Tous les asthmatiques à la piscine ?

lundi 3 juin 2013 par Dr Cécilia Nocent1333 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Tous les asthmatiques à la piscine ?

Tous les asthmatiques à la piscine ?

Tous les asthmatiques à la piscine ?

lundi 3 juin 2013, par Dr Cécilia Nocent

Entraînement de natation chez des enfants et des adolescents asthmatiques de 18 ans et moins : Beggs S, Foong YC, Le HCT, Noor D, Wood-Baker R, Walters JAE.

Swimming training for asthma in children and adolescents aged 18 years and under.

dans Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No. : CD009607. DOI : 10.1002/14651858.CD009607.pub2.

- Contexte :

  • L’asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant et une cause fréquente d’hospitalisation.
  • Des études observationnelles ont suggéré que la natation est une activité physique idéale pour améliorer les aptitudes physiques et pour diminuer le poids de la maladie dans l’asthme.

- Objectifs :

  • Déterminer l’efficacité et la sécurité d’un entraînement de natation chez des enfants et adolescents asthmatiques de 18 ans et moins.

- Méthodes de recherche :

  • Les experts ont recherché dans le registre des essais spécialisés du groupe « voies aériennes » de la Cochrane, dans Medline, Embase, Cinahl en novembre 2011 et ont recommencé en juillet 2012.

- Critères de sélection :

  • Les auteurs ont inclus tous les essais contrôlés et randomisés (RCTs) et presque tous les RCTs concernant des enfants et adolescents comparant la natation à des soins habituels, à des activités non physiques ou à des activités physiques autres que la natation.

- Collecte des données et analyse :

  • Les auteurs ont utilisé les méthodes décrites dans le livre de la Cochrane pour les revues systématiques et les interventions.
  • Deux auteurs de la revue utilisent un masque standard pour recueillir les critères d’inclusion, pour récupérer les caractéristiques de l’étude, les risques de biais et les résultats.
  • Les auteurs des études sont contactés pour récupérer des données si tout n’est pas publié.
  • Quand cela est nécessaire, les experts calculent des coefficients de corrélation à partir d’études complètes.

- Résultats principaux :

  • 8 études incluant 262 patients ont été incluses dans la revue.
  • Les participants avaient un asthme stable, modéré à sévère.
  • Toutes les études étaient randomisées. Les participants avaient entre 5 et 18 ans et dans 7 études, les entraînements de natation variaient de 30 à 90 minutes, 2 à 3 fois par semaine pendant 6 à 12 semaines.
  • Le programme d’une étude comprenait un entraînement de 30 minutes 6 fois par semaine.
  • La comparaison était les soins habituels dans 7 études et la comparaison avec le golf dans une étude.
  • Le niveau de chlore était inconnu dans 4 études, 2 études utilisaient des piscines non chlorées, une étude utilisait une piscine chlorée intérieure et une étude utilisait une piscine chlorée mais bien aérée.
  • Aucun effet statistiquement significatif n’était retrouvé dans les études comparant la natation aux soins habituels ou à une autre activité physique dans les premiers résultats : qualité de vie, contrôle de l’asthme, exacerbations d’asthme et utilisation de corticostéroïdes pour l’asthme.
  • La natation avait un effet clinique significatif sur la capacité à l’exercice comparativement aux soins habituels, mesuré par la consommation maximale en oxygène pendant un test d’effort maximal (VO2 max) dans 2 études (n=32) avec une augmentation moyenne de 9.67 mL/kg/min (95% CI : 5.84-13.51).
  • Une différence comparable a également été retrouvée sur d’autres mesures de la capacité à l’exercice en regroupant 4 études (n=74) donnant une différence moyenne standardisée : 1.34 (95% CI : 0.82-1.86).
  • Les entraînements de natation étaient associés à une petite augmentation des paramètres ventilatoires (différence moyenne par rapport au VEMS prédit : 8.07 (95% CI : 3.59-12.54).
  • Les sous analyses ne retrouvent pas de différence. La non connaissance du statut chloré des piscines limite les analyses en sous-groupes.
  • En se basant sur ces données, il n’a pas été retrouvé d’effet secondaire sur le contrôle de l’asthme ou sur les exacerbations.

- Conclusions des auteurs :

  • Cette revue montre que les entraînements de natation sont bien tolérés chez des enfants et adolescents ayant un asthme stable et améliore la fonction respiratoire (niveau de preuve modéré) et les aptitudes physiques (niveau de preuve élevé).
  • On ne peut pas dire que la natation entraîne des effets secondaires sur le contrôle de l’asthme d’une population de moins de 18 ans ayant un asthme stable quelqu’en soit la sévérité.
  • Cependant, cette revue ne permet pas de dire que la natation est supérieure à une autre activité physique.
  • Des essais avec un suivi plus long seraient nécessaires pour mieux connaître les effets bénéfiques de la natation à long terme.

Ce travail est une revue des experts de la Cochrane Library qui se sont intéressés à la pratique de la natation chez des enfants et adolescents asthmatiques de moins de 18 ans.
La pratique d’une activité physique est importante chez les asthmatiques mais on peut parfois garder des réticences envers la natation, en particulier lorsque cela se passe dans des piscines intérieures chlorées. Il était donc intéressant de reprendre la littérature pour savoir quel est notre niveau de connaissance sur ce sujet.

Malheureusement les experts n’ont retrouvé que 8 études sérieuses comprenant 262 enfants et adolescents ce qui limite immédiatement la portée des résultats retrouvés.

Les études ont montré que la pratique de la natation selon un protocole assez standardisé mais court dans le temps était plutôt bénéfique chez les asthmatiques. Cette revue montre que la pratique d’un entraînement de natation chez des asthmatiques équilibrés ne déséquilibre pas l’asthme, ne provoque pas d’exacerbation et n’augmente pas le recours aux corticoïdes dans cette population. Ce résultat peut paraître peu important mais déjà il permet de s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indication à la pratique de la natation chez des asthmatiques stables.
De plus les études montrent qu’il existe une amélioration des capacités physiques en pratiquant la natation, qu’il existe même une amélioration des paramètres ventilatoires.

Ces résultats même s’ils sont limités sont intéressants car la natation, en particulier en piscine chlorée a souvent été décriée chez les asthmatiques. On peut donc encourager des asthmatiques équilibrés à s’inscrire dans un club de natation. Cependant on aurait aimé pouvoir affirmer qu’une piscine intérieure chlorée n’est pas nocive mais malheureusement les informations disponibles sont trop parcellaires pour pouvoir dire quoi que ce soit là dessus.

Comme les auteurs nous souhaiterions donc des études concernant un nombre plus important d’asthmatiques à qui un programme de natation serait administré pendant plus longtemps. On serait intéressés sur les résultats tant en terme de tolérance, de qualité de vie, d’incidence sur l’histoire naturelle de l’asthme qu’en terme d’amélioration des performances physiques et fonctionnelles respiratoires.

On aimerait également des études comparant la pratique de la natation à d’autres sports chez des enfants et adolescents asthmatiques comparables par ailleurs.