Une piste pour faire des économies : promouvoir l’immunothérapie spécifique dans la rhinite allergique.

mardi 23 avril 2013 par Dr Stéphane Guez724 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Une piste pour faire des économies : promouvoir l’immunothérapie spécifique (...)

Une piste pour faire des économies : promouvoir l’immunothérapie spécifique dans la rhinite allergique.

Une piste pour faire des économies : promouvoir l’immunothérapie spécifique dans la rhinite allergique.

mardi 23 avril 2013, par Dr Stéphane Guez

Immunothérapie spécifique : réduction des dépenses de santé chez les adultes et les enfants ayant une rhinite allergique. : Cheryl S. Hankin, Linda Cox, Amy Bronstone, Zhaohui Wang

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - April 2013 (Vol. 131, Issue 4, Pages 1084-1091, DOI : 10.1016/j.jaci.2012.12.662)

- Introduction :

  • Des publications ont démontré que l’immunothérapie (ITS) entraîne une réduction des couts de santé lié à la prise en charge d’une rhinite allergique (RA) chez les enfants aux Etats-Unis.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’étudier si la relation coût / bénéfice observée lors de l’immunothérapie dans la RA chez les enfants aux Etats-Unis, est également observée chez les adultes ayant une RA.

- Matériel et Méthode :

  • Une étude rétrospective (1997 – 2009) a été conduite en Floride avec une comparaison sur une moyenne de 18 mois, du coût du traitement :
    • chez des patients ayant une rhinite allergique nouvellement diagnostiquée et traitée de novo par AIT,
    • et chez des patients qui ont été suivi pendant 18 mois et plus,
    • par rapport à des patients appariés ne recevant pas d’ITS.
  • Les analyses ont été faites sur la totalité de la population incluse, et en séparant les adultes (plus de 18 ans) et les enfants (moins de 18 ans).

- Résultats :

  • 4967 patients recevant une ITS ont été appariés (1319 adultes et 3648 enfants) avec 19278 patients contrôles (4815 adultes et 14463 enfants).
  • Le coût est de 38% moindre chez les patients sous ITS (6.637$ versus 10.644$, p<0.001) sur une période de soins de 18 mois par rapport aux patients témoins, avec une économie significative observée dans les 3 premiers mois du début de la désensibilisation.
  • Par rapport aux sujets témoins, une réduction significative du coût du traitement sur une période de 18 mois est démontrée ;
    • chez tous les patients ayant une ITS (6.637$ versus 10.644$, p<0.0001),
    • et chez tous les adultes traités par ITS (30%, 10.457$ si ITS versus 14854$ pour les patients témoins, p<0.0001)
    • et chez les enfants (42%, 5.253$ si ITS versus 9.118$ pour les témoins, p<0 .0001).
  • L’amplitude de la réduction du cout total pour la prise en charge de la RA par ITS chez les adultes et chez les enfants sur une moyenne de 18 mois n’est pas significativement différente (4.397$ versus 3.965$, p=0.435).

- Conclusion :

  • Les patients ayant une RA nouvellement diagnostiquée avec mise en place d’une désensibilisation ont une diminution significative du cout de cette affection par rapport à des patients appariés qui commencent 3 mois après leur immunothérapie, avec une réduction du coût qui se poursuit durant les 18 mois de suivi.
  • La réduction significative du coût chez les enfants qui ont une RA et qui débutent une ITS est également observée chez les adultes ayant une RA et qui commencent une ITS.

Dans ce travail mené aux Etats-Unis, les auteurs démontrent que la mise en place précoce d’une ITS dans la rhinite allergique chez les adultes et chez les enfants entraine une réduction du coût par rapport à une prise en charge thérapeutique sans ITS. Il n’y a pas de différence significative entre adultes et enfants.

Ces données économiques sont très spécifiques du pays concerné. Il est donc difficile des les extrapoler en France, car le système de recours aux soins est différent de même que la prise en charge financière.

Il serait pourtant intéressant de disposer d’une évaluation financière régulière du coût de la rhinite allergique selon ces modalités de prise en charge surtout à l’heure ou la diminution des remboursements de l’ITS et des médicaments antiallergiques ne fait que croitre.

Il est probable que le poids financier de l’allergie sera de plus en plus important pour les familles d’allergiques.

Faire la preuve d’une économie liée à l’ITS par rapport au traitement symptomatique est une donnée très importante pour ces patients allergiques. Cette étude ne tient pas compte semble t-il des arrêts de travail lié à une pollinose sévère, et ne prend pas en compte non plus de l’altération de la qualité de vie des patients.

Au total, ce travail confirme des données déjà publiées sur l’intérêt en terme d’économie de santé de la désensibilisation par rapport au traitement médicamenteux.