chez les enfants symptomatiques en âge préscolaire est prédictive d’asthme plus tard. : Singer F, Luchsinger I, Inci D, Knauer N, Latzin P, Wildhaber JH, Moeller A.

Exhaled nitric oxide in symptomatic children at preschool age predicts later asthma.

dans Allergy 2013 ; DOI : 10.1111/all.12127

- Contexte :

  • La prédiction d’asthme chez des enfants en bas âge ayant des symptômes respiratoires est gênée par le manque de mesure objective applicable en routine.
  • Dans cette étude prospective concernant une cohorte d’enfants pré-scolaires, les auteurs ont évalué si la fraction exhalée de NO (FeNO), un biomarqueur de l’inflammation des voies aériennes) est associé à de l’asthme à l’âge scolaire.

- Méthodes :

  • Initialement, le taux d’IgE et d’éosinophiles dans le sang, la FeNO ont été mesurées chez 391 enfants âgés de 3 à 47 mois ayant des symptômes respiratoires.
  • Les auteurs ont développés un index prédictif d’asthme (API) incluant la FeNO comme critère majeur.
  • Lors du suivi, le critère principal était le diagnostic d’asthme posé par un médecin en se basant sur un interrogatoire standardisé de ces enfants à l’âge d’entrée à l’école.

- Résultats :

  • La FeNO était significativement plus élevée chez les enfants qui développeront plus tard un asthme (68/166) comparativement à ceux qui ne développeront pas d’asthme.
  • La FeNO médiane était de 10.5 (6.6-17.2) contre 7.4 (5.3-10.3) ppb.
  • Pour une augmentation de la FeNO de 5 ppb, l’odd ratio d’asthme augmente de 2.44 (1.61-3.70) sans modification après ajustement sur les facteurs confondants.
  • En utilisant le nouvel API, le score des enfants à risque est à 58% de risque de développer un asthme plus tard tandis que la valeur prédictive négative était de 78.2%, ce qui était comparable à l’API classique.

- Conclusions :

  • Dans cette cohorte d’enfants pré-scolaires à haut risque, l’élévation de la FeNO est associée à une augmentation du risque d’asthme à l’âge scolaire.
  • Le nouveau API incluant la FeNO identifie les enfants les enfants à risque de développer un asthme plus tard de façon comparable à l’API classique mais sans avoir besoin de recueil d’échantillon de sang.

Il s’agit d’une étude réalisée par une équipe suisse, publiée dans Allergy qui cherche à identifier les enfants en bas âge qui risque de développer plus tard un asthme.

Les auteurs ont donc suivi 391 enfants en bas âge (3 à 47 mois), qui présentaient des symptômes respiratoires bas et ils ont cherché à identifier des facteurs pronostic de développement ultérieur d’un asthme.

Il existait déjà un score (API) qui est un index prédictif d’asthme mais qui requière un prélèvement sanguin (dosage des IgE, des éosinophiles sanguins). Les auteurs ont comparé ce score à un nouveau score prenant en compte le niveau de NO exhalé dans la petite enfance. Ils ont ensuite suivi les enfants et ont comparé les résultats obtenus dans le groupe des enfants développant plus tard un asthme comparativement au groupe des enfants ne développant pas d’asthme.

Ils ont montré que les enfants ayant une FeNO élevées ont un risque plus important que les autres de développer un asthme en âge scolaire.

Le nouveau score API est aussi fiable (mais pas plus) que le score précédent mais par contre, il évite les prélèvements sanguins chez les petits.

Il s’agit donc d’une étude très intéressante car tous les cliniciens aimeraient pouvoir dire si un enfant en bas âge qui siffle sera plus tard asthmatique. Cela nous permettrait de répondre à l’angoisse des parents mais également de mieux adapter nos traitements chez les petits qui sont peut-être trop traités pour certains et peut-être pas assez pour d’autres.

En pratique, il ne me semble quand même pas très facile de réaliser une mesure fiable de la FeNO chez des tous petits qui ne sauront pas réaliser les mouvements respiratoires qu’on leur demandera de faire.

De plus en France se pose toujours le problème de la non existence de l’acte « mesure de la FeNO ». Il s’agit donc d’un acte sans prix donc non remboursé ce qui limite largement la diffusion de cet équipement chez les allergologues et les pneumologues (qui seraient bien sûr intéressés).