Une désensibilisation efficace à l’arachide par voie orale mais avec des piqûres !!

mercredi 18 décembre 2013 par Dr Stéphane Guez2136 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Une désensibilisation efficace à l’arachide par voie orale mais avec des (...)

Une désensibilisation efficace à l’arachide par voie orale mais avec des piqûres !!

Une désensibilisation efficace à l’arachide par voie orale mais avec des piqûres !!

mercredi 18 décembre 2013, par Dr Stéphane Guez

Une étude pilote sur l’Omalizumab pour faciliter une désensibilisation orale rapide chez des patients à haut risque allergiques à l’arachide. : Lynda C. Schneider, Rima Rachid, Jennifer LeBovidge, Emily Blood, Mudita Mittal, Dale T. Umetsu

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - December 2013 (Vol. 132, Issue 6, Pages 1368-1374, DOI : 10.1016/j.jaci.2013.09.046)

- Introduction :

  • L’allergie à l’arachide est un problème majeur de santé publique car elle affecte 1% de la population et n’a pas de thérapeutique efficace.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’étudier l’efficacité et la sécurité d’une désensibilisation orale chez des enfants allergiques à l’arachide en association avec une cure courte d’anti-IgE mAb (omalizumab, Xolair).

- Matériel et Méthode :

  • Les auteurs ont réalisé une désensibilisation orale chez des enfants :
    • allergiques à l’arachide
    • et à haut risque de développer une réaction allergique sévère induite par l’arachide.
  • L’omalizumab a été administré avant et durant la désensibilisation orale à l’arachide.

- Résultats :

  • L’étude a intégrée 13 enfants (âge moyen 10 ans), avec :
    • un taux moyen d’IgE spécifiques l’arachide de 229 kUA/L,
    • un taux moyen d’IgE totale sérique de 621 kU/L,
    • et qui ont réagit lors d’un TPO initial en double aveugle contre placebo au pallier de farine d’arachide de 100 mg ou moins.
  • Après prétraitement par l’omalizumab, les 13 enfants ont toléré les doses initiales de désensibilisation administrées le premier jour, incluant la dose maximale de 500 mg de farine d’arachide (dose cumulée de 992 mg, équivalent de 2 cacahuètes), et ne requérant que peu ou pas du tout de médicament de secours.
  • 12 sujets ont pu aller jusqu’à la dose maximale d’entretien de 4000 mg de farine d’arachide par jour pendant une durée moyenne de 8 semaines, moment ou l’omalizumab a été arrêté.
  • Les 12 sujets ont pu poursuivre la dose de 4000 mg de farine d’arachide par jour et ont toléré un test de provocation de 8000 mg de farine d’arachide (équivalent d’environ 20 cacahuètes), ou 160 à 400 fois la dose tolérée avant la désensibilisation.
  • Pendant l’étude,
    • 6 des 13 sujets ont eu des réactions allergiques légères ou aucunes,
    • 5 des réactions de grade 2,
    • et 2 patients des réactions de grade 3,
  • et toutes ont répondu rapidement au traitement.

- Conclusion :

  • Parmi les enfants à haut risque d’une allergie à l’arachide, le traitement par omalizumab peut faciliter une désensibilisation orale rapide et améliore qualitativement le processus de désensibilisation.

Dans ce travail, les auteurs ont testé un protocole de désensibilisation rapide à l’arachide par voie orale chez des enfants très allergiques, en associant un traitement par omalizumab commencé avant et poursuivi pendant la désensibilisation. La majorité des traitements a été menée sans réactions sévères.

Les allergologues ont détourné depuis quelques années les indications de l’omalizumab, prescrit initialement dans l’asthme sévère, dans de nouvelles indications d’allergie sévère. Comme il s’agit d’un anti-IgE, cela semble logique et les tentatives rapportées dans plusieurs cas cliniques ont montré l’intérêt de cette molécule pour augmenter la tolérance des sujets hyper allergiques.

Cette étude a étudié l’utilisation systématique de l’omazilumab pour encadrer un protocole de désensibilisation rapide avec une phase initiale de 6h puis des montées de doses régulières en milieu hospitalier.

Concrètement, le Xolair permet de multiplier par 5 la dose seuil de la réaction allergique à l’arachide et sur 6h d’atteindre une dose cumulée de presque 1000 mg, soit 10 fois la dose seuil initiale. On peut donc mesurer la « puissance » de l’effet protecteur du Xolair. L’autre apport de cette étude est de montrer qu’ensuite le Xolair peut être arrêté sans que cela gène la suite de la progression des doses de désensibilisation orale. Le Xolair peut donc être arrêté sans risque et ne sert qu’à encadrer la phase initiale de l’immunothérapie.

Il faut cependant rappeler que le traitement par Xolair est extrêmement onéreux, entre 226 et 442€ l’ampoule selon le dosage (75mg ou 150 mg) : il s’agit donc d’un traitement d’exception à prescription restreinte. Il ne peut donc être utilisé que dans un protocole de soin rattaché à un CHU.

Vos commentaires