L’eczéma de contact chez les ado : c’est pas nickel !

mardi 11 juin 2013 par 687 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > L’eczéma de contact chez les ado : c’est pas nickel !

L’eczéma de contact chez les ado :  c’est pas nickel !

L’eczéma de contact chez les ado : c’est pas nickel !

mardi 11 juin 2013

Evolution de l’allergie au nickel de l’enfant au jeune adulte : Mortz, C. G., Bindslev-Jensen, C. and Andersen, K. E. (2013),

Nickel allergy from adolescence to adulthood in the TOACS cohort.

dans Contact Dermatitis, 68 : 348–356. doi : 10.1111/cod.12055

- Objectifs

  • Suivre pendant 15 ans une cohorte de 1501 écoliers danois en classe de CM1 vis à vis de l’allergie au nickel
  • établir le rôle éventuel dans cette allergie de contact de la dermatite atopique, du perçage des oreilles et du degré de positivité du patch test au nickel

- Méthode

  • 899 jeunes adultes de cette cohorte ont rempli un questionnaire et 442 ont été testés en patch (TRUE test) vis à vis du nickel selon différentes dilutions

- Résultats

  • la prévalence des tests positifs au nickel est de 11,8%
  • l’incidence à 15 ans de cette allergie est de 6,7%
  • la plupart (80,8%) de ces nouvelles sensibilisations sont pertinentes cliniquement, avec une forte réactivité aux tests et souvent pour des concentrations basses
  • l’allergie au nickel est plus fréquente chez les femmes ayant présenté une dermatite atopique dans l’enfance
  • aucune association n’est mise en évidence avec le perçage des oreilles, même si avant la réglementation de l’usage du nickel au Danemark, le taux d’allergie au nickel était significativement plus élevé chez les femmes aux oreilles percées

- Conclusion

  • Cette étude de suivi de jeunes adultes danois montre un fort taux d’incidence et de prévalence de l’allergie au nickel et son association à la dermatite atopique chez les sujets féminins.

Alléchante étude de cohorte de 1500 enfants danois en primaire suivis pendant 15 ans … malheureusement, seuls 899 ont été interrogés sur leurs symptômes et 442 testés en patchs tests.

La sensibilité du patch test est donc correcte, puisque 80% des tests positifs sont pertinents cliniquement, malheureusement la spécificité du test est inconnue, ce qui relativise les résultats !

L’existence d’une dermatite atopique semble être un facteur de risque, au moins chez les sujets de sexe féminin. Est ce la dermatite atopique ou le sexe féminin qui en incitant au port d’accessoires métalliques chez la petite fille, déclenche la sensibilisation ??

Enfin, et c’est bien dommage, les auteurs se limitent au contact du nickel avec l’organisme par le perçage des oreilles ; Il aurait été intéressant d’étudier également l’impact sur la sensibilisation au nickel de la multiplication actuelle des percings dans plusieurs zones cutanées voire muqueuses différentes….